Gene Sharp
DE LA DICTATURE
À LA DÉMOCRATIE
Un cadre conceptuel pour la libération
L’édition de cet ouvrage a été effectuée sous la responsabilité de
Pierre CROCE, Chargé de mission sur la Politique de publication,
Université Pierre-Mendès-France, Grenoble 2.
BP 47 – 38040 GRENOBLE CEDEX
Tous les textes publiés ici appartiennent au domaine public, et peuvent
être reproduits sans l’autorisation préalable de Gene Sharp.
Néanmoins, la mention d’origine et celle de l’Institution Albert
Einstein seraient appréciées.
Traduction de l’américain de From Dictatorship to Democracy, 2003
Pour la présente édition en langue française :
© L’Harmattan, 2009
5-7, rue de l’Ecole polytechnique – 75005 Paris
http//www.librairieharmattan.com
diffusion.harmattan@wanadoo.fr
harmattan1@wanadoo.fr
ISBN :
EAN :
DE LA DICTATURE
À LA DÉMOCRATIE
Un cadre conceptuel pour la libération
Gene Sharp
Institution Albert Einstein
Traduit de l’américain
« From Dictatorship to Democracy »
par Dora Atger
Texte publié
à l’initiative de l’École de la Paix de Grenoble
L’Harmattan
2009
La Mission de l’Institution
ALBERT EINSTEIN
L’INSTITUTION ALBERT EINSTEIN a pour mission de faire
progresser au niveau international l’étude et l’utilisation
stratégique de l’action nonviolente lors des conflits.
L’Institution se consacre à :
• défendre les libertés et les institutions démocratiques
;
• s’opposer à l’oppression, à la dictature et au génocide
;
• diminuer le recours à la violence comme instrument
politique.
Cette mission se poursuit de trois manières :
• en encourageant la recherche et les études de politique
sur les méthodes de l’action nonviolente et
leur utilisation lors de divers conflits antérieurs ;
• en partageant les résultats de cette recherche avec
le public par des publications, des conférences et
par les médias ;
• en explorant avec les groupes en conflit le potentiel
stratégique de l’action nonviolente.
THE ALBERT EINSTEIN INSTITUTION
PO Box 455
East Boston, MA 02128, USA
Tel : USA + 1 617-247-4882
Fax : USA + 1 617-247-4035
E-mail: einstein@igc.org
Site Web: http://www.aeinstein.org
De la dictature à la démocratie a initialement été publié à
Bangkok en 1993 par le Comité pour la Restauration de la
Démocratie en Birmanie, en association avec Khit Pyaing
(The New Era Journal). Il a ensuite été traduit dans au
moins vingt-huit langues et publié entre autres en Serbie,
en Indonésie, en Thaïlande et aux États-Unis en version
anglaise et espagnole.
La traduction de ce texte a été assurée par Dora Atger
avec la participation de Julien Goret et Will Travers.
L’auteur
GENE SHARP, Docteur en Philosophie (Oxford), est
chercheur principal à l’Institution Albert Einstein à
Boston, Massachusetts (États-Unis). Il est titulaire d’une
licence et d’une maîtrise de l’Université d’État de l’Ohio,
et Docteur en Philosophie de la théorie politique de
l’Université d’Oxford. Il a reçu des titres honoraires du
Manhattan College, du Rivier College, de l’Université du
New Hampshire et de l’Académie des Sciences de
Lettonie. Il est professeur émérite de sciences politiques à
l’Université de Massachusetts à Dartmouth. Il a aussi
enseigné à l’Université d’Oslo, à l’Université de
Massachusetts à Boston, à l’Université de Boston et à
l’Université de Brandeis. Pendant près de trente ans il a
été chercheur au Centre des affaires internationales de
l’Université de Harvard. Il a donné des conférences dans
de nombreux pays. Il est également l’auteur de divers
ouvrages qui ont été publiés en plus de quarante langues.
De la dictature à la démocratie en a été traduit en plus de
vingt-huit.
Pour en savoir plus
• The Anti-Coup par Gene Sharp et Bruce Jenkins. Boston,
MA: The Albert Einstein Institution, 2003.
• On Strategic Nonviolent Conflict: Thinking About the Fundamentals
par Robert L. Helvey. Boston, MA: The Albert
Einstein Institution, 2002.
• The Politics of Nonviolent Action (en 3 tomes) par Gene
Sharp. Boston, MA: Extending Horizons Books, Porter
Sargent Publishers, 1973.
• Social Power and Political Freedom par Gene Sharp. Boston,
MA: Extending Horizons Books, Porter Sargent Publishers,
1980.
• Making Europe Unconquerable par Gene Sharp. Cambridge,
MA: Ballinger Publishing Company, 1985.
• There Are Realistic Alternatives par Gene Sharp. Boston,
MA: The Albert Einstein Institution, 2003.
• Waging Nonviolent Struggle: 20th Century Practice and 21st
Century Potential par Gene Sharp. Boston, MA: Extending
Horizons Books, Porter Sargent Publishers, 2005.
En français par le même auteur
• La guerre civilisée : la défense par actions civiles. Grenoble : PUG,
1995 (traduction de Civilian-Based Defense. Princeton,
NJ: Princeton University Press, 1990).
• « L’abolition de la guerre, un but réaliste », Cahiers de la
nonviolence – numéro 4, Montréal, 1991 (traduction de
Making the Abolition of War a Realistic Goal. Boston, MA:
The Albert Einstein Institution, 1980).
• « Deux forces de dissuasion par défense à base civile »,
dans Les stratégies civiles de défense, pp. 47-66. St. Étienne :
Alternatives Non Violentes, 1987.
• « L’opposition à un coup d’État », Miami/Port-au-Prince:
Haïti en marche, 28 août, 1996, tome X, numéro 29.
• « L’action nonviolente, meilleure stratégie pour les
palestiniens », dans Alternatives Non Violentes, numéro 70, mars
1989, pp. 3-11. Interview avec Gene Sharp par Afif Safieh.
• « A la recherche d’une solution au problème de la guerre »,
dans Alternatives Non Violentes, numéro 39, décembre 1980,
pp. 3-16.
Disponibles dans la présente collection
• L’anti-coup d’État (traduction de The Anti-Coup, 2003).
• La force sans la violence (traduction de There Are Realistic
Alternatives, 2003).

SOMMAIRE
Préface par Gene Sharp . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 11
Préface par Federico Mayor . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 15
1. Faire face avec réalisme aux dictatures . . . . . . . . . . . . . . . . 21
2. Les dangers de la négociation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 31
3. D’où vient le pouvoir ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 41
4. Les faiblesses des dictatures . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 49
5. L’exercice du pouvoir . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 55
6. La nécessite de la planification stratégique . . . . . . . . . . . . 67
7. La planification stratégique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 77
8. L’application de la défiance politique . . . . . . . . . . . . . . . . . . 91
9. Désintégrer la dictature . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 101
10. Les fondements d’une démocratie durable . . . . . . . . . . 109
Annexe
Les méthodes de l’action nonviolente . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 117
Postface par Mayeul Kauffmann . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 127

– 11 –
PRÉFACE 1
par Gene Sharp
Depuis plusieurs années, la manière dont les peuples
peuvent prévenir ou détruire les dictatures a été l’une de
mes principales préoccupations. Elle s’est en partie
nourrie d’une confiance dans l’idée que les êtres humains
ne doivent pas être dominés et détruits par de tels
régimes. Cette foi a été renforcée par des lectures sur
l’importance de la liberté humaine, sur la nature des
dictatures (d’Aristote aux analyses du totalitarisme), et sur
l’Histoire des dictatures (spécialement celle des systèmes
nazis et staliniens).
Au fil des ans, j’ai eu l’occasion de connaître des
gens qui ont vécu et souffert sous le joug nazi, et qui ont
survécu aux camps de concentration. En Norvège, j’ai
rencontré des gens qui ont résisté aux lois fascistes et qui
ont survécu, et j’ai entendu l’histoire de ceux qui ont péri.
J’ai parlé avec des juifs qui se sont échappés des griffes
des nazis et avec des gens qui les y ont aidés.
Les connaissances relatives aux politiques de
terreur des régimes communistes de plusieurs pays m’ont
plus souvent été apportées par des livres que par des
contacts personnels. La politique de terreur exercée par
ces systèmes m’apparaît spécialement poignante, étant
donné que ces politiques furent imposées au nom de la
libération de l’oppression et de l’exploitation.
Au cours des dernières décennies, lors de visites
de personnes venant de pays dictatoriaux, comme le
Panama, la Pologne, le Chili, le Tibet, et la Birmanie, les
réalités quotidiennes des dictatures devinrent pour moi
–12 –
plus prégnantes. Grâce à des Tibétains qui s’étaient battus
contre l’agression de la Chine communiste, à des Russes
qui avaient fait échouer le coup d’État de la ligne dure du
parti en août 1991, et à des Thaïlandais qui avaient fait
obstacle de manière nonviolente au retour du régime
militaire, j’ai acquis de troublantes perspectives sur la
nature insidieuse des dictatures.
La conscience du caractère pathétique et outrageux
des brutalités, en même temps que l’admiration pour
le calme héroïsme de ces hommes et de ces femmes
incroyablement courageux, furent parfois renforcées par
des visites sur place, là où les dangers étaient encore
grands et où la défiance des peuples déterminés continuait
: au Panama sous Noriega ; à Vilnius en Lituanie alors
que le pays était soumis à la répression soviétique. Mais
aussi à Pékin, place Tienanmen durant l’explosion festive
de la liberté, jusqu’à l’entrée des premiers blindés dans
cette nuit tragique ; et dans la jungle, au quartier général
de l’opposition démocratique de Manerplaw en « Birmanie
libérée ».
Quelquefois, j’ai visité des lieux de combats,
comme la tour de la télévision et le cimetière à Vilnius, le
jardin public à Riga où des gens ont été fusillés, le centre
de Ferrare au nord de l’Italie où les fascistes alignaient et
abattaient les résistants, et à Manerplaw, un simple cimetière
rempli de corps d’hommes morts beaucoup trop tôt.
Il est triste de réaliser que toute dictature laisse un tel
sillage sur son passage.
De ces considérations et de ces expériences monte
l’espoir résolu que la prévention de la tyrannie est possible,
que des combats victorieux contre des dictatures
peuvent être menés sans massacres mutuels massifs, que
des dictatures peuvent être détruites et qu’il est même
possible d’empêcher que de nouvelles ne renaissent des
cendres de celles qui sont tombées.
J’ai tenté de réfléchir soigneusement aux solutions
les plus efficaces pour désintégrer les dictatures au moindre
– 13 –
coût en termes de souffrances et de vies humaines. Pour
cela, j’ai, pendant plusieurs années, étudié et tiré les enseignements
des dictatures, des mouvements de résistance,
des révolutions, de la pensée politique, des systèmes de
gouvernement et porté une grande attention aux luttes
nonviolentes réalistes.
Ce livre est le résultat. Je suis certain qu’il est loin
d’être parfait. Mais peut-être offrira-t-il un guide pour
assister à la réflexion et à la planification de mouvements
de libération qui deviendront ainsi plus puissants et plus
efficaces.
Par nécessité et par choix délibéré, cet essai est
centré sur la question fondamentale : comment détruire
une dictature et empêcher qu’une nouvelle ne vienne la
remplacer ? Je ne suis pas compétent pour produire une
analyse détaillée et des prescriptions concernant un pays
en particulier. Cependant, je souhaite que cette analyse
générique puisse être utile à ceux qui, malheureusement
en de trop nombreux pays, ont aujourd’hui à faire face
aux réalités d’une dictature. Ils pourront vérifier la validité
de cette analyse pour les cas particuliers et juger dans
quelle mesure ces recommandations s’appliquent à leur
combat de libération.
En écrivant cet essai, j’ai contracté plusieurs dettes
de gratitude. Bruce Jenkins, mon remarquable assistant, a
apporté une contribution inestimable par son identification
des problèmes de contenu et de présentation, par d’incisives
recommandations pour une présentation plus claire
et rigoureuse des idées difficiles (spécialement sur la
stratégie), pour une réorganisation structurelle et des
améliorations éditoriales. Je dois aussi remercier Stephen
Coady pour son assistance éditoriale. Le Dr. Christopher
Kruegler et Robert Helvey ont offert des critiques et avis
très importants. Le Dr. Hazel McFerson et le Dr. Patricia
Parkman m’ont respectivement donné des informations
sur les luttes en Afrique et en Amérique latine. Bien que
mon travail ait grandement bénéficié de ces aides agréables
–14 –
et généreuses, ses analyses et ses conclusions restent de
ma responsabilité.
Je ne prétends nulle part dans cet essai que défier
des dictateurs soit une entreprise aisée et sans coûts.
Toute forme de lutte a un coût et des complications, et
combattre les dictateurs fait, bien sûr, des victimes.
Cependant, mon souhait est que cette analyse incite les
dirigeants de mouvements de résistance à considérer des
stratégies qui augmenteront leur efficacité en réduisant les
pertes humaines.
De même, cette analyse ne doit pas être interprétée
comme l’affirmation que la fin d’une dictature fait
disparaître tous les autres problèmes. La chute d’un
régime ne mène pas à l’utopie. En fait, elle ouvre la voie à
des travaux difficiles et à des efforts soutenus pour
construire une économie, des relations politiques et une
société plus juste, et éradiquer les autres formes d’injustice
et d’oppression. Mon espoir est que ce bref examen de la
manière de désintégrer une dictature puisse être utile
partout où des peuples vivent dominés et désirent être
libres.
Gene Sharp
Institution Albert Einstein
6 octobre 1993
Boston, Massachusetts
– 15 –
PRÉFACE 2
par Federico Mayor
Sur les stratégies de résistance civile
Résister, c’est le début de la victoire, a déclaré Adolf
Pérez Esquivel. C’est effectivement le début d’une grande
transition à l’aube du XXIe siècle, de sujets soumis à
citoyens, de spectateurs impassibles à acteurs. La résistance
civile pour vaincre l’oppression, l’imposition, la violence
de l’indiscutable… De la peur et la résignation à l’action
résolue.
Nous avons les diagnostics, le temps d’agir à
temps est arrivé. Temps de surmonter l’inertie, de ne plus
s’obstiner à vouloir résoudre les défis présents avec des
formules valables hier. Il y a, certes, plusieurs solutions
disponibles, mais un avenir respectueux des Droits de
l’Homme, du partage, de la pleine solidarité… requiert de
découvrir des chemins nouveaux vers l’avenir, de dévoiler
des réalités encore cachées ou déguisées aujourd’hui,
d’inventer le futur pour garantir l’égale dignité de tous les
êtres humains.
Jamais plus le silence ! Le moment de la participation
sans présence (Internet, SMS, …) est arrivé. Savoir
pour prévoir, pour prévenir. Savoir en profondeur pour
transformer la réalité comme il faut.
De la force à la parole ! Il faudra élever la voix
pour éviter qu’on lève les mains, comme d’habitude.
Mains tendues pour aider, pour soutenir. Genoux pour se
lever, jamais plus pour s’humilier, pour se soumettre.
D’une économie de guerre (3 millions de dollars
par jour) à une économie de développement global, avec
– 16 –
des grands investissements en énergies durables ; en production
d’aliments ; en production et distribution d’eau ;
en environnement propre ; en logement…
D’une culture de violence et d’imposition à une
culture de dialogue et de conciliation. D’une culture de
guerre « Si vis pacem, para bellum » à une culture de paix :
construire, tous, la paix avec notre comportement quotidien.
La force du dévouement à autrui, de la « solidarité
intellectuelle et morale » que prône la Constitution de
l’Unesco, face au préjugé : là se trouve la prééminence.
« Maîtresse, aidez moi à regarder ! », demandait la
petite élève devant la mer qu’elle voyait pour la première
fois. Notre rôle, maintenant, c’est de contribuer à une
rapide diffusion de ce que représentent la guerre et la violence
pour générer un sentiment de refus, pour produire
une clameur populaire d’aversion aux tambours de la
confrontation inéluctable et ensanglantée… Prendre conscience
des horreurs, des souffrances, des morts, oui, des
enfants morts, assassinés… Chaque être humain unique,
capable de la démesure de créer ; le monument le plus
précieux à sauvegarder, criblé, détruit, effondré, effacé…
Des villages brûlés, exilés, réfugiés, des milliers de
personnes blessées, dans leur corps et leur esprit. « Effets
collatéraux » proclament avec cynisme les meneurs des
combats « modernes ». En effet, les populations deviennent
de plus en plus victimes des conflits. Lorsque la
violence est à leur porte, il arrive qu’elles refusent de s’y
laisser entraîner, mettant en oeuvre la puissance de leur
nombre, leur imagination, leur détermination, de façon
telle qu’elles arrivent à surmonter l’oppresseur et les
forces militaires.
C’est ce rapport de forces particulier qu’a étudié
Gene Sharp avec l’aide de plusieurs équipes de Harvard et
la collaboration d’autres chercheurs internationaux. Ses
nombreuses publications ont été traduites en plus de
trente langues. Celle-ci, fait partie d’un groupe de trois
livrets, qui ont pour particularité d’être destinés, non plus
– 17 –
aux chercheurs comme les précédentes, mais à un public
large et plus particulièrement aux populations qui souffrent
soit d’une dictature, soit d’un coup d’État, soit d’une
oppression moins définie. On ne s’étonnera pas de sa
forme qui est celle d’un manuel pratique car c’est un
travail de vulgarisation bien nécessaire pour compléter un
large ensemble d’études plus théoriques. L’École de la paix
de Grenoble a déjà contribué en 1995, par la publication
en français d’un autre livre de Gene Sharp, à expliquer ce
phénomène incroyable qui permet au faible, lorsque sa
cause est juste et sous certaines conditions, de vaincre le
fort et surtout, d’établir des conditions de paix beaucoup
plus durables.
Il est temps de dire à ceux qui ne le savent pas
encore, qu’il y a aujourd’hui des méthodes non seulement
plus modernes mais surtout plus efficaces, qui font appel
à l’intelligence, au réalisme et à la préparation. Il s’agit de
véritables stratégies, conçues pour gagner et non seulement
pour résister ; cela change tout. Elles n’excluent pas
l’utilisation dans certains cas de la force militaire mais
d’ores et déjà on peut affirmer qu’on ne pourra plus
parler d’actions de force sans envisager sérieusement ces
nouvelles voies.
Chacun des trois livrets traite d’un aspect particulier :
• La force sans la violence donne une vision générale
• De la dictature à la démocratie explique la manière
d’abattre une dictature, aussi puissante soit-elle, dans
une magistrale leçon de stratégie
• L’anti-coup d’État explique comment une population
peut empêcher un coup d’État et même en profiter
pour rétablir la démocratie.
