« Oui au sport, non au score »

Albert Jacquard

Pierre de coubertin 1

Les citations suivantes sont celles que l’on présente pour nous donner une image sympathique du fondateur des Jeux Olympiques modernes :

-Plus fort, plus haut, plus vite.

-Les sports ont fait fleurir toutes les qualités qui servent a la guerre : insouciance, belle-humeur, accoutumance à l’imprévu, notion exacte de l’effort à faire sans dépenser des forces inutiles.
-Voir loin, parler franc, agir ferme.
-L’important dans la vie, ce n’est point le triomphe, mais le combat. L’essentiel n’est pas d’avoir vaincu, mais de s’être bien battu.
– Le sport va chercher la peur pour la dominer, la fatigue pour en triompher, la difficulté pour la vaincre
-L’important, c’est de participer.
Le succès n’est pas un but mais un moyen de viser plus haut.

-Il y a dans les moeurs, comme dans l’histoire, des conquêtes imprévues.

-Un homme inintelligent ou simplement lent dans sa compréhension ne deviendra jamais un bon footballeur.

Pierre de Coubertin 2

 

Et celui que l’on connaît moins bien. En n’oubliant pas  que le droit du travail sera  mis en suspens durant les Jeux.

Charles Beigbeder, nommé à la tête d’annecy 2018, a affirmé que le code du travail est un frein au développement :le code du travail, qui est beaucoup trop rigide ». Il a aussi plaidé pour « un code du travail à deux vitesses, à régime dérogatoire, qui permette [aux petites entreprises] d’embaucher et de licencier plus facilement… ».

Enfin, les moins connues phrases du baron olympique :

Coubertin le grand humaniste ?
«Il y a deux races distinctes : celles au regard franc, aux muscles forts, à la démarche assurée et celle des maladifs, à la mine résignée et humble, à l’air vaincu. Eh ! bien, c’est dans les collèges comme dans le monde : les faibles sont écartés, le bénéfice de cette éducation n’est appréciable qu’aux forts.» (l’Education anglaise).

Coubertin le raciste
«Les races sont de valeur différente et à la race blanche, d’essence supérieure, toutes les autres doivent faire allégeance.» (cité par Boulogne, La vie et l’oeuvre pédagogique de P. de Coubertin).

«La théorie de l’égalité des droits pour toutes les races humaines, conduit à une ligne politique contraire à tout progrès colonial. Sans naturellement s’abaisser, à l’esclavage ou même à une forme adoucie du servage, la race supérieure a raison à la race inférieure certains privilèges de la vie civilisée.» (The review of the reviews, avril 1901).

Coubertin le colonialiste
«Dès les premiers jours j’étais un colonial fanatique. (Mémoires, Archives du CIO, 1936).

De quel regard ému ne suivez-vous pas les hommes audacieux qui parcourent le continent noir et répandent vaillamment leur sang pour planter une fois de plus nos trois couleurs sur une case indigène ?». (La jeunesse de la France, conférence 1890).

Coubertin le nazi
«La glorification du régime nazi, a été le choc émotionnel qui a permis le développement qu’ils ont connu.» (les jeux de 1936 organisés par le régime nazi)

Coubertin le misogyne
«Il est indécent que les spectateurs soient exposés au risque de voir le corps d’une femme brisé devant leurs yeux. En plus, peu importe la force de la sportive, son organisme n’est pas fait pour supporter certains chocs.»

Note : Coubertin doute de la capacité de la femme à pratiquer les sports.

Coubertin et la collaboration de classe
«Que la jeunesse bourgeoise et la jeunesse prolétarienne s’abreuvent à la même source de joie musculaire, voilà l’essentiel, qu’elles s’y rencontrent ce n’est maintenant que l’accessoire. De cette source découlera, pour l’un comme pour l’autre, la bonne humeur sociale, seul état d’âme qui puisse autoriser à l’avenir l’espoir de collaboration efficace.» (Pédagogie sportive, cité par Y.P. Boulogne).

Note : Bourreaux et victimes, même combat ? Serait-ce une nouvelle version de la fable Le loup et l’Agneau ?

Coubertin l’allumé du culte
«En un siècle de laïcité, une religion était à notre disposition. Le drapeau national, symbole du moderne patriotisme montant au mât de la victoire pour récompenser l’athlète vainqueur, voilà qui continuerait le culte près du foyer allumé.» (Cité par Jean-Manuel Traimond dans Le Trésor des Méchancetés).

Coubertin et l’industrie olympique
«Il n’y a jamais eu d’amateurisme.» (P. de Coubertin, 1936).

Non aux JO

 

Publicités