Ces publications peuvent contribuer au développement
de l’intelligence collective. La culture de paix est loin
d’être suffisante lorsqu’on voit, encore aujourd’hui, déclencher
des guerres et invasions sans l’accord de l’ONU pour
régler des conflits alors que d’autres voies sont possibles
– 18 –
et ont fait leur preuve. Beaucoup de choses ont été écrites
sur la « prévention » de la violence mais beaucoup moins
sur la manière de résoudre les conflits imminents. Lorsque
les négociations ne sont plus possibles, nos gouvernants ne
pensent qu’aux voies militaires. Pourtant si on y réfléchit,
par ces voies il y a toujours autant de perdants que de
gagnants, un sur deux et souvent même les deux, ce qui
n’est guère encourageant, d’autant plus que le gagnant
n’est pas souvent celui qui a la cause la plus juste. Dans ces
nouvelles formes de lutte nonviolentes au contraire, la
participation massive des peuples apporte sa part de
légitimité. Ajoutons aussi qu’il ne s’agit pas de prendre
parti contre telle ou telle forme de régime ; Gene Sharp
ne milite pas ici pour un gouvernement ou pour un autre,
il nous propose un outil qui permet aux peuples de faire
valoir leurs droits à la paix et à la justice sous des formes
hautement démocratiques.
Il faut d’urgence investir la société civile du pouvoir
de la conscience collective, de la capacité, pour la première
fois, de s’exprimer sans entraves. La solution aux crises de
l’économie, de la démocratie, de l’environnement, de
l’éthique… est, je dois le répéter, la transition de la force
à la parole. Les gouvernements doivent savoir que
désormais les citoyens – « Nous, le peuples… » comme
établi au Préambule de la Charte de Nations Unis – ne
seront pas seulement récepteurs impavides de leurs
décisions mais acteurs de leur avenir. D’ores et déjà ils ne
sont plus endormis. Les livrets de Gene Sharp contribuent
à les réveiller.
Federico Mayor
Président de la Fondation Culture de Paix
Ancien DG de l’UNESCO
Federico Mayor Zaragoza (né en 1934 à Barcelone) fut Directeur
général de l’UNESCO de 1987 à 1999. Sous son mandat, il développa
le programme Culture de Paix de l’UNESCO et obtint que
l’Assemblée générale des Nations Unies déclare l’an 2000 « Année
– 19 –
Internationale pour la Culture de Paix ». Il soutint l’initiative qui
aboutit, le 10 novembre 1998, à la proclamation par l’Assemblée
générale des Nation Unies des années 2001-2010 comme « Décennie
Internationale de la Promotion d’une Culture de la Nonviolence et de
la Paix au profit des Enfants du Monde. » Le 13 septembre 1999,
l’Assemblée générale adoptait la « Déclaration et le Plan d’Action sur
la Culture de la Paix ». Il est membre du comité de parrainage de la
« Coordination Internationale pour la Décennie de la Culture de la
Paix et de la Nonviolence ». Il a été Ministre espagnol de l’Éducation
et de la Science du 2 décembre 1981 au 3 décembre 1982. Il est
membre honoraire du Club de Rome.

– 21 –
UN
––––––––––––
FAIRE FACE AVEC RÉALISME
AUX DICTATURES
ES DERNIÈRES ANNÉES, différentes dictatures –
d’origine nationale ou installées par intervention
étrangère – se sont effondrées face à une population
défiante et mobilisée. Souvent considérées comme
solidement ancrées et invincibles, certaines de ces dictatures
se sont révélées incapables de résister à une défiance
sociale, politique et économique concertée par le peuple.
Grâce à des défis populaires principalement nonviolents,
depuis 1980 des effondrements semblables se sont
produits en Estonie, en Lettonie, en Lituanie, en Pologne,
en RDA, en Tchécoslovaquie, en Slovénie, à Madagascar,
au Mali, en Bolivie et aux Philippines. La résistance nonviolente
a fait progresser la démocratie au Népal, en
Zambie, en Corée du Sud, au Chili, en Argentine, en Haïti,
au Brésil, en Uruguay, au Malawi, en Thaïlande, en Bulgarie,
en Hongrie, au Nigeria et dans différents pays de
l’ancienne Union Soviétique – en jouant un rôle important
dans la défaite de la tentative de coup d’État d’août 1991.
De plus, des mouvements de défiance politique1
1 Le terme utilisé dans ce contexte a été introduit par Robert Helvey.
La « défiance politique » est le combat nonviolent – protestation, noncoopération
et intervention – appliqué de manière active sous forme de
défi dans un but politique. Le terme s’est développé en réponse aux
confusions faites entre le combat nonviolent et la « nonviolence »
pacifiste, morale ou religieuse. « Défiance » signifie une sommation délibérée
à l’autorité par la désobéissance, ne laissant aucune place à la
soumission. « La défiance politique » indique le domaine (politique) dans
lequel on se trouve ainsi que l’objectif (pouvoir politique). Le terme est
C
– 22 –
massifs se sont développés en Chine, en Birmanie et au
Tibet ces dernières années. Bien que ces luttes n’aient pas
mis fin aux dictatures en place ou aux occupations, elles
ont exposé à la face du monde la nature répressive de ces
régimes et ont apporté aux populations une précieuse
expérience de cette forme de lutte.
L’effondrement des dictatures dans les pays cités
ci-dessus n’y a certainement pas éradiqué tous les autres
problèmes : la misère, la criminalité, l’inefficacité bureaucratique
et la destruction de l’environnement, qui sont
souvent l’héritage des régimes brutaux. Néanmoins, la
chute de ces dictatures a réduit au moins la souffrance des
victimes de l’oppression et a ouvert le chemin vers la
reconstruction de ces sociétés avec plus de démocratie
politique, de liberté personnelle et de justice sociale.
Un problème persistant
Ces dernières décennies il y a certainement une tendance
vers plus de démocratie et de liberté dans le monde. Selon
Freedom House, qui réalise chaque année une enquête sur
l’état des droits politiques et des libertés civiles, le nombre
de pays du monde classés comme « libres » a sensiblement
augmenté ces dernières années.2
utilisé principalement pour décrire l’action de populations contre une
dictature pour reprendre le contrôle des institutions gouvernementales
en attaquant durement les sources de son pouvoir, et en utilisant
délibérément un planning et des opérations stratégiques. Dans ce document,
nous utiliserons de manière interchangeable « défiance politique »,
« résistance nonviolente », « lutte nonviolente » et « combat nonviolent »
bien que les trois derniers correspondent généralement à un domaine
plus large (social, économique, psychologique, etc.).
2 Freedom House, Freedom in the World 2009: An Annual Survey of Political Rights and
Civil Liberties, à :
http://www.freedomhouse.org/template.cfm?page=70&release=756
(January 16, 2009). Voir site internet pour une description des catégories
de Freedom House « Libres », « Partiellement libres » et « Pas libres » :
http://www.freedomhouse.org/ratings/.
– 23 –
Libres Partiellement libres Non libres
1983 55 76 64
1993 75 73 38
2009 89 62 42
Néanmoins, cette tendance positive est tempérée par le
nombre important de peuples vivant encore sous le joug
de tyrannies. En janvier 2009, 34% des 6,7 milliards
d’êtres humains vivaient dans des pays et des territoires
indiqués « non libres »,3 c’est-à-dire des régions où les
droits politiques et les libertés civiques sont limités à
l’extrême. Les 42 pays de la catégorie « non libres » sont
dirigés par une série de dictatures militaires (comme la
Birmanie et le Soudan), des monarchies traditionnelles
(comme l’Arabie saoudite et le Bhoutan), des partis politiques
dominants (la Chine, la Corée du Nord), des occupants
étrangers (comme le Tibet et le Sahara occidental)
ou se trouvent en état de transition.
De nombreux pays sont aujourd’hui sujets à des
changements politiques, économiques et sociaux rapides.
Même si le nombre de pays « libres » a augmenté ces
dernières années, le risque est grand que plusieurs d’entre
eux, confrontés à ces changements rapides et fondamentaux,
évoluent en direction inverse et se dirigent vers de
nouvelles formes de dictatures. Des cliques militaires, des
individus ambitieux, des officiels élus et des partis politiques
doctrinaires chercheront inlassablement à imposer
leur volonté. Les coups d’État sont et resteront des
événements courants. Les Droits de l’Homme et les
droits politiques continueront à être refusés à un grand
nombre de personnes.
Malheureusement, le passé nous accompagne toujours.
Le problème des dictatures est profond. Dans de
3 Freedom House, Freedom in the World 2009, réactualisé comme dans la
note précédente.
– 24 –
nombreux pays, les gens ont vécu des décennies et même
des siècles d’oppression, qu’elle soit d’origine interne ou
étrangère. Une soumission inconditionnelle aux symboles
et aux détenteurs du pouvoir y a souvent été inculquée
depuis longtemps. Dans des cas extrêmes, les institutions
sociales, politiques, économiques et même religieuses de la
société – hors du contrôle de l’État – ont été délibérément
affaiblies, subordonnées et même remplacées par
de nouvelles institutions inféodées à l’État ou au parti en
place afin de contrôler la société. La population a souvent
été atomisée, c’est-à-dire transformée en une masse
d’individus isolés, incapables de travailler ensemble pour
développer des libertés, une confiance mutuelle ou même
de faire quoi que ce soit de leur propre initiative.
Le résultat est prévisible : la population s’affaiblit,
n’a plus confiance en elle-même et se trouve incapable de
résister. Les gens ont souvent trop peur de partager leur
haine de la dictature et leur soif de liberté, même en
famille et entre amis. Ils sont terrifiés à l’idée même de
résistance publique. À quoi cela servirait-il ? Au lieu de
cela ils vivent une souffrance sans but et envisagent
l’avenir sans espoir.
De nos jours, les conditions de la dictature peuvent
être encore pires que par le passé. Autrefois, des peuples
pouvaient tenter de résister. De courtes protestations ou
manifestations de masse pouvaient se produire. Des espoirs
temporaires jaillissaient. Parfois des individus ou des petits
groupes pouvaient avoir des gestes courageux bien
qu’insuffisants, affirmant certains principes ou simplement
leur défiance. Si nobles que soient leurs motifs, ces actes
de résistance ont souvent été insuffisants pour vaincre la
crainte et l’habitude d’obéissance, ce qui serait un préalable
nécessaire pour renverser la dictature. Hélas, ces gestes
ont probablement augmenté le niveau de souffrance plutôt
que les possibilités de victoire ou même l’espérance.
– 25 –
La liberté par la violence ?
Que faire dans de telles circonstances ? Les solutions
évidentes paraissent n’aboutir à rien. Les barrières légales
et constitutionnelles, les décisions judiciaires et l’opinion
publique sont généralement ignorées des dictateurs. En
réaction aux brutalités, à la torture, aux disparitions et aux
meurtres, on a souvent conclu, de manière compréhensible,
que seule la violence pouvait abattre une dictature.
Les victimes en colère se sont parfois organisées pour
combattre les dictateurs brutaux en ayant recours, envers
et contre tout, à n’importe quel pouvoir de nuisance
violent, ou même à des moyens militaire. Ces gens se sont
souvent battus courageusement, au prix de souffrances et
de pertes humaines élevées. Leurs réussites furent parfois
remarquables mais ils ont rarement obtenu la liberté. Les
rebellions violentes peuvent déclencher une répression
brutale qui laisse fréquemment le peuple plus impuissant
qu’auparavant.
Quelle que soit la valeur de l’option violente, une
chose est certaine : en plaçant sa confiance dans les moyens
violents, on choisit le type même de lutte dans lequel les oppresseurs
ont presque toujours la supériorité. Les dictateurs sont équipés
pour appliquer une violence insurmontable. Aussi longtemps
que les démocrates résistent, de dures réalités militaires
sont inévitables. Les dictateurs ont presque toujours
la supériorité en équipement militaire, en munitions, en
moyens de transport et en forces disponibles. Malgré leur
bravoure, les démocrates ne sont quasiment jamais un
adversaire à la hauteur.
Lorsque la rébellion militaire conventionnelle est
reconnue comme irréaliste, certains dissidents choisissent
la guérilla. Pourtant, la guérilla ne bénéficie que rarement,
voire jamais, à la population opprimée et conduit encore
plus rarement à la démocratie. Elle n’est pas la solution
qui s’impose étant donné le nombre énorme de victimes
qu’elle fera dans la population civile. La technique ne
– 26 –
garantit pas contre l’échec malgré la critique positive dont
elle fait l’objet dans les théories et analyses stratégiques et
parfois aussi malgré les appuis internationaux dont bénéficient
ceux qui y ont recours. Les guérillas durent dans
bien des cas très longtemps. Les populations civiles sont
souvent déplacées par le gouvernement au prix d’immenses
souffrances et d’une dislocation du tissu social.
Même réussies, les luttes de guérilla ont souvent, à
la longue, des conséquences structurelles néfastes. Le
régime attaqué réagit immédiatement en devenant encore
plus dictatorial. Et si la guérilla devait finalement l’emporter,
le nouveau régime qui en est issu est souvent encore
plus dictatorial que le précédent, cela par l’effet centralisateur
d’un nouveau pouvoir encore plus militarisé, et
aussi par l’affaiblissement ou la destruction pendant la
lutte des groupes qui structuraient la société civile et qui
sont essentiels à l’établissement et au maintien d’une
société démocratique. Ceux qui s’opposent aux dictatures
devraient se tourner vers d’autres options.
Coups d’État, élections et sauveurs étrangers
Un coup d’État militaire contre une dictature peut paraître
un des moyens les plus faciles et rapides d’éliminer un
régime corrompu. Néanmoins, cette option pose de graves
problèmes. Le plus important est qu’elle laisse en place
une mauvaise distribution du pouvoir entre la population,
l’élite au pouvoir et la force militaire. Le renvoi de certaines
personnes et cliques des postes gouvernementaux
facilitera tout simplement l’occupation de ces postes par
d’autres personnes. Celles-ci auront peut-être un comportement
plus tempéré et seront éventuellement plus
ouverts à des réformes démocratiques, mais ils peuvent
aussi, à l’inverse, être plus corrompus que ceux dont ils
prennent la place.
– 27 –
Après avoir consolidé sa position, la nouvelle clique
peut se révéler plus impitoyable et plus ambitieuse que la
précédente. Ainsi, malgré les espoirs qu’elle apportait, elle
sera libre de faire ce qu’elle veut sans se préoccuper de
démocratie ou de droits humains. Cela ne peut donc pas
être une réponse acceptable au problème de la dictature.
Quant aux élections, il n’en est pas question sous
une dictature : elles ne sont pas un instrument efficace de
changement politique. Certains régimes dictatoriaux,
comme ceux du bloc de l’Est sous contrôle soviétique,
firent des parodies d’élections pour paraître démocratiques.
Elles ne furent que des plébiscites rigoureusement
contrôlés pour faire entériner par le public des choix de
candidats déjà tranchés par les despotes. Des dictateurs
sous pression peuvent parfois accepter de nouvelles
élections, mais en les truquant pour mettre en place leurs
marionnettes civiles au gouvernement. Si des candidats de
l’opposition ont eu le droit de se présenter et furent réellement
élus, comme en Birmanie en 1990 et au Nigeria en
1993, les résultats furent simplement ignorés et les « vainqueurs
» soumis à l’intimidation, arrêtés ou même exécutés.
Les dictateurs ne vont pas se permettre d’organiser des
élections qui pourraient les chasser de leur trône.
Beaucoup de gens souffrant actuellement d’une
dictature brutale, ou qui se sont exilés pour y échapper,
ne croient pas que les opprimés puissent se libérer euxmêmes.
Mais ils pensent que leur peuple ne peut être
sauvé que par l’intervention de tiers. Ils placent leur
confiance en des forces extérieures et croient que seule
l’aide internationale peut être assez puissante pour renverser
les dictateurs.
Cette idée selon laquelle les opprimés sont incapables
d’agir efficacement est parfois exacte pour une certaine
période. Souvent les peuples opprimés manquent de
volonté et sont temporairement incapables de lutter, car
ils n’ont aucune confiance en leur capacité de faire face à
une dictature brutale et ne voient aucun moyen de s’en
– 28 –
sortir. On comprend donc qu’ils placent leurs espoirs de
libération en des entités tierces, en une force extérieure
qui peut être « l’opinion publique », les Nations Unies, un
autre pays, ou encore des sanctions économiques et politiques
internationales. Une telle vision est confortable, mais
elle pose de sérieux problèmes. Cette confiance accordée
à une puissance extérieure peut être très mal placée. Le
plus souvent aucun sauveur étranger ne se présente, et si
l’un d’eux le fait, on ne devrait probablement pas lui faire
confiance. Car de dures réalités sont à considérer avant de
s’en remettre à une intervention étrangère :
• Fréquemment, les puissances étrangères tolèrent
et même soutiennent une dictature afin de faire
avancer leur propre intérêt économique et politique.
• Certains iront jusqu’à trahir le peuple opprimé
plutôt que de tenir leur promesse d’aider à sa libération,
cela afin de poursuivre un autre objectif.
• D’autres agiront contre la dictature pour mieux
maîtriser le pays aux plans économiques, politiques
ou militaires.
• Les puissances étrangères s’investissent parfois de
manière positive pour le peuple opprimé, mais
seulement si le mouvement intérieur de résistance a
déjà ébranlé la dictature au point d’attirer l’attention
internationale sur la nature brutale du régime.
Les dictatures existent principalement à cause de l’insuffisante
répartition du pouvoir dans le pays lui-même. La
population et la société sont trop faibles pour poser des
problèmes sérieux au pouvoir dictatorial, la richesse et le
pouvoir sont concentrés en trop peu de mains. La survie
des dictatures dépend principalement de facteurs internes,
même si elles peuvent être renforcées ou affaiblies par
des actions internationales.
– 29 –
Ces pressions internationales peuvent être utiles
lorsqu’elles soutiennent un puissant mouvement intérieur
de résistance. Ainsi, les boycotts économiques internationaux,
les embargos, la rupture des relations économiques,
l’expulsion des organisations internationales, ou la condamnation
par les Nations Unies, par exemple, peuvent être
utiles. Mais en l’absence d’un fort mouvement intérieur
de résistance, de telles actions ne risquent guère d’être
entreprises.
Faire face à la dure vérité
La conclusion est difficile à accepter. Pour renverser une
dictature efficacement et au moindre coût, il est impératif
de travailler à quatre tâches :
• Renforcer la détermination de la population opprimée
et sa confiance en elle-même, et améliorer ses
compétences pour résister ;
• Fortifier les groupes sociaux indépendants et les
institutions qui structurent la population opprimée ;
• Créer une puissante force de résistance interne ;
• Développer un plan stratégique global de libération
judicieux et le mettre en oeuvre avec compétence.
Une lutte de libération est un temps d’affermissement de
la confiance en soi et de renforcement de la cohérence
interne des groupes combattants. En 1879 et 1880, lors
de la campagne irlandaise de grève des loyers, Charles
Stewart Parnell professait :
« Il est inutile de compter sur le gouvernement…
vous ne devez compter que sur votre propre
détermination… Aidez vous en vous soutenant
les uns les autres… fortifiez ceux qui, parmi vous,
– 30 –
sont faibles… unissez vous, organisez vous… et
vous gagnerez…
Une fois que vous aurez pris cette question en
main, c’est à ce moment-là, et pas avant, qu’elle
sera résolue. »4
Quand la dictature doit faire face à une force solide, sûre
d’elle-même, dotée d’une stratégie intelligente, avec des
actions disciplinées, courageuses et vraiment puissantes,
elle finira par s’écrouler. Mais, au minimum, les quatre
conditions énumérées ci-dessus devront être remplies.
Comme nous venons de le montrer, la libération
des dictatures dépend finalement de la capacité des
peuples à se libérer eux-mêmes. Les expériences réussies
de défiance politique – ou de lutte nonviolente à buts
politiques – cités précédemment prouvent qu’il est bel et
bien possible pour les populations de se libérer par ellesmêmes.
Mais cette option est restée peu développée.
Nous l’examinerons en détail dans les chapitres suivants.
Néanmoins, il nous faut d’abord étudier la question des
négociations comme moyen de démanteler les dictatures.
4 Patrick Sarsfield O’Hegarty, A History of Ireland Under the Union,
1880-1922 (London: Methuen, 1952), pp. 490-491.
– 31 –
DEUX
––––––––––––
LES DANGERS
DE LA NÉGOCIATION
ONFRONTÉES AUX GRAVES problèmes d’une dictature
(voir chapitre un), certains peuples s’installent
dans une attitude de soumission passive. D’autres,
ne voyant aucune possibilité d’aller vers la démocratie,
concluent qu’ils doivent composer avec cette dictature
apparemment indestructible, en espérant que, grâce à la
« conciliation », au « compromis » et aux « négociations », il
sera possible de sauver quelques éléments positifs et de
mettre fin aux brutalités. En apparence et faute d’alternatives
réalistes, cette option en séduit beaucoup.
Une lutte sérieuse contre une dictature brutale n’est
pas une perspective agréable. Pourquoi faut-il l’envisager ?
Ne pourrions-nous pas être raisonnables et trouver des
moyens de discuter, de négocier des solutions pour
supprimer graduellement la dictature ? Les démocrates ne
pourraient-ils pas faire appel à l’humanisme des dictateurs,
les convaincre de réduire peu à peu leur domination, et
peut-être, à la longue, ouvrir la voie à l’établissement de la
démocratie ?
Il est dit parfois que la vérité n’est pas uniquement
d’un seul côté. Les démocrates auraient peut-être
mal compris les dictateurs qui, pour leur part, auraient
peut-être agi pour de bons motifs dans des circonstances
difficiles. Certains penseront que les dictateurs n’attendent
que quelques encouragements ou incitations pour se
retirer de bonne grâce de la situation difficile à laquelle le
C
– 32 –
pays est confronté. On pourrait aussi avancer l’idée de
proposer aux dictateurs des solutions gagnant-gagnant
dans lesquelles tout le monde trouverait son compte. Les
risques et souffrances de futurs combats pourraient être
évités si l’opposition démocratique se contentait d’apaiser
le conflit par des négociations (qui pourraient même être
menées avec l’assistance de personnes compétentes ou
d’un autre gouvernement). Cela ne serait-il pas préférable
à une lutte difficile, même si elle est nonviolente plutôt
que militaire ?
Mérites et limites de la négociation
La négociation est un outil très utile dans la résolution de
certains types de problèmes et ne doit être ni négligée, ni
rejetée lorsqu’elle est appropriée.
Dans certaines situations qui ne portent pas sur
des questions fondamentales et donc sur lesquelles un
compromis est acceptable, la négociation peut être un
moyen appréciable pour régler des conflits. Une grève
ouvrière pour une augmentation de salaire est un bon
exemple de conflit pouvant se traiter par la négociation :
on trouve un point d’accord situé entre les propositions
des parties en présence. Mais les conflits sociaux impliquant
des syndicats reconnus sont bien différents de ceux
dont l’enjeu est l’existence même d’une dictature cruelle
ou le rétablissement de la liberté politique.
Lorsque les enjeux sont fondamentaux, qu’ils
affectent des principes religieux, des libertés humaines ou
le développement futur de toute la société, les négociations
ne peuvent pas trouver une solution acceptable. Sur
des questions fondamentales, il n’y a pas de compromis
possible. Seul un changement radical des relations de
pouvoir en faveur des démocrates peut assurer la sauvegarde
des enjeux fondamentaux. Un tel changement
s’obtiendra par la lutte et non pas par des négociations.
– 33 –
Cela ne signifie pas que la négociation ne doive jamais
être utilisée mais plutôt qu’elle n’est pas un moyen réaliste
pour renverser une puissante dictature quand une forte
opposition démocratique fait défaut.
Cependant, il arrive que la négociation ne soit
même pas une option. Les dictateurs solidement retranchés
et en position de sécurité peuvent n’avoir aucune
envie de négocier avec leur opposition démocratique. Ou
alors, lorsque des négociations auront été initiées, les
négociateurs du camp démocratique disparaîtront à jamais.
La capitulation négociée
Les individus ou les groupes qui s’opposent aux dictatures
ont souvent de bonnes raisons de vouloir négocier.
En particulier, lorsqu’une lutte militaire contre une
dictature brutale s’est poursuivie durant des années sans
victoire finale, il est compréhensible que le peuple entier,
quelle que soit sa conviction politique, souhaite la paix.
Des négociations sont particulièrement susceptibles d’être
envisagées par les démocrates quand le dictateur à une
nette supériorité militaire et que les destructions et les
pertes humaines atteignent un niveau insupportable pour
le peuple. Il se développera alors une certaine tentation
d’explorer toutes les voies qui pourraient sauver une
partie des objectifs des démocrates tout en mettant fin au
cycle de violences et de représailles
Une offre de « paix » négociée adressée par une
dictature à son opposition démocratique n’est bien sûr
pas dénuée d’arrière-pensées. Les dictateurs peuvent mettre
fin d’eux-mêmes à la violence en cessant de faire la guerre
à leur propre peuple. Ils peuvent, de leur propre initiative,
respecter sans marchander les droits et la dignité humaine,
libérer les prisonniers politiques, faire cesser la
torture, arrêter les opérations militaires, se retirer du
gouvernement et présenter des excuses au peuple.
– 34 –
Lorsque la dictature est forte mais qu’il existe une
résistance gênante, le dictateur souhaite parfois négocier
pour soumettre l’opposition sous prétexte de « faire la
paix ». L’appel à la négociation peut séduire, mais il est
fort possible que celle-ci cache de graves dangers.
Par contre, lorsque l’opposition est en position de
force et que la dictature est menacée, les dictateurs peuvent
chercher à négocier afin de sauver le maximum de leur
pouvoir et de leur richesse. En aucun cas les démocrates
ne doivent aider les dictateurs à atteindre leurs buts.
Les démocrates doivent se méfier des pièges qui
peuvent leur être tendus par les dictateurs au cours du
processus de négociation. L’ouverture de négociations
alors que des questions fondamentales de libertés civiles
sont en jeu peut n’être qu’une ruse du dictateur visant à
obtenir la paix ou la soumission des opposants alors que
la violence de la dictature se perpétue. Dans ce type de
conflit, la seule négociation envisageable est celle qui se
tient à la fin d’une lutte décisive, lorsque le dictateur est
aux abois et qu’il cherche un couloir de sécurité pour se
rendre à un aéroport international.
Puissance et justice dans la négociation
Si ce jugement concernant les négociations paraît trop
sévère, il se peut que le romantisme qui leur est associé
doive être modéré. Il importe d’avoir les idées claires
quant à la manière dont les négociations fonctionnent.
« Négocier » ne signifie pas s’asseoir à une table et
discuter sur un pied d’égalité pour résoudre des différends.
N’oublions pas deux choses : d’abord, lors des
négociations, ce n’est pas la justice relative des positions
et des objectifs des uns et des autres qui détermine le
point d’entente. Deuxièmement, le contenu d’un accord
négocié est largement déterminé par le rapport de pouvoir
entre les parties en présence.
– 35 –
Il importe de considérer plusieurs questions difficiles
: quelle perspective s’offre à une partie pour atteindre
ses objectifs si, à la table de négociations, l’autre ne
prouve pas de volonté de progrès ? Et que peut faire une
partie si, après être arrivée à un accord, l’autre ne le
respecte pas et utilise ses forces sur le terrain pour agir
unilatéralement de manière non conforme à l’accord ?
Une entente négociée n’est pas obtenue par
l’évaluation des droits et des torts des uns et des autres
quant aux questions en jeu. Bien que ces sujets puissent
être débattus, les vrais résultats des négociations viennent
de l’évaluation du pouvoir absolu ou relatif des groupes
qui s’opposent. Que peuvent faire les démocrates pour
s’assurer que leurs revendications essentielles soient
respectées ? Que peuvent faire les dictateurs pour rester
au pouvoir et neutraliser les démocrates ? Autrement dit,
si l’on arrive à une entente, elle sera vraisemblablement le
résultat de l’estimation dans chaque camp du rapport des
forces et des projections quant à l’issue probable d’un
conflit éventuel.
Il importe également de prêter attention à ce que
chaque bord accepte d’abandonner pour parvenir à
l’accord. Lors de négociations réussies, il y a compromis,
partage. Chaque bord obtient une part souhaitée et abandonne
une part de ses exigences. Dans le cas de dictatures
extrêmes, que peuvent céder les forces démocratiques ?
Quels objectifs des dictateurs doivent-elles accepter ?
Doivent-ils donner aux dictateurs (qu’ils soient un parti
politique ou une clique militaire) un rôle permanent et
constitutionnel dans le futur gouvernement ? Où est alors
la démocratie ?
Même si les négociations se passent bien, il est
nécessaire de s’interroger sur la forme de paix qui en
sortira ? La vie sera-t-elle meilleure ou pire que si les
démocrates avaient commencé ou continué la lutte ?
– 36 –
Les dictateurs « acceptables »
Les dictateurs peuvent avoir, à la base de leur domination,
des motifs et objectifs variés : pouvoir, position, richesse,
restructuration de la société, etc. Il ne faut pas oublier que
rien de tout cela ne leur restera s’ils abandonnent leur
position. Lors de négociations, ils essayeront donc de
préserver leurs buts.
Quoiqu’ils promettent, il ne faut pas oublier qu’ils
sont capables de promettre n’importe quoi afin de
soumettre leurs opposants démocrates, pour ensuite violer
effrontément touts leurs engagements.
Si les démocrates acceptent d’arrêter leur résistance
afin de gagner un sursis devant la répression, ils
peuvent se retrouver fort déçus. Une halte à la résistance
réduit rarement la répression. Lorsque les forces contraignantes
de l’opposition intérieure et internationale ont été
supprimées, les dictateurs sont capables d’exercer une
oppression et une violence plus aigues que jamais. L’effondrement
de la résistance populaire réduit souvent les
contre-pouvoirs qui limitaient le contrôle et les brutalités
de la dictature. Les tyrans peuvent alors s’en prendre à qui
ils le souhaitent. « Car le tyran ne tire son pouvoir de
nuisance que des faiblesses de notre résistance, » a écrit
Krishnalal Shridharani.5
C’est la résistance et non pas la négociation qui
compte dans les conflits dont les enjeux sont fondamentaux.
Dans presque tous les cas, la résistance doit
continuer pour chasser les dictateurs du pouvoir. Le
succès est le plus souvent déterminé non pas par un
accord, mais par l’usage des moyens de résistance les plus
appropriés et les plus puissants disponibles. Nous montrerons
plus loin en détail que la défiance politique, ou la
5 Krishnalal Shridharani, War Without Violence: A Study of Gandhi’s
Method and Its Accomplishments (New York: Harcourt, Brace, 1939, et réimpression
New York and London: Garland Publishing, 1972), p. 260.
– 37 –
lutte nonviolente, est le moyen disponible le plus puissant
à disposition de ceux qui militent pour leur liberté.
Quel genre de paix ?
Si les dictateurs et les démocrates parlent ensemble de
paix, il faut garder les idées claires, à cause des dangers
que cela induit : tous ceux qui se servent du mot « paix »
ne souhaitent pas nécessairement la liberté et la justice. La
soumission passive à l’oppression cruelle de dictateurs, à
un despote ayant fait subir des atrocités à des centaines de
milliers de personnes ne correspond pas à la paix
véritable. Hitler évoquait souvent la paix et cela signifiait
soumission à sa volonté. La paix d’un dictateur n’est
souvent rien de plus que la paix de la prison ou de la
tombe.
Mais il y a d’autres dangers. Parfois, des négociateurs
bien intentionnés confondent les objectifs de la
négociation et le processus lui-même. Plus encore, des
démocrates ou des spécialistes étrangers participant aux
négociations peuvent, d’un seul coup, fournir au dictateur
la légitimité (intérieure ou internationale) qui lui était
refusée du fait de sa position monopolistique dans l’État,
de ses violations des Droits de l’Homme et de sa brutalité.
Sans cette légitimité désespérément nécessaire, les dictateurs
ne peuvent pas continuer à régner indéfiniment. Les
acteurs de la paix ne doivent pas la leur fournir.
Raisons d’espérer
Comme nous l’avons indiqué, les dirigeants de l’opposition
peuvent se sentir forcés de poursuivre la négociation
en désespérant du combat démocratique. Néanmoins, ce
sentiment d’impuissance peut être dépassé. Les dictatures
ne sont pas éternelles. Ceux qui les subissent n’ont pas à
– 38 –
rester toujours faibles, et il ne faut pas que les dictateurs
restent toujours forts. Aristote remarquait déjà : « …
Oligarchie et tyrannie ont une durée plus brève que
n’importe quelle autre constitution, […] la plupart des
tyrannies n’ont jamais eu qu’une durée extrêmement
brève. »6 Les tyrannies modernes sont aussi vulnérables.
Leurs faiblesses peuvent être accentuées et le pouvoir des
dictateurs peut se désintégrer (Au chapitre quatre nous
examinerons ces faiblesses plus en détail).
L’histoire récente démontre la vulnérabilité des
dictatures et révèle qu’elles peuvent s’effondrer en un
temps très court : s’il fallut dix ans (1980-1990) pour voir
tomber la dictature communiste en Pologne, en Allemagne
de l’Est et en Tchécoslovaquie en 1989 il a suffi de
quelques semaines. Au Salvador et au Guatemala, en 1944,
les luttes contre de terribles dictatures militaires durèrent
environ deux semaines. Le puissant régime militaire du
Shah d’Iran fut ébranlé en quelques mois. La dictature de
Marcos aux Philippines s’écroula face à la puissance du
peuple en l’espace de quelques semaines en 1986 : Le
gouvernement des États-Unis abandonna rapidement le
Président Marcos dès que la force de l’opposition devint
manifeste. La tentative de coup d’État en Union soviétique
en août 1991 fut bloquée en quelques jours par un
mouvement de défiance politique. Peu après, plusieurs
nations longtemps dominées gagnèrent leur indépendance
en seulement quelques jours, semaines ou mois.
L’idée toute faite et ancienne, selon laquelle les
moyens violents opèrent toujours rapidement alors que
les moyens nonviolents demandent du temps et de la
patience n’est pas valide. Bien qu’il faille du temps pour
changer profondément la situation et la société, le combat
nonviolent lui-même contre la dictature peut se passer
relativement vite.
6 Aristote, La Politique. Paris, Éditions Vrin (1995), ou Paris, Éditions
Garnier-Flammarion.
– 39 –
Les négociations ne sont pas la seule alternative à
la capitulation d’un part et à la guerre d’annihilation
d’autre part. Les exemples ci-dessus, ainsi que ceux du
chapitre un, montrent qu’il existe une autre solution pour
ceux qui veulent la paix et la liberté : la défiance politique.

– 41 –
TROIS
––––––––––––
D’OÙ VIENT LE POUVOIR ?
ARVENIR À UNE SOCIÉTÉ qui soit à la fois en paix
et en liberté n’est pas une tâche aisée. Cela implique
une grande habileté stratégique, de l’organisation
et de la planification. Par-dessus tout il faut du
pouvoir. Les démocrates ne peuvent espérer abattre une
dictature et établir la liberté politique sans exercer leur
propre pouvoir.
Comment cela est-il possible ? Quelle sorte de
pouvoir l’opposition démocratique peut-elle mobiliser
pour réussir à détruire une dictature et ses vastes réseaux
militaires et policiers ? La réponse se trouve dans une
lecture souvent ignorée de la nature du pouvoir politique.
Connaître cette vue originale n’est pas une tâche si
difficile. Nous allons le voir à partir de quelques vérités
simples.
La fable du « Maître singe »
Une parabole chinoise de Liu-Ji, datant du XIVe siècle,
illustre bien cette lecture négligée du pouvoir politique7 :
Dans l’État féodal de Chu, un vieillard survivait
en gardant des singes à son service. Les gens
l’appelaient « Ju gong » (Maître singe).
7 Cette histoire, « La règle par la ruse », vient de Yu-li-zi pseudonyme
de Liu Ji (1311-1375).
P
– 42 –
Chaque matin, le vieil homme rassemblait les singes
dans sa cour et donnait l’ordre à l’aîné d’emmener
les autres dans la montagne ramasser des fruits
sur les arbres et dans les buissons. La règle
exigeait que chaque singe donne le dixième de sa
récolte au vieillard, et ceux qui ne le faisaient pas
étaient violemment fouettés. Tous les singes en
souffraient mais n’osaient s’en plaindre.
Un jour, un jeune singe s’adressa aux autres : « Le
vieil homme a-t-il planté tous les fruitiers et
buissons ? » Les autres répondirent : « Non, ils ont
poussé naturellement. » Le jeune singe insista :
« Ne pouvons-nous pas prendre les fruits sans la
permission du vieil homme ? » Les autres répondirent
: « Si, nous pouvons tous le faire. » Le jeune
singe continua : « Alors pourquoi devons-nous
dépendre du vieil homme ; pourquoi devons-nous
tous le servir ? »
Avant que le petit singe ne finisse sa phrase, tous
les autres avaient compris et s’éveillaient.
La nuit même, s’assurant que le vieil homme était
endormi, les singes détruisirent l’enclos dans lequel
ils étaient confinés. Ils prirent les fruits que le vieil
homme avait emmagasinés et les emportèrent
dans la forêt pour ne jamais en revenir. Le vieil
homme finit par mourir de faim.
Yu-zu-li conclut : « Certains hommes, dans le
monde, dominent leur peuple par l’imposture et
non pas par la justice. Ne sont-ils pas comme le
Maître singe ? Ils ne se rendent pas compte de
leur confusion d’esprit. Dès que leur peuple
comprend la chose, leurs ruses ne fonctionnent
plus. »
– 43 –
Les sources indispensables
du pouvoir politique
Le principe est simple. Les dictateurs ont besoin de l’aide
de ceux qu’ils gouvernent. Sans eux, ils ne peuvent
assurer et maintenir les sources de leur pouvoir politique.
Ces sources du pouvoir politique comprennent :
• L’autorité, la conviction, répandue dans le peuple,
que le régime est légitime et que lui obéir est un
devoir moral ;
• Les ressources humaines, le nombre et l’importance
des personnes et groupes qui obéissent, coopèrent,
ou apportent leur assistance au souverain ;
• Les compétences et connaissances, nécessaires au régime
pour accomplir certaines tâches et fournies par
des personnes ou des groupes coopérants ;
• Des facteurs intangibles, facteurs psychologiques et
idéologiques qui amènent les peuples à obéir et
assister les dominants ;
• Les ressources matérielles, c’est à dire la capacité des
dirigeants à contrôler ou accéder à la propriété,
aux ressources naturelles, aux moyens financiers,
au système économique et aux moyens de
communication et de transport ;
• Les sanctions, punitions, brandies ou appliquées,
contre ceux qui désobéissent ou refusent de
coopérer, afin d’assurer la soumission et la
coopération nécessaires au régime pour exister et
mener ses politiques.
Toutes ces sources, toutefois, dépendent de l’acceptation
du régime, de la soumission et de l’obéissance de la
population, de la coopération d’innombrables personnes
et des multiples institutions de la société. Ces appuis ne
sont pas garantis.
– 44 –
La pleine coopération, l’obéissance et le soutien
renforcent la disponibilité des sources nécessaires au
pouvoir et, par conséquent, augmentent le pouvoir d’un
gouvernement.
À l’inverse, le retrait de la coopération populaire
et institutionnelle aux agresseurs ou aux dictateurs réduit
ou supprime la disponibilité des sources du pouvoir desquelles
dépendent tous les dictateurs. Sans elles, le pouvoir
des dominants s’affaiblit et finalement se dissout.
Naturellement, les dictateurs sont sensibles aux
actions et idées qui menacent leur liberté d’action. Ils sont
donc susceptibles de menacer et de punir ceux qui désobéissent,
font grève ou n’acceptent pas de coopérer. Mais
cela ne résout pas leur problème. La répression et même
les brutalités ne mènent pas toujours au rétablissement de
la soumission et de la coopération nécessaires au fonctionnement
du régime.
Si, malgré la répression, les sources du pouvoir
peuvent être restreintes ou supprimées pendant une période
suffisante, cela peut conduire à l’incertitude et à la
confusion à l’intérieur même de la dictature. Il s’ensuivra
probablement un net affaiblissement du pouvoir de la
dictature. À la longue, la captation des sources de pouvoir
peut mener à la paralysie et à l’impuissance du régime et,
dans des cas sérieux, à sa désintégration. Le pouvoir du
dictateur s’éteindra, lentement ou rapidement, par « famine
politique ».
Il s’ensuit que, dans quelque gouvernement que
ce soit, le degré de liberté ou de tyrannie reflète la détermination
des sujets à être libres, ainsi que leur volonté et
leur capacité à résister à l’asservissement.
Contrairement à l’opinion générale, même les
dictatures totalitaires sont dépendantes de la population
et des sociétés qu’ils gouvernent. Comme le notait en
1953 le spécialiste allemand en sciences politiques Karl
W. Deutsch :
– 45 –
« Le pouvoir totalitaire n’est fort que s’il ne doit
pas être utilisé trop souvent. S’il doit être constamment
exercé sur l’ensemble de la population, il
est vraisemblable qu’il ne durera pas longtemps.
Étant donné que les régimes totalitaires exigent,
pour traiter avec leurs sujets, plus d’énergie que
les autres formes de gouvernement, ils ont un
plus grand besoin de s’appuyer sur des habitudes
de docilité répandues et fiables ; plus encore, ils
doivent pouvoir compter en cas de besoin sur le
soutien actif d’une part majeure de la population.
»8
En Angleterre au XIXe siècle, le théoricien du droit John
Austin a décrit la situation d’une dictature se confrontant
à un peuple mécontent. Il soutenait que si la majorité de
la population était déterminée à détruire le gouvernement
et était prête pour cela à endurer la répression, alors les
forces gouvernementales et tous leurs appuis ne pourraient
préserver le gouvernement haï, même avec l’assistance de
l’étranger. Et Austin concluait qu’après avoir lancé un tel
défi, le peuple ne pourrait plus être forcé dans l’obéissance
et la soumission.9
Bien avant lui, Machiavel disait que le prince « …
qui a l’ensemble de sa population pour ennemi ne sera
jamais en sécurité ; plus grande est sa cruauté, plus faible
devient son régime. »10
8 Karl W. Deutsch, “Cracks in the Monolith (Félures dans le
monolithe)” dans Carl J. Friedrich, ed. Totalitarianism (Cam-bridge, Mass.:
Harvard University Press, 1954), pp. 313-314.
9 John Austin, Lectures on Jurisprudence or the Philosophy of Positive Law (5e
édition, revisée et éditée par Robert Campbell, 2 vol., London: John
Murray, 1911 [1861]), Vol. I, p. 296.
10 Nicolas Machiavel, “The Discourses on the First Ten Books of
Livy”, dans The Discourses of Niccolo Machiavelli (London: Routledge and
Kegan Paul, 1950), Vol. I, p. 254. Voir Discours sur la première décade de Tite
Live. Paris, Champs Flammarion, 1985, pour l’édition française.
– 46 –
L’application politique pratique de ces idées fut
établie par les Norvégiens dans leur résistance héroïque à
l’occupation nazie et, comme nous l’avons vu au premier
chapitre, par les courageux Polonais, Allemands, Tchèques,
Slovaques, et par bien d’autres qui, résistant à l’agression
et à la dictature communiste, contribuèrent finalement à
l’effondrement des pouvoirs communistes en Europe.
Ceci, bien sûr, n’est pas nouveau : on rencontre des cas
de résistance nonviolente dès 494 avant J.C. lorsque la
Plèbe refusa de coopérer avec les Maîtres patriciens
romains.11 La lutte nonviolente s’est manifestée aux différentes
époques chez les peuples d’Asie, d’Afrique, des
Amériques, d’Australie et des Îles du Pacifique aussi bien
qu’en Europe.
Trois des facteurs les plus importants qui permettent
de déterminer le degré de contrôle d’un pouvoir
gouvernemental sont : (1) la volonté du peuple d’imposer
des limites à la puissance du gouvernement ; (2) la capacité
des organisations et institutions indépendantes à retirer
collectivement les sources du pouvoir ; et (3) l’habileté de la
population à refuser son consentement et son assistance.
Les centres du pouvoir démocratique
L’une des caractéristiques des sociétés démocratiques est
qu’il y existe, indépendamment de l’État, une multitude
de groupes et d’institutions non gouvernementales. Ce
sont, par exemple, les familles, les organisations religieuses,
les associations culturelles, les clubs sportifs, les institutions
économiques, les syndicats, les associations d’étudiants,
les partis politiques, les communautés villageoises,
les associations de quartier, les clubs de jardinage, les
11 Voir Gene Sharp, The Politics of Nonviolent Action (Boston: Porter
Sargent, 1973), p. 75 et dans le présent ouvrage pour d’autres exemples
historiques.
– 47 –
associations de défense des Droits de l’Homme, les
groupes de musique, les sociétés littéraires, etc. Ces
entités sont importantes car en poursuivant leurs objectifs
propres elles contribuent à satisfaire des besoins sociaux.
De plus, elles ont une grande utilité politique.
Elles structurent les groupes et les institutions à travers
lesquelles les personnes peuvent exercer une influence sur
la direction de leur société et résister aux autres groupes
ou au pouvoir lorsque ceux-ci semblent nuire à leurs
intérêts, à leurs activités, ou à leurs objectifs. Des individus
isolés, qui ne sont pas membres de tels groupes, n’ont
généralement pas la capacité d’exercer une pression
significative sur la société, encore moins sur le gouvernement,
et certainement pas sur une dictature.
Par conséquent, si l’autonomie et la liberté de ces
entités peuvent être limitées par les dictateurs, la population
sera relativement impuissante. De plus, si ces institutions
et groupes peuvent être contrôlés par le régime
central ou remplacées par de nouvelles plus soumises,
elles peuvent aussi être utilisées pour dominer à la fois les
membres de la société et les secteurs occupés par les
différentes institutions.
Néanmoins, si l’autonomie et la liberté de ces
institutions civiles indépendantes (hors du contrôle
gouvernemental) peuvent être maintenues ou reconquises,
elles sont très importantes pour la mise en oeuvre de
la défiance politique. Le trait commun des cas cités de
dictatures désintégrées ou affaiblies a été la courageuse
application massive de la défiance politique par la population
et ses institutions.
Comme nous l’avons vu, ces centres de pouvoir
procurent les bases institutionnelles à partir desquelles la
population peut exercer une pression ou résister aux
contrôles dictatoriaux. Par la suite, ils feront partie des
structures indispensables à une société libre. Leur indépendance
et leur croissance sont un pré requis au succès
des luttes de libération.
– 48 –
Si la dictature a largement réussi à détruire ou à
contrôler ces groupes sociaux indépendants, il sera important
pour les résistants d’en créer de nouveaux ou de
rétablir un contrôle démocratique sur les groupes qui
survivent ou sont partiellement contrôlés. Pendant la
révolution hongroise (1956-1957) une multitude de conseils
de démocratie directe émergèrent, s’unissant afin d’établir
durant quelques semaines tout un système fédéré d’institutions
et de gouvernance. En Pologne, à la fin des
années 1980, les ouvriers firent vivre le syndicat Solidarnosc
et, parfois, prirent le contrôle de syndicats officiels
dominés par le parti communiste. De tels développements
institutionnels peuvent avoir des conséquences politiques
très importantes.
Évidemment, rien de tout ceci n’indique qu’il est
aisé d’affaiblir ou de détruire des dictatures, ni que toutes
les tentatives seront couronnées de succès. Tout cela ne
signifie certainement pas que la lutte se fera sans pertes,
car ceux qui sont encore au service des dictateurs vont
probablement contre-attaquer afin d’obliger la population
à être de nouveau coopérative et obéissante.
Ces perspectives sur le pouvoir montrent néanmoins que
désintégrer délibérément des dictatures est possible. Elles ont des
caractéristiques particulières qui les rendent hautement
vulnérables à une campagne de défiance politique bien
menée. Examinons-les plus en détail.
– 49 –
QUATRE
––––––––––––
LES FAIBLESSES DES
DICTATURES
ES DICTATURES apparaissent souvent invulnérables.
Les services de renseignements, la police, les forces
militaires, les prisons, les camps de concentration
et les escadrons de la mort sont sous le contrôle d’un
petit nombre de personnes puissantes. Les finances d’un
pays, ses ressources naturelles et ses capacités de production
sont souvent arbitrairement pillées par les dictateurs
qui s’en servent pour satisfaire leur volonté.
En comparaison, les forces démocratiques d’opposition
apparaissent souvent extrêmement faibles, inefficaces
et impuissantes. Ce sentiment d’impuissance face à l’invulnérabilité
du système rend improbable l’émergence d’une
opposition efficace. Mais ceci ne suffit pas, il faut aller
plus loin.
Le talon d’Achille
Un mythe de la Grèce classique illustre bien la vulnérabilité
des supposés invulnérables. Contre le guerrier
Achille, nul coup ne portait. Nul sabre ne pénétrait sa
peau. Alors qu’il était enfant, la mère d’Achille l’avait
trempé dans les eaux de la rivière magique Styx. Il était de
ce fait protégé de tous les dangers. Il avait toutefois une
faille. L’enfant était tenu par le talon pour ne pas être
emporté par le courant, l’eau magique n’avait pas recou-
L
– 50 –
vert cette petite partie de son corps. À l’âge adulte,
Achille paraissait aux yeux de tous invulnérable aux armes
de l’ennemi. Néanmoins, dans la bataille contre Troie, un
soldat ennemi, instruit par quelqu’un qui connaissait la
faiblesse d’Achille, visa de sa flèche le talon sans protection,
seul point susceptible d’être blessé. Le coup se révéla
fatal. Ainsi, aujourd’hui, l’expression « talon d’Achille » se
réfère à l’endroit de la personne, du plan ou de l’institution
qui est sans protection en cas d’attaque.
Le même principe s’applique aux dictatures impitoyables.
Elles peuvent ainsi être conquises, plus vite et à
moindres frais si leurs faiblesses peuvent être identifiées
puis attaquées de manière ciblée.
Les faiblesses des dictatures
Parmi les points faibles des dictatures, on trouve les suivants
:
1. La coopération d’une multitude de gens, de
groupes et d’institutions nécessaires au fonctionnement
du pays peut être diminuée ou supprimée.
2. Les exigences et les effets des politiques antérieures
du régime peuvent limiter quelque peu sa
capacité à s’engager de nouveau dans des politiques
conflictuelles.
3. Le système peut s’installer dans la routine et
perdre sa capacité à s’adapter rapidement à de
nouvelles situations.
4. Le personnel et les ressources qui sont affectés
à des tâches existantes peuvent avoir du mal à se
rendre disponibles pour de nouveaux besoins.
5. Par crainte de déplaire à leurs supérieurs, des
subordonnés peuvent ne pas rapporter les infor–
51 –
mations précises ou complètes dont les dictateurs
ont besoin pour prendre des décisions.
6. L’idéologie peut s’éroder, les mythes et symboles
du système peuvent devenir instables.
7. S’il existe une idéologie forte qui influence la
perception de la réalité, le fait de s’y attacher trop
fermement peut causer une inattention à la
situation ou aux besoins réels.
8. La détérioration de l’efficacité et de la compétence
de la bureaucratie, ou des contrôles et
règlements excessifs, peut rendre inefficaces les
politiques et les opérations du système.
9. Des conflits institutionnels internes, des rivalités
ou hostilités personnelles peuvent nuire au fonctionnement
de la dictature ou même la déstructurer.
10. Les intellectuels et les étudiants peuvent perdre
patience en raison des exigences de la dictature,
des restrictions, du dogmatisme et de la répression.
11. Le public en général risque, au fil du temps, de
devenir indifférent, sceptique, ou même hostile à
l’égard du régime.
12. Les différences de classes, régionales, nationales
ou culturelles peuvent s’exacerber.
13. La hiérarchie d’une dictature est toujours quelque
peu – et même parfois très fortement –
instable. Les individus ne restent pas au même
niveau, ils peuvent monter ou descendre des
échelons ou même être complètement écartés et
remplacés.
14. Des sections de la police ou des forces militaires
peuvent profiter de situations pour atteindre
– 52 –
leurs propres objectifs, même contre la volonté
du dictateur en place, y compris par un coup
d’État.
15. Si la dictature est récente, elle a besoin de
temps pour devenir stable.
16. Avec tant de décisions prises par si peu de
personnes, les dictatures sont exposées aux erreurs
de jugements, de politiques et d’actions.
17. Si, pour éviter ces dangers, le régime décentralise
les contrôles et les pouvoirs de décision, il
perd de sa maîtrise sur les leviers centraux du
pouvoir.
Attaquer des faiblesses des dictatures
Connaissant ces faiblesses fondamentales, l’opposition
démocratique peut délibérément chercher à exacerber ces
« talons d’Achille » afin de changer radicalement le système
ou de le désintégrer.
La conclusion est claire : malgré leur force apparente,
toutes les dictatures ont des faiblesses, des inefficacités
internes, des rivalités personnelles, des inefficacités
institutionnelles et des conflits entre organisations et services.
À la longue, ces faiblesses tendent à rendre le régime
moins efficace et plus vulnérable aux changements et à
une résistance délibérée. Il ne réussit pas à accomplir tout
ce qu’il veut. Ainsi, par exemple, certains ordres directs
d’Hitler ne furent jamais appliqués car ceux auxquels ils
étaient adressés refusaient de les exécuter. Le régime
dictatorial peut aussi s’écrouler très vite, comme nous
l’avons déjà observé.
Ceci ne signifie pas que les dictatures peuvent être
détruites sans risques et sans victimes humaines. Tous les
types d’entreprises libératrices entraînent des risques, des
– 53 –
souffrances, et nécessitent de la patience. Et, bien sûr,
aucun moyen d’action ne peut assurer un succès rapide en
toutes circonstances. Néanmoins, les types de luttes qui
visent les faiblesses identifiables des dictatures ont plus de
chances de réussir que celles qui les attaquent dans les
domaines où elles sont les plus fortes. La question est de
savoir comment entreprendre la lutte.

– 55 –
CINQ
––––––––––––
L’EXERCICE DU POUVOIR
U PREMIER CHAPITRE, nous avons noté que la
résistance armée ne frappe pas le point faible des
dictatures, mais, au contraire, leur point fort. En
choisissant de concourir dans le domaine des forces
armées, avec munitions, armes technologiques, etc., les
mouvements de résistance se mettent clairement dans une
position désavantageuse. Dans ces domaines, les dictatures
pourront presque toujours rassembler des ressources
supérieures. Quant à espérer être sauvé par une
puissance étrangère, les dangers induits ont été exposés.
Et au second chapitre, nous avons examiné les pièges de
la négociation comme moyen de supprimer les dictatures.
Quelles sont donc les voies suffisamment sûres
qui peuvent s’offrir à une résistance démocratique pour
aggraver les faiblesses des dictatures que nous avons
identifiées ? Quelle technique d’action peut mettre en
oeuvre la théorie du pouvoir politique exposée au chapitre
trois ? La réponse est la défiance politique.
Elle a les caractéristiques suivantes :
• Elle ne s’engage en aucun cas dans les domaines
de lutte choisis par le pouvoir dictatorial.
• Elle est difficile à combattre par le régime.
• Elle seule peut aggraver les faiblesses de la
dictature et peut couper les sources de son
pouvoir.
A
– 56 –
• Son action peut être soit largement dispersée, soit
concentrée sur un objectif spécifique.
• Elle conduit le dictateur à des erreurs de jugement
et d’action.
• Pour mettre fin à la domination brutale de
quelques-uns, elle peut, dans le combat, mobiliser
efficacement toute la population et les groupes et
institutions de la société.
• Elle contribue à décentraliser le pouvoir dans la
société, préparant ainsi l’établissement durable
d’une société plus démocratique.
Les voies de la lutte nonviolente
Comme les moyens militaires, la défiance politique peut
être utilisée dans différents buts: en vue de pousser
l’adversaire à faire telle ou telle chose, pour créer les
conditions favorables à la résolution du conflit, ou pour
déclencher la désintégration du régime adverse. Cependant,
la défiance politique s’opère par d’autres voies que
celles de la violence. Bien que les deux techniques soient
des manières de mener la lutte, elles remplissent leur
fonction avec des moyens différents, et ont des conséquences
différentes. Les modalités et implications des
solutions violentes sont bien connues, des armes physiques
sont utilisées pour intimider, blesser, tuer et détruire.
La lutte nonviolente est un moyen beaucoup plus
complexe et multiforme. Son arsenal inclut des armes de
nature psychologique, sociale, économique et politique
qui sont maniées par la population et les institutions
sociales. On parle de protestations, de grèves, de noncoopération,
de boycotts, de désaffection ou de pouvoir
du peuple. Elles s’appuient sur ce besoin vital des gouvernements
de disposer de la coopération, de la soumission
– 57 –
et de l’obéissance de la population et des institutions
sociales. La défiance politique, contrairement à la violence,
sert justement à tarir ces sources de leur pouvoir.
Les armes nonviolentes
et la discipline nonviolente
L’erreur commune des campagnes de défiance politique
improvisées a été de miser uniquement sur une ou deux
méthodes, telles que les grèves et les manifestations de
masse. En fait, il existe une multitude de méthodes qui
permettent aux stratèges des organisations de résistance
de concentrer ou de disperser le mouvement en fonction
des besoins.
Près de 200 méthodes spécifiques d’action nonviolente
ont été identifiées et il y en a certainement
d’autres. Elles sont classées en trois larges catégories : la
protestation et la persuasion, la noncoopération, et
l’intervention. La première comprend des manifestations
symboliques, ce qui inclut les parades, marches et veillées
(54 méthodes). La noncoopération est divisée en trois
sous catégories : (a) noncoopération sociale (16 méthodes),
(b) noncoopération économique, ce qui inclut les boycotts
(26 méthodes) et les grèves (23 méthodes), (c) non-coopération
politique (38 méthodes). Le dernier groupe, l’intervention
nonviolente, inclut des moyens psychologiques,
physiques, sociaux ou politiques tels que le jeûne,
l’occupation nonviolente et le gouvernement parallèle (41
méthodes). Une liste de 198 méthodes de ce type se trouve
dans l’Annexe de cette publication.
L’utilisation d’un nombre considérable de ces
méthodes – soigneusement sélectionnées, appliquées avec
persévérance et à grande échelle, choisies dans le cadre
d’une stratégie judicieuse, avec des tactiques appropriées,
et mises en oeuvre par des civils formés – risque fort de
– 58 –
créer des problèmes graves à n’importe quel régime illégitime.
Cela est valable pour toutes les dictatures.
Contrairement aux moyens militaires, les méthodes
de la lutte nonviolente peuvent être dirigées directement
sur l’enjeu d’un conflit. Par exemple, si la question de la
dictature est essentiellement politique, il s’ensuit que les
formes politiques de l’action nonviolente seront primordiales.
Celles-ci comprennent la négation de la légitimité
du dictateur et la noncoopération avec son régime. La
noncoopération s’appliquera parfois contre des politiques
spécifiques. Il arrive que le sabotage du système par
inaction et par report des tâches puisse être pratiqué
discrètement et même en secret, alors qu’à d’autres
moments, la désobéissance ouverte, les manifestations
publiques de défiance ainsi que des grèves peuvent être
organisées au grand jour.
D’un autre côté, si la dictature se trouve vulnérable
à la pression économique, ou si de nombreux griefs
contre elle sont d’ordre économique, alors des actions
comme les boycotts et les grèves peuvent être des
méthodes de résistance appropriées. Les efforts déployés
par les dictateurs pour exploiter le système économique
peuvent provoquer des grèves générales limitées, des ralentissements
et des refus d’assistance d’experts indispensables
(ou leur disparition). Le choix sélectif de différentes
méthodes de grève peut s’orienter sur des secteurs-clés de
l’industrie ou des transports, sur l’approvisionnement de
matières premières ou sur la distribution de produits.
Certaines méthodes de lutte nonviolente exigent
des gens qu’ils n’agissent pas comme à leur habitude, par
exemple qu’ils distribuent des brochures, fassent fonctionner
une presse en sous-sol, fassent la grève de la faim
ou aillent s’asseoir dans la rue. À moins de situations
exceptionnelles, ces méthodes peuvent être difficiles à
appliquer pour certaines personnes.
– 59 –
D’autres méthodes de lutte nonviolente permettent
au contraire de vivre quasiment comme d’habitude. Par
exemple, aller au travail normalement au lieu de faire
grève mais travailler plus lentement ou inefficacement. Il
est possible de commettre délibérément des « erreurs »,
de « tomber malade » et d’être « incapable » de travailler à
certaines périodes. On peut aussi simplement refuser de
travailler. On peut assister à des offices religieux quand
cela n’exprime pas seulement des convictions religieuses,
mais aussi politiques. On peut protéger les enfants de la
propagande officielle par l’éducation à la maison ou par
des classes illégales. On peut refuser de rejoindre des
organisations « recommandées » ou dont la fréquentation
est exigée et que l’on n’aurait pas ralliées naturellement.
La similitude de ce type d’actions avec celles de la vie
courante, et en tout cas leur faible différence avec des
activités habituelles, facilite pour beaucoup de gens la
participation à la lutte de libération.
Étant donné que les luttes violentes et nonviolentes
opèrent de façons complètement différentes, toute
forme de violence, même limitée, durant une campagne de
défiance politique sera contre-productive car elle déplacera
le combat sur le terrain militaire où le dictateur a un
avantage écrasant. La discipline nonviolente est une clé du
succès et doit être maintenue en dépit des provocations et
brutalités des dictateurs et de leurs agents.
Le maintien de la discipline nonviolente contre les
adversaires violents facilite la mise en oeuvre des quatre
mécanismes de changement dans la lutte nonviolente
(décrits ci-dessous). La discipline nonviolente est également
très importante pour le processus de jiu-jitsu
politique. Dans celui-ci, les brutalités criantes du régime
contre des résistants manifestement nonviolents se
retournent contre les dictateurs en provoquant des
dissensions dans leurs propres rangs, tout en suscitant le
soutien dans la population générale, chez les partisans
habituels du régime, et à l’extérieur du pays.
– 60 –
Dans certains cas, cependant, une violence limitée
contre la dictature ne peut être évitée. Soit les frustrations
et la haine du régime explosent sous forme de violence,
soit certains groupes refusent d’abandonner les moyens
violents tout en reconnaissant le rôle important de la lutte
nonviolente. Dans ces situations, la défiance politique ne
doit pas être abandonnée. Néanmoins, il sera nécessaire
de séparer l’action nonviolente aussi clairement que
possible de l’action violente, en termes de géographie, de
groupes de population, de moments choisis ou de
domaine de conflit. Sinon, la violence pourrait avoir un
effet désastreux sur le potentiel beaucoup plus grand de la
défiance politique et sur sa capacité de réussite.
L’histoire nous montre que si la défiance politique
entraîne des morts et des blessés, elle fait beaucoup
moins de victimes que la résistance armée. De plus, la
défiance politique ne contribue pas au cycle infini de
tueries et de brutalités.
La lutte nonviolente nécessite, et tend à produire
dans la population, un abandon (ou meilleur contrôle) de
la crainte du gouvernement et de sa répression violente.
Cet abandon ou ce meilleur contrôle de la peur est un
élément clé de la destruction du pouvoir des dictateurs
sur la population générale.
Transparence, secret et exigences
de comportement
Le secret, la fraude et la conspiration clandestine posent
des problèmes très difficiles à un mouvement d’action
nonviolente. Il est souvent impossible d’empêcher la
police politique et les agents de renseignements de
connaître les plans et les intentions. Du point de vue du
mouvement, le secret n’est pas seulement enraciné dans la
peur, mais contribue à la peur, ce qui décourage la
résistance et réduit le nombre de participants à certaines
– 61 –
actions. Cela peut aussi contribuer à répandre la suspicion
et entraîner des vagues d’accusations de trahison souvent
injustifiées, à l’intérieur du mouvement, pour savoir qui
est l’indicateur ou l’agent de l’adversaire. Le secret peut
aussi affecter la capacité d’un mouvement à demeurer
nonviolent. Par contre, la franchise concernant les intentions
et les projets aura des effets positifs et contribuera à
donner l’image d’un mouvement de résistance extrêmement
puissant. Le problème est bien sûr plus complexe
que cela et certaines activités de résistance exigent quand
même le secret. Un juste jugement fondé sur de bonnes
informations est nécessaire à ceux qui ont à la fois à gérer
la dynamique du combat nonviolent et à évaluer les
moyens de surveillance de la dictature.
L’édition, l’impression et la distribution des publications
clandestines, l’utilisation d’émissions radiophoniques
illégales depuis l’intérieur du pays et l’activité de renseignement
sur l’adversaire et ses opérations sont des
domaines spéciaux qui nécessitent un très haut niveau de
secret.
Le maintien de hauts standards de comportement
dans l’action nonviolente s’impose à chaque étape du
conflit. Il s’agit notamment de la constance, du courage et
du maintien de la discipline nonviolente. Il faut aussi tenir
compte du fait qu’un grand nombre de personnes peuvent
être fréquemment appelées à effectuer des changements
particuliers. Pour disposer d’une telle quantité de
personnes fiables, il importe de maintenir à haut niveau
les standards de comportement dans le mouvement.
Faire changer les relations de pouvoir
Les stratèges doivent se souvenir que les conflits impliquant
la défiance politique sont un terrain de lutte changeant
constamment par un jeu continu de mouvements et
de contre-mouvements. Rien n’est statique. Les relations
– 62 –
de pouvoir absolu ou relatif, sont sujettes à des changements
constants et rapides. Cela est rendu possible par les
résistants qui maintiennent l’attitude nonviolente malgré
la répression.
Dans ce type de conflit, les variations de relations
de pouvoir entre les parties en présence sont probablement
beaucoup plus marquées que dans les conflits
violents. Elles sont plus rapides et ont des conséquences
politiques plus variées et plus importantes. Grâce à cela,
les actions des résistants ont des conséquences qui vont
bien au-delà du moment et du lieu où elles se produisent.
Leurs effets rebondissent pour renforcer ou affaiblir un
groupe ou l’autre.
De surcroît, le groupe nonviolent peut, par ses
actions, exercer une puissante influence sur l’augmentation
ou la diminution de la force de son adversaire. Par
exemple, la forme nonviolente, courageuse et disciplinée
de la résistance face aux brutalités du dictateur peut
susciter malaise, mécontentement, perte de confiance et
même, dans des cas extrêmes, des mutineries au sein des
troupes et des populations a priori acquises au dictateur.
Cette résistance peut même entraîner une condamnation
plus nette de la dictature par la communauté internationale.
De même, la persévérance, l’intelligence et la
discipline dans l’usage de la défiance politique peuvent
augmenter la participation du peuple à la résistance alors
qu’en temps normal, par son silence, celui-ci apporterait
un soutien tacite au dictateur ou resterait neutre dans le
conflit.
Quatre mécanismes du changement.
La lutte nonviolente produit le changement de quatre
manières différentes. Le premier mécanisme se révèle le
moins fréquent, bien qu’il se soit déjà produit. Lorsque
les membres du groupe adverse sont émus par la souf–
63 –
france que la répression fait subir à des résistants courageux
et nonviolents, ou lorsqu’ils sont rationnellement
convaincus que la cause des résistants est juste, ils peuvent
alors en venir à accepter les objectifs des résistants.
Ce mécanisme est appelé conversion. Bien que de tels cas
existent, ils sont rares, et dans la plupart des conflits, cela
ne se produit pas du tout ou en tout cas pas à grande
échelle.
Beaucoup plus souvent, la lutte nonviolente opère
en changeant la configuration du conflit ainsi que la
société, si bien que le camp adverse ne peut absolument
plus faire ce qu’il souhaiterait. C’est ce changement-là qui
produit les trois autres mécanismes : l’accommodement,
la coercition nonviolente et la désintégration. Le fait que
l’un se produise plutôt que l’autre dépend du niveau
d’accaparement des relations de pouvoir par les démocrates.
Si les questions en jeu ne sont pas fondamentales,
si les exigences de l’opposition lors d’une campagne
limitée ne sont pas considérées comme menaçantes et si
le rapport de forces a suffisamment modifié les relations
de pouvoir, le conflit peut se terminer par un accord, un
abandon réciproque de certaines exigences ou un compromis.
Ce mécanisme est appelé l’accommodement. Bien
des grèves sont résolues de cette manière, quand les deux
parties atteignent une part, mais pas la totalité de leurs
objectifs. Un gouvernement peut percevoir un tel accord
comme positif, désamorçant les tensions, donnant l’impression
« d’équité » ou redorant l’image du régime. Il
importe donc de prendre grand soin du choix des
problèmes sur lesquels une entente par accommodement
est acceptable. La lutte pour abattre une dictature n’est
pas de ceux-là.
La lutte nonviolente peut être beaucoup plus
puissante que lorsqu’elle enclenche des mécanismes de
conversion ou d’accommodement. La noncoopération de
masse et la défiance peuvent changer les situations sociales
– 64 –
et politiques, et plus spécialement les relations de pouvoir,
au point que le dictateur perd de fait toute capacité à
contrôler les processus politiques, économiques et
sociaux du gouvernement et de la société. Les forces
militaires de l’adversaire peuvent devenir si peu fiables
qu’elles n’obéissent même plus aux ordres de répression
contre les résistants. Bien que leurs chefs restent en place
et poursuivent leurs buts initiaux, leur capacité d’agir
efficacement leur a été enlevée. Cela se nomme la coercition
nonviolente.
Dans quelques situations extrêmes, les conditions
qui produisent la coercition vont encore plus loin. Les
dirigeants adverses perdent de fait toute capacité d’agir et
leur propre structure de pouvoir s’effondre. La maîtrise
de soi, la noncoopération et la défiance des résistants
deviennent si complètes que leurs adversaires ne font
même plus semblant de les contrôler. L’administration
refuse d’obéir à ses chefs. Les troupes et la police se
mutinent. Les soutiens du régime et la population abandonnent
les dirigeants et leur dénient tout droit de
gouverner. Ainsi, ces derniers ne sont plus obéis ni
assistés. Le quatrième mécanisme de changement, la
désintégration du système de l’adversaire, est si complet que
les chefs n’ont même plus assez de force pour capituler.
Le régime tombe en morceaux.
Pour planifier les stratégies de libération, il faut
garder à l’esprit ces quatre mécanismes. Ils opèrent parfois
de manière aléatoire, toutefois, le choix d’un ou de plusieurs
de ces mécanismes comme moyen de faire évoluer
un conflit permettra de définir des stratégies qui se
renforceront mutuellement. Le choix de ce ou de ces
mécanismes dépend de plusieurs facteurs, parmi lesquels
l’état du pouvoir absolu et relatif entre groupes concurrents,
ainsi que les attitudes et objectifs des résistants
nonviolents.
– 65 –
Les effets démocratisants
de la défiance politique
À la différence des sanctions violentes, qui ont des effets
centralisateurs, l’utilisation des techniques de lutte nonviolente
contribue de différentes manières à la démocratisation
de la société politique.
L’un de ces effets démocratisants est négatif :
contrairement aux moyens militaires, ces techniques ne
fournissent pas un instrument de répression à des élites
gouvernantes qui voudraient maintenir la dictature ou en
établir une nouvelle. De même, les chefs d’un mouvement
de défiance politique, s’ils peuvent exercer une
influence et faire pression sur leurs partisans, ne peuvent
ni les emprisonner ni les exécuter lorsqu’ils expriment un
désaccord ou choisissent d’autres dirigeants.
L’autre partie des effets démocratisants de la
défiance politique est positive : la lutte nonviolente fournit
à la population les moyens de résister et de défendre sa
liberté contre des dictateurs existants ou nouveaux.
Voici quelques-uns des nombreux effets démocratisant
positifs :
• L’expérience de la lutte nonviolente peut rendre la
population plus confiante en elle-même pour
défier le régime, ses menaces et son appareil
répressif.
• La lutte nonviolente fournit les moyens de noncoopération
et de défiance par lesquels la population
peut résister au contrôle antidémocratique de
n’importe quel groupe dictatorial.
• La lutte nonviolente contribue à affirmer la pratique
des libertés démocratiques comme la liberté
de parole, de presse, de rassemblement et des
organisations indépendantes face à des contrôles
répressifs.
– 66 –
• La lutte nonviolente contribue fortement à la
survie, à la renaissance, ou au renforcement des
groupes indépendants et des institutions sociales,
comme nous l’avons déjà vu. C’est important
pour la démocratie car ils permettent de mobiliser
le potentiel de pouvoir de la société et d’imposer
des limites au pouvoir de dictateurs en puissance.
• La lutte nonviolente donne à la population des
moyens d’exercer son pouvoir contre une police
répressive et l’action militaire d’un gouvernement
dictatorial.
• La lutte nonviolente fournit des méthodes grâce
auxquelles la population et les institutions indépendantes
peuvent, au nom de la démocratie,
restreindre ou tarir les sources de pouvoir des
dirigeants en place et, ainsi, menacer leur potentiel
de domination.
La complexité du combat nonviolent
Comme nous l’avons vu, la lutte nonviolente est une
technique complexe d’action sociale qui comprend une
multitude de méthodes, un éventail de mécanismes de
changements, et qui requiert des comportements spécifiques.
Pour être efficace, spécialement contre une
dictature, la défiance politique exige une planification et
une préparation soigneuse. Les participants potentiels
devront comprendre ce qui leur est demandé. Les ressources
devront être disponibles. Et les stratèges devront
avoir analysé les moyens de lutte nonviolente les plus
efficaces. Nous allons maintenant placer notre attention
sur cette dernière partie, qui est cruciale: la nécessité de la
planification stratégique.
– 67 –
SIX
––––––––––––
LA NÉCESSITÉ DE
PLANIFICATION STRATÉGIQUE
ES CAMPAGNES de défiance politique contre les
dictatures peuvent commencer de différentes manières.
Dans le passé, ces luttes ont presque
toujours été imprévues et quasiment accidentelles. Les
griefs spécifiques qui ont déclenché les premières actions
spontanées ont beaucoup varié, mais correspondirent
souvent à des brutalités nouvelles, à l’arrestation ou à
l’assassinat de personnalités en vue, à un ordre ou à une
nouvelle politique répressive, à une pénurie de nourriture,
à l’irrespect de conviction religieuse ou à l’anniversaire
d’un évènement important. Parfois, un acte précis de la
dictature a mis la population en fureur et celle-ci s’est
lancée dans l’action sans avoir aucune idée de la façon
dont cela se terminerait. D’autres fois, un individu ou un
petit groupe courageux a entrepris une action et s’est
attiré des soutiens. Un grief spécifique peut être reconnu
par beaucoup comme l’injustice qu’ils ont eux-mêmes
subie et les conduira à rejoindre la lutte. Parfois, un appel
à résister venant d’un petit groupe ou d’un individu peut
rencontrer une réponse étonnamment forte.
Bien que la spontanéité ait des côtés positifs, elle a
souvent des inconvénients. Fréquemment, les résistants
démocratiques n’avaient pas prévu la brutalité de la
réaction de la dictature. Ils en souffrirent profondément
et la résistance s’effondra. D’autres fois, l’absence de
planification des démocrates avait laissé au hasard des
L
– 68 –
choix cruciaux ; cela conduisit à des résultats désastreux.
Souvent, même après la disparition du système oppressif,
le manque de planification sur la manière de conduire la
transition démocratique contribua à l’émergence d’une
nouvelle dictature.
Une planification réaliste
À l’avenir, la spontanéité de l’action populaire jouera sans
doute un rôle important dans le début des luttes contre
les dictatures. Néanmoins, il est maintenant possible de
définir rationnellement, analytiquement et à l’avance la
façon la plus efficace d’abattre une dictature, d’évaluer le
moment où la situation politique et l’humeur de la
population se prêteront à la mise en oeuvre du plan. On
doit aussi choisir la façon d’initier la campagne. Une
réflexion approfondie, basée sur une évaluation réaliste de la
situation et des capacités de la population est indispensable
pour choisir les voies efficaces qui mèneront à la
libération dans les circonstances présentes.
Si l’on veut aboutir à quelque chose, la planification
s’impose. Plus le but est important, ou les conséquences
probables de l’échec graves, plus la planification
est essentielle. La planification stratégique augmente la
probabilité de mobiliser toutes les ressources disponibles
ainsi que l’efficacité de leur utilisation. C’est particulièrement
vrai pour un mouvement démocratique – aux
ressources matérielles limitées et exposé au danger – qui
essaie d’abattre une dictature puissante. Par contre, la
dictature a le plus souvent accès à de vastes ressources
matérielles, à la puissance organisationnelle, et à la capacité
de commettre des brutalités.
« Planifier une stratégie » signifie ici étudier et
déterminer les moyens d’action qui permettront d’aller le
plus sûrement de la situation présente à la situation
désirée, c’est-à-dire, pour nous, de passer d’une dictature
– 69 –
à un système démocratique. Un plan pour atteindre cet
objectif consiste généralement en une série de campagnes
et autres activités organisées destinées à renforcer la
population opprimée et la société, et à affaiblir la dictature.
Notons bien ici que l’objectif n’est pas simplement de
détruire la dictature existante mais d’installer un système
démocratique. Une stratégie globale qui limiterait ses
objectifs à la simple disparition de la dictature risquerait
de produire un autre tyran.
Les obstacles à la planification
Certains défenseurs de la liberté ne se servent pas de tous
leurs moyens pour parvenir à la libération. Ces dirigeants
ne reconnaissent que rarement l’extrême importance
d’une planification stratégique bien préparée. Du coup ils
la négligent.
Comment se fait-il que ceux qui ont cette vision
de liberté politique pour leur peuple préparent aussi rarement
un plan clair pour atteindre leur but ? Sans doute,
malheureusement, n’en comprennent-ils pas la nécessité
ou ne sont-ils pas habitués ou formés à penser stratégiquement.
C’est une tâche difficile. Harcelés sans cesse par
la dictature et débordés par des responsabilités immédiates,
les meneurs de la résistance n’ont souvent ni la sécurité ni
le temps pour initier une réflexion de niveau stratégique.
Leur schéma habituel est simplement de réagir
aux initiatives de la dictature. L’opposition se trouve alors
toujours sur la défensive et cherche à maintenir quelques
libertés limitées ou quelques bastions. Au mieux, elle
tente de ralentir la progression des contrôles dictatoriaux
ou de perturber la mise en oeuvre des nouvelles politiques
du régime.
Certains groupes ou individus peuvent ne pas voir
la nécessité d’une planification d’envergure sur le long
terme pour un mouvement de libération. Ils peuvent
– 70 –
naïvement se dire que s’ils épousent leurs desseins avec
insistance, fermeté et persévérance, ils finiront par se
réaliser. D’autres estiment que s’ils se contentent de vivre
et de témoigner selon leurs principes et leurs idéaux dans
l’adversité, ils auront fait le maximum pour les appliquer.
Il est admirable d’embrasser des buts humanitaires et
d’être loyal vis-à-vis de ses idéaux, mais c’est absolument
insuffisant pour mettre un terme à la dictature et parvenir
à la liberté.
D’autres opposants à la dictature peuvent
s’imaginer, naïvement là aussi, qu’à condition d’y mettre
assez de violence, la liberté viendra. Mais, nous l’avons
déjà dit, la violence ne garantit pas le succès. Au lieu de
libérer, elle peut conduire à la défaite, à la tragédie
collective, ou aux deux à la fois. Dans la plupart des cas,
la dictature est mieux équipée pour le combat violent et
les réalités militaires sont rarement, sinon jamais, en
faveur des démocrates.
Il y a aussi des activistes qui agissent en fonction
de ce qu’ils « sentent » devoir faire. Non seulement cette
démarche est égocentrique, mais elle n’offre aucune ligne
directrice pour développer une stratégie globale de libération.
Une action basée sur la « brillante idée » de quelqu’un
a ses limites. On a plutôt besoin d’actions basées
sur une réflexion sérieuse, sur la prise en compte de
« l’étape suivante » qui sera nécessaire pour abattre le
dictateur. Sans analyse stratégique, les meneurs de la
résistance ne savent pas très bien ce que devrait être
l’étape suivante, par manque d’études sérieuses des chemins
de la victoire et de ses étapes spécifiques. La créativité et
les bonnes idées sont très importantes, mais elles doivent
être utilisées dans le but de faire avancer la situation
stratégique des forces démocratiques.
Étant très au fait de la multitude d’actions qui
pourraient être entreprises contre la dictature, mais ne
sachant par lesquelles commencer, certains conseilleront
– 71 –
de « faire tout à la fois ». Cela serait plus facile, mais n’est
évidemment pas possible, notamment pour les mouvements
relativement faibles. De plus, cette approche ne
fournit aucun indice pour savoir où commencer, où
concentrer ses efforts et comment utiliser des ressources
souvent limitées.
D’autres personnes ou groupes saisissent le besoin
de planification mais ne savent pas y réfléchir autrement
qu’à court terme ou sur des bases tactiques. Ils ne
peuvent pas concevoir qu’une planification à long terme
soit nécessaire ou même possible. Ils peuvent parfois être
incapables de réfléchir et d’analyser en termes stratégiques,
ce qui les conduit à s’égarer constamment dans des
questions peu signifiantes, le plus souvent pour répondre
aux actions de l’adversaire, au lieu de garder l’initiative
pour la résistance démocratique. En dépensant tant
d’énergie dans des activités à court terme, ces dirigeants
négligent l’exploration d’autres possibilités d’action qui
pourraient rediriger l’ensemble des efforts du mouvement
toujours vers son but.
D’autres mouvements démocratiques omettent
aussi de préparer une stratégie complète et ne s’intéressent
qu’aux questions immédiates, mais ceci pour une
autre raison : au fond d’eux-mêmes, ils ne croient pas que
la dictature puisse être abattue par leurs propres efforts.
Ils considèrent donc la planification comme une perte de
temps romantique ou un exercice futile. Un peuple en
lutte pour la liberté contre une dictature bien établie est
souvent confronté à des forces militaires et à une police si
puissantes que le dictateur leur paraît jouir d’un potentiel
d’action illimité. En l’absence d’espoir réel, ces gens se
mettent néanmoins à défier la dictature par principe et
peut-être pour l’Histoire. Bien qu’ils ne l’admettent jamais,
ou qu’ils n’en soient pas même tout à fait conscients,
leurs actions leur paraissent sans espoir. C’est ainsi que
pour eux, la planification stratégique n’a pas d’intérêt.
– 72 –
Le résultat de tels manques de planification stratégique
est souvent désastreux : on dissipe ses forces, on
gaspille son énergie à résoudre des problèmes mineurs,
les avantages ne sont pas exploités et les sacrifices n’ont
abouti à rien. Si les démocrates ne planifient pas une
stratégie, ils n’atteindront probablement pas leurs objectifs.
De même, un mélange grossier d’activités mal
planifiées ne suscitera pas la résistance. Au contraire, il
permettra probablement à la dictature de renforcer son
contrôle et son pouvoir. Malheureusement, comme des
plans stratégiques clairs ne sont que rarement, – voire
jamais – développés, les dictatures apparaissent plus durables
qu’elles ne le sont en réalité. Elles survivent des années
ou des décennies, bien plus qu’elles ne le devraient.
Quatre termes importants
de la planification stratégique
Afin de mieux réfléchir de manière stratégique, nous
devons clarifier le sens de quatre termes fondamentaux.
La stratégie globale est la conception qui coordonne
et dirige l’utilisation de toutes les ressources disponibles
et nécessaires (économiques, humaines, morales, politiques,
organisationnelles, etc.) pour un groupe cherchant à
atteindre ses objectifs dans un conflit.
La stratégie globale, en se concentrant sur les
objectifs et les ressources du groupe en conflit, détermine
la technique d’action la plus appropriée dans un conflit
(comme la guerre militaire conventionnelle ou la lutte
nonviolente). Pour programmer la stratégie globale, les
chefs de la résistance doivent évaluer et prévoir les types
de pressions et d’influences qui devront être utilisées pour
peser sur l’adversaire. De plus, la stratégie globale doit
définir la nature des conditions propices au lancement des
éventuelles campagnes de résistance, ainsi que leur
déroulement dans le temps.
– 73 –
La stratégie globale met en place le cadre fondamental
dans lequel s’insèreront des stratégies de lutte plus
limitées. Elle répartit les grandes tâches et alloue les
ressources aux différents groupes.
La stratégie est le concept qui détermine les voies
pour atteindre au mieux certains objectifs dans le conflit,
tout en respectant la stratégie globale retenue. La stratégie
définit quand et comment il faut se battre, ainsi que la
manière d’obtenir l’efficacité maximale dans la lutte pour
arriver à ses fins. Alors que la stratégie peut être comparée
à l’oeuvre de l’artisan, la stratégie globale est le
projet global de l’architecte.
La stratégie peut aussi inclure les efforts pour
parvenir à une situation stratégique très avantageuse, de
manière à ce que les adversaires s’aperçoivent d’emblée
que l’ouverture des opérations conduirait à leur défaite et
qu’il vaut mieux capituler que de s’engager dans une
confrontation ouverte. Si cela ne se produit pas, l’amélioration
de la situation stratégique rend certain le succès des
opposants. La stratégie comprend aussi la manière d’agir
afin de faire bon usage des succès rencontrés.12
Appliqué au combat lui-même, le plan stratégique
indique les idées de base du déroulement de la campagne
et la manière dont ses différents composants doivent être
ajustés en vue d’atteindre le plus facilement possible les
objectifs. Cela comprend le déploiement habile de groupes
d’action particuliers dans de plus petites opérations. Une
planification judicieuse doit prendre en considération les
prés requis au succès propres aux techniques adoptées.
Chaque technique a ses exigences. Cependant, il ne suffit
pas de s’en contenter pour assurer le succès. Des facteurs
supplémentaires doivent être réunis.
Alors qu’ils conçoivent les stratégies, les démocrates
doivent définir clairement leurs objectifs et évaluer
l’efficacité des efforts déployés pour les atteindre. Cette
12 Robert Helvey, communication personnelle, 15 août 1993.
– 74 –
analyse rigoureuse permet au stratège d’identifier ce
qu’exige la sécurisation de chaque objectif sélectionné. Ce
besoin de clarté et de définitions s’applique également à la
planification tactique.
Les tactiques et les méthodes d’action sont utilisées
pour mettre en oeuvre les stratégies. La tactique est
l’art d’utiliser ses forces de la manière la plus habile dans
un cadre limité. Une tactique est une action limitée employée
pour atteindre un objectif restreint. Le choix des
tactiques est guidé par la recherche de l’utilisation optimale
des moyens disponibles dans une phase restreinte du
conflit, ceci pour mettre en oeuvre la stratégie. Afin d’être
plus efficaces, les tactiques et les méthodes doivent être
choisies et appliquées en gardant à l’esprit qu’elles s’inscrivent
dans la réalisation des objectifs stratégiques. Les
gains tactiques qui ne contribuent pas à la progression
vers les objectifs stratégiques pourraient à la longue être
un gaspillage d’énergie.
Une tactique s’inscrit donc dans une chaîne
d’actions limitée et s’insère dans la stratégie, de la même
manière qu’une stratégie s’insère dans la stratégie globale.
Les tactiques s’inscrivent toujours dans la lutte, alors que
les stratégies se rapportent à des considérations plus
larges. Une tactique particulière ne peut se comprendre
que comme partie de la stratégie d’ensemble d’une bataille
ou d’une campagne. Les tactiques s’appliquent sur des
périodes plus courtes que les stratégies, ou dans des
secteurs plus petits (géographiques, institutionnels, etc.).
Elles sont mises en oeuvre par un nombre limité de
personnes pour des objectifs limités. S’agissant d’action
nonviolente, la distinction entre un objectif tactique et un
objectif stratégique recoupe partiellement celle entre un
objectif mineur et un objectif majeur.
Les engagements tactiques offensifs sont sélectionnés
afin qu’ils contribuent à ce que des objectifs stratégiques
soient atteints. Les engagements tactiques sont les
outils qui permettent aux stratèges de créer les conditions
– 75 –
favorables pour livrer des attaques décisives contre l’adversaire.
Il est donc important que ceux qui reçoivent la
responsabilité de la planification et de l’exécution des
opérations tactiques soient capables d’évaluer la situation
et de choisir en conséquence les méthodes les plus
appropriées. Ceux qui sont susceptibles de participer
doivent être formés à l’utilisation de la technique choisie
et des méthodes spécifiques au domaine de la lutte.
La méthode se réfère aux armes spécifiques ou aux
moyens d’action. S’agissant de la technique de lutte nonviolente,
elle comprend d’innombrables formes d’action
particulières (telles que les différentes formes de grèves,
de boycotts, d’actions de noncoopération politique, etc.)
citées au chapitre cinq (voir aussi l’Annexe).
Le développement d’un plan stratégique de lutte
nonviolente responsable et efficace dépend de la formulation
et de la sélection rigoureuse de la stratégie globale,
des stratégies, des tactiques et des méthodes.
La principale leçon à retenir de cette discussion
est la suivante. Pour se libérer d’une dictature il faut une
planification stratégique rigoureuse qui mette en oeuvre
toutes nos capacités intellectuelles. L’incapacité à mener
une planification intelligente peut conduire au désastre,
alors qu’un travail intellectuel efficace permet une utilisation
judicieuse des ressources disponibles pour porter la
société vers la liberté et la démocratie.

– 77 –
SEPT
––––––––––––
LA PLANIFICATION
STRATÉGIQUE
FIN D’AUGMENTER LES CHANCES de succès, les
chefs de la résistance devront s’astreindre à formuler
un plan d’action compréhensible capable
d’affermir la détermination du peuple souffrant, d’affaiblir
et ensuite de détruire la dictature et d’installer une
démocratie durable. Pour réussir un tel plan, il faut d’abord
évaluer correctement la situation et les possibilités d’action
efficace. Fort de cette analyse méticuleuse, il est possible
de développer à la fois une stratégie globale et des stratégies
particulières de libération. Toutefois, le développement
de la stratégie globale et celui des campagnes
stratégiques sont liés, mais distincts. Les campagnes
stratégiques particulières ne peuvent être développées
qu’après la stratégie globale et doivent la renforcer. Elles
doivent être conçues pour rendre possible la réalisation
des objectifs définis par la stratégie globale, ainsi que les
renforcer.
Le développement d’une stratégie de résistance
requiert de porter attention à de nombreuses questions et
à de multiples tâches. Nous allons en identifier quelquesunes,
aux deux niveaux de stratégie évoqués. Quoi qu’il
en soit, les auteurs du plan devront avoir une excellente
compréhension des multiples aspects du conflit, de leurs
facteurs physiques, historiques, gouvernementaux, militaires,
culturels, sociaux, politiques, psychologiques, économiques
A
– 78 –
et internationaux. Les stratégies ne peuvent se développer
sans tenir compte du contexte particulier du conflit.
L’évaluation des objectifs et de l’importance de
l’enjeu est fondamentale pour les dirigeants démocrates et
leurs stratèges. Est-ce que les objectifs justifient l’engagement
d’un combat majeur et pourquoi? La détermination
de l’objectif réel est cruciale. Nous l’avons déjà dit, le
renversement de la dictature ou le remplacement des
dictateurs en place n’est pas suffisant, il faut viser à
l’établissement d’une société libre dans un système de
gouvernement démocratique. La clarification de ce point
aura des répercussions sur la stratégie globale et sur les
stratégies spécifiques qui en découleront.
Les stratèges auront à répondre à plusieurs questions
fondamentales, celles-ci en particulier :
• Quels sont les obstacles principaux à la liberté ?
• Quels sont les facteurs qui facilitent la progression
vers la liberté ?
• Quels sont les principaux points forts de la dictature
?
• Quelles sont les différentes faiblesses de la dictature
?
• Jusqu’à quel point les sources du pouvoir dictatorial
sont-elles vulnérables ?
• Quels sont les points forts des forces démocratiques
et de la population en général ?
• Quelles sont les faiblesses des forces démocratiques
? Et comment les corriger ?
• Quel est le statut des tierces parties, non directement
impliquées dans le conflit, qui participent
déjà ou pourraient participer, soit du côté du
dictateur soit du côté démocratique ? Et, si elles
venaient à être impliquées, de quelle manière
pourraient-elles l’être ?
– 79 –
Choix des moyens
Au niveau de la stratégie globale, les décideurs devront
choisir les principaux moyens de lutte à employer dans le
conflit à venir. Ils devront évaluer les mérites et les limites
des différentes techniques de combat comme la lutte
armée, la guérilla, la défiance politique, etc.
Pour faire ces choix, ils auront à considérer des
questions telles que celles-ci : Est-ce que le type de lutte
choisi est dans les capacités des démocrates ? Est-ce que
la technique de combat choisie utilise les points forts de
la population dominée ? Est-ce que cette technique vise
les points faibles de la dictature ou ses points les plus
forts ? Est-ce que les moyens utilisés aident les démocrates
à devenir plus autonomes ou vont-ils dépendre de
tierces parties ou de fournisseurs externes ? Quelle a été,
par le passé, l’efficacité de la technique choisie pour
abattre des dictateurs ? Risquent-ils d’augmenter ou de
limiter le nombre des victimes et les destructions au cours
du conflit à venir ? En supposant la victoire sur la
dictature, quel effet les moyens retenus auront-ils sur le
type de gouvernement qui pourrait émerger de la lutte ?
Les types d’action qui se révéleraient contre-productifs
devront être exclus de la stratégie globale.
Dans les précédents chapitres, nous avons avancé
que la défiance politique offrait des avantages significatifs
sur les autres techniques de lutte. Les stratèges devront
examiner leur propre situation de conflit et voir si la
défiance politique apporte des réponses positives aux
questions posées ci-dessus.
Planifier pour la démocratie
Il faut se souvenir que l’objectif de la stratégie globale
contre une dictature n’est pas simplement d’anéantir les
dictateurs mais d’installer un système démocratique et de
– 80 –
rendre impossible l’émergence d’une nouvelle dictature.
Afin d’atteindre ces objectifs, il faudra choisir les moyens
de lutte susceptibles de contribuer à un changement de la
répartition du pouvoir effectif dans la société. Sous la
dictature, le gouvernement était trop fort alors que la
population et les institutions civiles étaient trop faibles.
Sans évolution de ce déséquilibre, un nouveau groupe de
dirigeants peut, s’il le souhaite, être tout aussi dictatorial
que l’ancien : une révolution de palais ou un coup d’État
ne seront donc pas les bienvenus.
La défiance politique facilite une redistribution du
pouvoir effectif plus équitable grâce à la mobilisation de
la société contre la dictature, comme indiqué au chapitre
cinq. Ce processus se manifeste de différentes manières.
Le développement de la capacité de lutte nonviolente
induit une réduction de la capacité de répression violente
de la dictature. Celle-ci ne parvient plus aussi aisément à
intimider et à soumettre la population qui dispose de
puissants moyens de contrer et même parfois de bloquer
l’exercice du pouvoir dictatorial. De plus, la mobilisation
du pouvoir populaire par la défiance politique renforcera
les institutions indépendantes de la société. L’expérience
de l’exercice d’un pouvoir efficace ne s’oublie pas
facilement. Le savoir-faire et l’habileté acquis dans la lutte
rendent la population moins sujette à des tentatives de
nouvelle dictature. Ce réajustement des relations de
pouvoir rend alors plus probable l’installation d’une
société démocratique durable.
L’assistance extérieure
Lors de la préparation de la stratégie globale, il faut
évaluer les rôles respectifs de la résistance interne et des
pressions externes pour désintégrer la dictature. Nous
avons expliqué que les forces essentielles de la lutte
devaient provenir de l’intérieur même du pays. S’il devait
– 81 –
arriver une aide internationale, celle-ci ne pourrait être
stimulée que par la résistance interne.
De modestes gains pourront être obtenus en mobilisant
l’opinion publique mondiale contre la dictature, avec
des arguments humanitaires, moraux et religieux. D’autres
actions peuvent être menées pour obtenir des gouvernements
ou des organisations internationales la mise en
place de sanctions diplomatiques, politiques et économiques
contre la dictature. Celles-ci peuvent prendre la forme
d’embargos économiques ou militaires sur les armes, de
réduction du niveau de reconnaissance diplomatique, de
rupture des relations diplomatiques, de cessation d’assistance
économique, d’interdiction d’investissement dans le
pays dictatorial, d’expulsion du gouvernement dictatorial
de diverses organisations internationales et des organes des
Nations Unies. De plus, une assistance internationale,
financière ou prenant la forme d’aide dans le domaine de
la communication peut être fournie directement aux
forces démocratiques.
La formulation d’une stratégie globale
Après évaluation de la situation, des moyens choisis et du
rôle de l’assistance extérieure, les stratèges devront esquisser
dans les grandes lignes la meilleure manière de conduire
les opérations. Ce large plan doit partir du présent et aller
jusqu’à la libération future et la mise en place d’un
système démocratique. Les stratèges devront se poser de
nombreuses questions. Les questions suivantes ont trait
(de manière plus précise que nous ne l’avons vu précédemment)
aux considérations requises pour définir une
stratégie globale pour une lutte de défiance politique :
Comment pourrait commencer au mieux ce long
combat ? Comment donner à la population opprimée une
confiance en soi et une force suffisantes pour affronter la
dictature, même initialement de manière limitée ? Com–
82 –
ment pourrait augmenter progressivement avec le temps
et l’expérience, la capacité de la population à appliquer la
défiance politique et la noncoopération ? Quels pourraient
être les objectifs d’une série de campagnes limitées
visant à rétablir un contrôle démocratique sur la société et
à limiter l’emprise de la dictature ?
Existe-t-il des institutions indépendantes qui ont
survécu à la dictature et qui pourraient être utilisées dans
le combat pour la liberté ? Quelles sont les institutions de
la société qui pourraient être soustraites du contrôle du
dictateur, ou qui pourraient être créées par les démocrates
en vue de répondre à leurs besoins et d’établir des
sphères de démocratie alors même que la dictature est
toujours en place ?
Comment développer les capacités organisationnelles
de la résistance? Comment former des participants
? Quels moyens (financiers, logistiques, etc.) seront
nécessaires tout au long de la lutte ? Quelle symbolique
sera la plus à même de mobiliser la population ?
Par quelles sortes d’actions et suivant quelles
étapes pourra-t-on graduellement affaiblir puis tarir les
sources du pouvoir des dictateurs ? Comment la population
résistante pourra-t-elle à la fois persister dans sa
défiance et maintenir la discipline nonviolente indispensable
? Comment la société pourra-t-elle continuer à
faire face à ses besoins élémentaires durant la période de
lutte ? Comment maintenir l’ordre social durant cette
période ? Lorsqu’on approchera de la victoire, comment
la résistance pourra-t-elle construire les bases institutionnelles
de la nouvelle société afin que la transition soit
aussi douce que possible ?
Il faut rappeler qu’il n’existe pas et qu’il ne saurait
y avoir un seul plan stratégique commun à tous les
mouvements de libération contre les dictatures. Chaque
combat pour abattre une dictature et établir un système
démocratique est différent. Il n’y a pas deux situations
identiques, chaque dictature a ses propres caractéristiques
– 83 –
et les capacités des populations en quête de liberté
varient. Les stratèges en charge de la stratégie globale
pour une lutte de défiance politique auront besoin d’une
profonde compréhension, non seulement de la situation
particulière du conflit mais aussi des moyens de combat
choisis.13
Une fois la stratégie globale bien planifiée, il est
judicieux de la faire largement connaître. Les personnes
appelées à participer en grand nombre seront d’autant
plus motivées et capables d’agir qu’elles auront compris
les idées générales et les instructions spécifiques. Cette
connaissance peut avoir un effet très positif sur le moral,
la volonté de participer et d’agir de manière appropriée.
Dans tous les cas, le schéma général de la stratégie globale
sera connu des dictateurs et cela peut les conduire à
réduire la brutalité de leur répression, sachant que celle-ci
peut se retourner politiquement contre eux. La connaissance
des caractéristiques particulières de la stratégie
globale peut aussi contribuer à susciter des dissensions et
des défections dans le propre camp des dictateurs.
Une fois que le plan de stratégie globale pour
abattre la dictature et établir un système démocratique est
adopté, il est important pour les groupes démocrates de
persister dans sa mise en oeuvre. Ce n’est qu’en de très
rares circonstances qu’il conviendra de se départir de
cette stratégie initiale. S’il devient flagrant que la stratégie
globale choisie est erronée, ou que les circonstances de la
lutte ont changé fondamentalement, les stratèges peuvent
être conduits à la modifier. Même alors, ceci ne doit être
fait qu’après une réévaluation de la situation et la mise au
point et l’adoption d’une nouvelle stratégie globale.
13 Études recommandées : Gene Sharp, The Politics of Nonviolent Action
(Boston, MA: Porter Sargent, 1973) et Peter Ackerman et Christopher
Kruegler, Strategic Nonviolent Conflict (Westport, Connecticut: Praeger,
1994). Voir aussi Gene Sharp, Waging Nonviolent Struggle: Twentieth Century
Practice and Twenty-First Century Potential, (Boston, MA: Porter Sargent,
2005).
– 84 –
Planification des campagnes stratégiques
La stratégie globale mise au point pour abattre la dictature
et instaurer la démocratie, si sage et prometteuse soit-elle,
ne va pas s’engager toute seule. Des stratégies particulières
devront être développées pour encadrer des
campagnes importantes qui visent à saper les fondements
du pouvoir du dictateur. Ces stratégies vont elles-mêmes
incorporer et définir un choix d’engagements tactiques
qui viseront à frapper le régime de coups décisifs. Les
tactiques et les méthodes d’action doivent être choisies
avec soin afin qu’elles contribuent à réaliser les objectifs
de chaque stratégie particulière. Ici, la discussion se situe
uniquement au niveau de la stratégie.
Les stratèges qui planifient les campagnes ont
besoin, comme ceux en charge de la stratégie globale,
d’une compréhension profonde de la nature et des modes
opératoires de la technique choisie pour la lutte. De même
que les officiers de l’armée doivent comprendre les structures
des forces, la tactique, la logistique, les problèmes liés
aux munitions, les effets de la géographie, etc. afin
d’élaborer la stratégie militaire, les stratèges de la défiance
politique doivent comprendre la nature et les principes
stratégiques de la lutte nonviolente. Même alors, la connaissance
de ce type de lutte, l’attention aux recommandations
de ce livre et les réponses aux questions ici posées ne
suffiront pas elles-mêmes à produire les stratégies pour le
combat. Celles-ci requièrent encore une créativité
informée. En planifiant les stratégies pour les campagnes
spécifiques et sélectives de résistance, et toujours dans
l’esprit d’un combat de libération à long terme, les stratèges
de la défiance politique devront considérer différents
enjeux et problèmes. En voici certains, parmi d’autres :
• Déterminer les objectifs spécifiques de la campagne
et leur contribution au développement de la
stratégie globale.
– 85 –
• Réfléchir aux méthodes et aux armes politiques
qui peuvent être utilisées pour appliquer au mieux
les stratégies retenues. À l’intérieur de chaque grand
plan pour une campagne stratégique particulière,
il faudra déterminer quels plans tactiques moins
importants, impliquant l’emploi de méthodes
d’actions spécifiques, pourraient être utilisés pour
faire pression sur les sources du pouvoir de la
dictature et ainsi les réduire. Il faut garder à
l’esprit que le fait d’atteindre des objectifs majeurs
n’est que le résultat de petits pas distincts,
soigneusement choisis et effectués.
• Déterminer si, ou bien comment, les questions
économiques doivent être rattachées à une lutte
essentiellement politique. Si elles sont prépondérantes,
il faudra veiller à ce que les griefs économiques
trouvent une issue à la fin de la dictature.
Sinon, la désillusion et le mécontentement s’installeront
si des solutions rapides ne sont pas trouvées
durant la période de transition démocratique. Une
telle désillusion faciliterait le retour de forces
dictatoriales promettant la fin des problèmes
économiques.
• Déterminer à l’avance le type de structure de
commandement et de système de communication
qui sera le plus à même d’initier la lutte. Quels
processus de prise de décision et de communication
seront mis en place au cours du combat
afin de guider constamment les résistants et la
population en général ?
• Prévoir les formes des médias d’information de la
résistance en direction de la population, des
forces du dictateur et de la presse internationale.
Les déclarations et les reportages doivent être
strictement basés sur des faits. Les exagérations et
– 86 –
les déclarations sans fondement mineraient la
crédibilité de la résistance.
• Planifier, afin de donner au peuple confiance en
lui-même, des activités constructives de nature
sociale, éducative, économique et politique, qui
satisfont les besoins du peuple pendant la durée
du conflit. De tels projets peuvent être menés par
des personnes qui ne sont pas engagées directement
dans les activités de résistance.
• Déterminer à l’avance le genre d’assistance extérieure
qui serait souhaitable pour soutenir telle ou
telle campagne particulière ou la lutte générale de
libération. Comment mobiliser et utiliser au
mieux l’aide extérieure sans dépendre de facteurs
externes instables ? Il faut prêter attention à des
groupes extérieurs qui peuvent être susceptibles
d’aider le mouvement et de mener une action
appropriée, comme les organisations non gouvernementales
(mouvements sociaux, groupes religieux
ou politiques, syndicats ouvriers, etc.), les gouvernements
et/ou les Nations Unies et ses différents
corps.
De plus, les stratèges de la résistance doivent
prendre des mesures pour maintenir l’ordre et faire face
par leurs propres moyens à des besoins sociaux durant la
phase de résistance de masse contre les contrôles dictatoriaux.
Cela contribuera non seulement à créer des
structures alternatives démocratiques et indépendantes et
à satisfaire des besoins réels, mais réduira du même coup
la crédibilité des prétentions à la répression brutale pour
mettre fin au désordre et à l’anarchie.
– 87 –
Propager l’idée de noncoopération
Pour assurer le succès de la défiance politique contre une
dictature, il est essentiel que la population saisisse la
notion de noncoopération. Comme le montre l’histoire
du « Maître singe » (chapitre trois), l’idée de base est
simple : si un nombre suffisant de subordonnés refusent
de coopérer pendant suffisamment longtemps malgré la
répression, le système oppressif s’affaiblit et, finalement,
s’effondre.
Les peuples qui vivent sous une dictature sont
peut-être déjà familiarisés par différentes sources avec ce
concept. Malgré cela, les forces démocratiques doivent
délibérément propager et populariser le concept de noncoopération.
L’histoire du Maître singe, ou une autre
similaire, pourrait se répandre dans la société. Elle est
facile à comprendre. Une fois saisi le concept général de
noncoopération, les gens seront à même de comprendre
la pertinence des futurs appels à la noncoopération avec
la dictature. Ils seront aussi en mesure d’improviser une
myriade de formes spécifiques de noncoopération dans
des situations nouvelles.
Malgré les difficultés et dangers inhérents à la
communication d’idées, de nouvelles et d’instructions
pour la résistance en période de dictature, les démocrates
ont maintes fois prouvé que ces activités étaient possibles.
Même sous les régimes nazis et communistes, il fut
possible pour les résistants de communiquer, non seulement
avec d’autres individus mais avec le grand public
par la production de journaux illégaux, de pamphlets, de
livres et, plus récemment, de cassettes audio et vidéo.
Grâce au plan stratégique préalable, les instructions
générales pour la résistance peuvent être préparées
et propagées. Elles peuvent indiquer les cas dans lesquels
la population doit protester et refuser de coopérer, et
comment cela pourrait se faire. Ainsi, même si les communications
en provenance des dirigeants démocrates
– 88 –
sont rompues et si des instructions spécifiques n’ont pas
été données ou reçues, la population saura comment agir
sur certains points importants. De telles idées directrices
la rendront plus à même de détecter d’éventuelles
contrefaçons « d’instructions de l’opposition » propagées
par la police politique afin de pousser la résistance à
mener des actions qui la discréditent.
Répressions et contre-mesures
Les programmateurs de la stratégie doivent évaluer les
réponses et répressions probables, en particulier les seuils
au-delà desquels se déchaîne la violence de la dictature. Il
sera nécessaire de savoir comment supporter, neutraliser
ou éviter cette possible répression sans se soumettre.
Dans certains cas particuliers, une bonne tactique serait
de prévenir la population et les résistants de la possibilité
de la répression afin qu’ils connaissent les risques de leur
participation. Si la répression risque d’être sérieuse, il faut
avoir prévu une assistance médicale pour les résistants
blessés.
En anticipant la répression, les stratèges ont
intérêt à envisager des tactiques et méthodes qui permettront
d’atteindre les buts spécifiques de la campagne,
ou la libération, tout en réduisant la probabilité ou la
possibilité pratique d’une répression brutale. Des manifestations
et parades de rue contre des dictatures extrêmes
peuvent être dramatiques, elles mettent en jeu la vie de
milliers de manifestants. Le prix élevé payé par les
manifestants peut parfois avoir moins d’impact sur la
dictature que si les participants avaient choisi de rester
chez eux, de faire une grève ou de participer à un
mouvement de noncoopération de fonctionnaires.
Si, pour des raisons stratégiques, on en vient à
proposer une action de résistance provocatrice susceptible
d’occasionner de lourdes pertes, il s’agira de peser le
– 89 –
prix des propositions et les gains possibles. Les populations
et les résistants seront-ils capables de maintenir
leur attitude nonviolente et disciplinée lors du déroulement
de la lutte ? Pourront-ils résister aux provocations
visant à les faire basculer dans l’action violente ? Les
stratèges devront réfléchir aux mesures à prendre pour
assurer la discipline nonviolente et maintenir la résistance
en dépit des brutalités. Est-ce que des gestes tels que des
promesses, des déclarations de politique, la diffusion de
tracts appelant à la discipline, la mise en place de services
d’ordre lors de manifestations, de boycotts de personnes
et de groupes favorables à la violence seront possibles et
efficaces ? Les dirigeants devront toujours être à l’affût
des agents provocateurs ayant pour mission d’inciter les
manifestants à la violence.
L’adhésion au plan stratégique
Lorsqu’un solide plan stratégique est en place, les forces
démocratiques ne doivent pas se laisser distraire par des
actes mineurs du dictateur, qui tentera de les éloigner de
la stratégie globale ou d’une stratégie particulière en les
poussant à se concentrer sur des questions sans importance.
De même, les forces démocratiques ne doivent pas
s’attarder sur des émotions passagères qui pourraient être
causées par de nouvelles atrocités de la dictature, et qui
risqueraient de les distraire de la poursuite de leurs
stratégies. Ces brutalités peuvent avoir été perpétrées
précisément pour inciter les démocrates à abandonner
leur plan bien conçu et à commettre des actes violents
afin que les dictateurs puissent plus facilement les vaincre.
Tant que les analyses de base sont jugées pertinentes,
la tâche des forces démocratiques est de faire
monter la pression étape par étape. Bien sûr, des changements
de tactiques et d’objectifs intermédiaires adviendront,
et les bons dirigeants sauront toujours exploiter les
– 90 –
opportunités. Cependant, ces réajustements ne doivent
pas être confondus avec les objectifs de la stratégie
globale ou les objectifs d’une campagne spécifique : pour
ces derniers, la poursuite soigneuse de leur mise en oeuvre
contribuera grandement au succès.
– 91 –
HUIT
––––––––––––
APPLICATION
DE LA DÉFIANCE POLITIQUE
ANS LES SITUATIONS où les gens se sentent impuissants
et effrayés, il est important que les
tâches qui leur sont initialement confiées présentent
peu de risques, leur apparaissent constructives et les
mettent en confiance. Ce genre d’actions – par exemple
porter des vêtements de manière inhabituelle – donne au
public l’occasion de marquer sa différence d’opinion et de
participer de manière significative à des actes de dissidence.
Dans d’autres cas, un sujet non politique et apparemment
mineur – comme assurer la sécurité d’approvisionnement
en eau – peut devenir le point de fixation des actions d’un
groupe. Les stratèges doivent choisir une cause dont les
mérites seront largement reconnus et difficiles à rejeter.
Le succès de telles campagnes limitées devrait non
seulement résoudre un problème, mais aussi convaincre la
population qu’elle possède un vrai pouvoir.
La plupart des stratégies de campagnes à long
terme ne doivent pas viser à la chute rapide de la dictature
mais plutôt à atteindre des objectifs limités. De même,
toutes les campagnes ne nécessitent pas la participation
de toute la population.
En réfléchissant à la série de campagnes qui
constituent la stratégie globale, les stratèges de la défiance
politique doivent examiner comment les campagnes – au
début, au milieu et près de leur conclusion – diffèrent les
unes des autres.
D
– 92 –
La résistance sélective
Lors des premières étapes de la lutte, des campagnes séparées
avec différents objectifs spécifiques peuvent être très
utiles. De telles campagnes sélectives peuvent se succéder.
Parfois, deux ou trois peuvent se dérouler simultanément.
En planifiant une stratégie de « résistance sélective »,
il est nécessaire d’identifier des questions ou des griefs qui
symbolisent l’oppression générale de la dictature. De
telles questions peuvent devenir les cibles appropriées
pour des campagnes qui permettront de gagner des
objectifs stratégiques intermédiaires, s’insérant bien sûr
dans la stratégie globale.
Ces objectifs stratégiques intermédiaires doivent
être réalisables, donc être dans les possibilités actuelles ou
futures des forces démocratiques. Cela permet d’assurer
une série de victoires bonnes pour le moral, et contribue
aussi à des changements progressifs dans les relations de
pouvoir, profitables pour le combat à venir.
Les stratégies de résistance sélective devraient se
concentrer essentiellement sur des questions spécifiques
d’ordre social, économique ou politique. Elles peuvent
être choisies en vue de maintenir une part du système
social et politique hors du contrôle du dictateur, afin de
regagner des parts actuellement sous son contrôle, ou
encore afin de l’empêcher d’atteindre un objectif particulier.
Si possible, comme nous l’avons déjà dit, la
campagne de résistance sélective devrait aussi frapper un
ou plusieurs points faibles de la dictature. Ainsi, les
démocrates auront le meilleur impact possible compte
tenu de leurs moyens.
Les stratèges doivent planifier très tôt les stratégies
pour leur première campagne. Quels seront ses
objectifs limités ? Comment contribueront-ils à la réalisation
de la stratégie globale retenue ? Si possible, il est sage
de formuler aussi les grandes lignes des stratégies pour la
deuxième et, éventuellement, la troisième campagne.
– 93 –
Toutes ces stratégies devront mettre en oeuvre la stratégie
globale et opérer selon ses lignes directrices.
Le défi symbolique
Au début d’une campagne visant à saper les fondements
d’une dictature, les premières actions spécifiquement politiques
peuvent avoir une portée limitée. Elles sont
destinées, en partie, à tester et influencer les intentions de
la population, et à la préparer à continuer la lutte par la
noncoopération et la défiance politique.
L’action initiale peut prendre la forme d’une
protestation symbolique ou d’un acte symbolique de noncoopération,
limité ou temporaire. S’il y a peu de volontaires
pour agir, le premier acte peut consister par
exemple à mettre des fleurs à un emplacement symbolique.
Par contre, si le nombre de volontaires est très
important, on peut observer une pause de cinq minutes
dans toutes les activités ou pratiquer plusieurs minutes de
silence. En d’autres circonstances, quelques individus
pourraient entreprendre une grève de la faim, une veillée
à un endroit d’importance symbolique, un bref boycott
des cours par les étudiants ou un sit-in temporaire dans
un bureau important. Sous une dictature, ces actions
plutôt agressives rencontreraient probablement une répression
sévère.
Certains actes symboliques, tels qu’une occupation
physique devant le palais du dictateur ou le siège de la
police politique, peuvent entraîner un grand risque et ne
sont pas recommandées pour démarrer une campagne.
Les actions initiales de protestation symbolique
ont parfois attiré une large attention nationale et internationale,
comme ce fut le cas des manifestations de rue
en Birmanie en 1988, ou de l’occupation étudiante et de la
grève de la faim sur la place Tienanmen à Pékin en 1989.
Les pertes importantes des manifestants dans ces deux
– 94 –
cas montrent bien qu’il est impératif pour les stratèges de
prendre soin de planifier les campagnes. Bien qu’elles
aient un formidable impact moral et psychologique, de
telles actions ne suffisent pas pour abattre une dictature.
Elles demeurent largement symboliques et ne changent
rien à la position du pouvoir dictatorial.
Il est rarement possible de couper les dictateurs
de leurs sources de pouvoir complètement et rapidement
dès le début de la lutte. En pratique, cela reviendrait à
demander à la totalité de la population et à presque toutes
les institutions de la société – qui avaient été jusque là
largement soumises – de rejeter définitivement le régime
dans son ensemble et de le défier subitement par une
noncoopération forte et massive. Cela ne s’est jamais vu
et serait très difficile à réaliser. Donc, dans la plupart des
cas, une campagne rapide de noncoopération et de
défiance totale serait une stratégie irréaliste pour une
première phase.
Distribuer la responsabilité de la lutte
Lors d’une campagne de résistance sélective, le poids de
la lutte est normalement supporté par une ou plusieurs
sections de la population. Lors de la campagne suivante,
avec un autre objectif, le fardeau de la lutte est déplacé
vers d’autres groupes de population. Par exemple, des
étudiants peuvent mener des grèves concernant des questions
d’éducation, des dirigeants religieux et des croyants
peuvent se concentrer sur une affaire liée à la liberté
religieuse. Parallèlement, les cheminots peuvent se mettre
à obéir scrupuleusement aux règles de sécurité afin de
ralentir tout le système de transport. Des journalistes
peuvent défier la censure en laissant des espaces vides là
où des articles interdits auraient dû apparaître. Des
policiers peuvent à plusieurs reprises rater la localisation
et l’arrestation de membres recherchés de l’opposition
– 95 –
démocratique. En échelonnant les campagnes par types
de problèmes et par groupes de population, on permet à
des segments de population de se reposer alors que la
résistance continue.
La résistance sélective est tout spécialement
importante pour défendre l’existence et l’autonomie des
groupes et des institutions politiques, économiques et
sociaux indépendants hors du contrôle de la dictature.
Leur importance a été discutée précédemment. Ces
centres de pouvoir fournissent les bases institutionnelles à
partir desquelles la population peut faire pression ou
résister aux contrôles de la dictature. Durant la lutte, ils
risquent d’être parmi les premières cibles de la dictature.
Viser le pouvoir du dictateur
Tandis que la lutte à long terme se développe au-delà des
stratégies initiales vers des étapes plus avancées et plus
ambitieuses, les stratèges doivent calculer la manière de
restreindre encore les sources de pouvoir des dictateurs.
Le but est de se servir de la noncoopération populaire
pour créer une nouvelle situation stratégique plus avantageuse
pour les forces démocratiques.
Alors que les forces de la résistance démocratique
deviennent de plus en plus puissantes, les programmateurs
mettent en place des stratégies de noncoopération et
de défiance politique plus ambitieuses qui permettent de
tarir plus encore les sources de pouvoir de la dictature. Le
but est de créer une paralysie politique croissante et,
finalement, de désintégrer de la dictature elle-même.
Il est nécessaire de planifier avec soin la manière
dont les forces démocratiques peuvent affaiblir le soutien
que des gens et des groupes offraient jusque-là à la
dictature. Ce soutien sera-t-il réduit par la révélation des
brutalités perpétrées par le régime, par la révélation des
conséquences économiques désastreuses de la politique
– 96 –
du dictateur ou par la prise de conscience de la possibilité
de mettre fin à la dictature ? Ceux qui soutiennent la
dictature devraient au moins être incités à se montrer
« neutres », ou même, de préférence, à devenir des
soutiens actifs du mouvement pour la démocratie.
Tout en planifiant et en exécutant la défiance
politique et la noncoopération, il est très important
d’étudier de près les principaux supporters et aides du
dictateur, y compris les services secrets, le parti politique,
la police, les administrations, mais tout spécialement
l’armée.
Le degré de loyauté au dictateur des forces militaires,
des soldats et des officiers, doit être soigneusement
évalué. Quelle est leur sensibilité aux idées des forces
démocratiques ? Y aurait-il chez les soldats de base des
conscrits malheureux ou effrayés ? Des soldats et officiers
se sentiraient-ils assujettis par le régime pour des raisons
personnelles, familiales ou politiques ? Quels autres
facteurs pourraient rendre les soldats et officiers vulnérables
à la subversion démocratique ?
Très tôt dans la lutte pour la libération, il s’agit de
développer une stratégie qui permette de communiquer
avec les troupes et les fonctionnaires du dictateur. Par des
mots, des symboles et des actes, les forces démocratiques
peuvent informer les troupes que la lutte pour la libération
sera vigoureuse, déterminée et durable. Les militaires
doivent savoir que la lutte aura un caractère spécial,
qu’elle sera destinée à miner la dictature mais qu’elle ne
menacera pas leurs vies. Ces efforts visent à miner à la
longue le moral des troupes du dictateur et en fin de
compte à subvertir leur loyauté et leur obéissance au
profit du mouvement démocratique. Des stratégies similaires
peuvent viser la police et les fonctionnaires.
Il ne faudrait pas que les tentatives pour gagner la
sympathie et inciter à la désobéissance dans les rangs du
dictateur soient interprétées comme un encouragement
adressé aux forces armées à renverser rapidement la dicta–
97 –
ture par une action militaire. Ce scénario ne conduirait
probablement pas à une démocratie qui fonctionne.
Comme nous l’avons dit, un coup d’État ne corrige guère
le déséquilibre des relations de pouvoir entre le peuple et
les dirigeants. Il sera donc nécessaire de prévoir la
manière de faire comprendre aux militaires sympathisants
que ni un coup d’État militaire, ni une guerre civile contre
le dictateur n’est requis ni souhaitable.
Des officiers sympathisants peuvent jouer un rôle
vital dans la lutte démocratique, comme répandre la
désaffection et la noncoopération parmi les forces militaires,
encourager des inefficacités délibérées, et soutenir
la décision d’ignorer discrètement des ordres et de refuser
de poursuivre la répression. Le personnel militaire peut
aussi offrir différentes formes d’assistance nonviolente au
mouvement démocratique, comme la possibilité de se
déplacer en sécurité, mais aussi des informations, du
ravitaillement, de l’approvisionnement médical, etc.
L’armée est l’une des plus importantes sources de
pouvoir des dictateurs parce qu’elle peut utiliser ses unités
militaires disciplinées et ses armes directement pour attaquer
et punir une population désobéissante. Les stratèges de
la défiance politique doivent se souvenir qu’il sera extraordinairement
difficile, sinon impossible, de désintégrer la dictature si la
police, les fonctionnaires et les forces militaires soutiennent pleinement
le régime, en obéissant et en exécutant ses ordres. Les stratégies
visant à réduire la loyauté des forces du dictateur
devraient donc être considérées par les stratèges démocrates
comme une priorité.
Les forces démocratiques doivent cependant se
rappeler que la désaffection et la désobéissance au sein
des forces militaires ou de la police sont hautement
dangereuses pour leurs membres. Les soldats et les policiers
peuvent s’attendre à des sanctions sévères pour la
moindre désobéissance et même à l’exécution en cas de
mutinerie. Il ne faut donc pas leur demander de se mutiner
trop tôt. Par contre, si la communication est possible, il
– 98 –
faut expliquer clairement qu’il existe une multitude de
formes de « désobéissance déguisée », relativement sans
danger et praticables dès le début. Par exemple, la police
et la troupe peuvent suivre les instructions de répression
de manière inefficace, rater la localisation de personnes,
prévenir des résistants d’imminentes répressions, d’arrestations
ou de déportations, ou encore négliger de
communiquer une information importante à leurs officiers
supérieurs. Des officiers protestataires peuvent négliger
de transmettre des ordres de répression vers le bas de la
chaîne de commandement. Des soldats peuvent tirer audessus
de la tête de manifestants. De même, les fonctionnaires
peuvent perdre des dossiers et des instructions,
travailler de manière inefficace et se déclarer « malades »
au point d’avoir besoin de rester chez eux jusqu’à
leur « guérison ».
Changements de stratégie
Les stratèges de la défiance politique devront sans cesse
évaluer la mise en oeuvre de la stratégie globale et des
stratégies de campagnes spécifiques. Il est possible, par
exemple, que la lutte ne se passe pas aussi bien que prévu.
Dans ce cas, il sera nécessaire de définir des changements
stratégiques qui pourraient être requis. Qu’est-ce qui peut
être fait pour augmenter la force du mouvement et
reprendre l’initiative? Dans une telle situation, il sera
nécessaire d’identifier le problème, de faire une réévaluation
stratégique et peut-être de confier le fardeau de la
lutte à un autre groupe de la population, de mobiliser des
sources de pouvoir supplémentaires et de développer de
nouveaux axes d’actions. Lorsque cela sera fait, le
nouveau plan devra être mis en oeuvre immédiatement.
À l’inverse, si la lutte s’est déroulée mieux que
prévu et si la dictature commence à s’effondrer plus vite
qu’on ne s’y attendait, la question sera de savoir comment
– 99 –
les forces démocratiques pourront capitaliser sur ces gains
inattendus et se mettre en position de paralyser le dictateur.
Nous l’étudierons au chapitre suivant.

– 101 –
NEUF
––––––––––––
LA DÉSINTÉGRATION
DE LA DICTATURE
ES EFFETS CUMULÉS de campagnes de défiance
politique bien menées et victorieuses renforceront
progressivement la résistance en augmentant
le nombre des domaines de la société dans lesquels la
dictature rencontre des obstacles à l’exercice de son
contrôle. Ces campagnes fourniront aussi une expérience
importante des manières de refuser la coopération et
d’utiliser la défiance politique. Cette expérience sera d’un
grand secours lorsque viendra le temps de la noncoopération
et de la défiance à grande échelle.
Au chapitre trois, nous avons vu que l’obéissance,
la coopération et la soumission étaient essentielles pour
que les dictatures soient puissantes. Sans accès aux sources
de pouvoir politique, le pouvoir du dictateur s’affaiblit et
finalement se dissout. Les lui retirer est donc la principale
action requise pour désintégrer une dictature. Il serait
utile de passer en revue la manière dont les sources de
pouvoir peuvent être affectées par la défiance politique.
Des actes symboliques de répudiation et de
défiance sont au nombre des moyens disponibles pour
miner l’autorité politique et morale du régime, sa légitimité.
Plus grande est l’autorité du régime, plus grandes et plus
fiables seront l’obéissance et la coopération dont il
bénéficiera. La désapprobation morale doit s’exprimer par
des actions afin de menacer réellement l’existence de la
dictature. La rupture des relations de coopération et
L
– 102 –
d’obéissance est nécessaire pour couper la disponibilité
des sources du pouvoir du régime.
La seconde source importante du pouvoir se situe
dans les ressources humaines, c’est le nombre et l’importance
des personnes et groupes qui obéissent, assistent ou
coopèrent avec les dirigeants. Si la noncoopération est
pratiquée par de larges parts de la population, le régime
sera en grande difficulté. Par exemple si les fonctionnaires
ne travaillent plus aussi efficacement qu’en temps normal,
ou même restent chez eux, l’appareil administratif sera
gravement atteint.
De même, si parmi les personnes et groupes qui
refusent de coopérer on trouve ceux qui fournissaient
auparavant des compétences et connaissances spécialisées, alors
les dictateurs verront leur capacité d’imposer leur volonté
sérieusement réduite. Il se pourrait même qu’ils perdent
leur capacité à être bien informés avant de prendre des
décisions et à développer des politiques efficaces.
Si l’on affaiblit ou retourne au profit des démocrates
les influences psychologiques et idéologiques –
appelées facteurs intangibles – qui normalement conduisent
les gens à obéir ou assister les dirigeants, la population
aura tendance à désobéir et à ne plus coopérer.
L’accès des dictateurs aux ressources matérielles aussi
affecte directement leur pouvoir. Lorsque des opposants
réels ou potentiels au régime ont entre leurs mains les
ressources financières, le système économique, la propriété,
les ressources naturelles, les transports et les
moyens de communication, une autre source majeure du
pouvoir est vulnérable ou supprimée. Les grèves, les
boycotts, et une plus grande autonomie de l’économie, des
communications et des transports affaibliront le régime.
Comme nous l’avons vu, la capacité des dictateurs
à menacer ou appliquer des sanctions – punitions contre les
éléments agités, désobéissants et non coopératifs de la
population – est une source centrale du pouvoir. Elle
peut être affaiblie de deux manières. D’abord si la popu–
103 –
lation est préparée, comme dans une guerre, à affronter
des conséquences sérieuses et à payer le prix de la défiance,
l’efficacité des sanctions disponibles sera fortement réduite
(puisque la répression des dictateurs n’apportera pas de
soumission). Deuxièmement, si la police et les forces
militaires elles-mêmes se désolidarisent du régime, elles
peuvent, individuellement ou massivement, ignorer ou
carrément défier les ordres d’arrêter, de battre ou de tirer
sur des résistants. Si les dictateurs ne peuvent plus
compter sur la police et les forces militaires pour assurer
la répression, leur système se trouvera fortement menacé.
En résumé, le succès contre une dictature bien
établie et défendue exige le recours à la noncoopération et
à la défiance, ceci afin de réduire puis de retirer les
sources de pouvoir du régime. Sans une constante
réalimentation des sources indispensables de son pouvoir,
la dictature s’affaiblit et finalement se désintègre. Une
planification stratégique, définie avec compétence, de la
défiance politique contre des dictatures nécessite donc de
cibler les sources de pouvoir les plus importantes des
dictateurs.
L’escalade vers la liberté
Associée à la défiance politique lors de la phase de résistance
sélective, la montée en puissance d’institutions
sociales, économiques, culturelles ou politiques augmente
progressivement « l’espace démocratique » de la société et
réduit l’espace contrôlé par la dictature. En renforçant les
institutions civiles face aux dictateurs, une société indépendante
se construit hors de leur contrôle. Si la dictature
intervient pour arrêter cette escalade vers la liberté, la
lutte nonviolente peut alors être mise en oeuvre pour
défendre l’espace nouvellement gagné et la dictature
devra faire face à un nouveau front de lutte.
– 104 –
À la longue, cette combinaison de résistance et de
construction institutionnelle peut mener de facto à la
liberté, par l’effondrement de la dictature et l’instauration
formelle d’un système démocratique incontestable établi
sur un changement fondamental des relations de pouvoir
à l’intérieur de la société.
La Pologne des années 1970 et 1980 nous a donné
l’exemple d’une réappropriation progressive des fonctions
et des institutions par la résistance. L’Église catholique
avait été persécutée, mais n’avait jamais été soumise au
contrôle total du communisme. En 1976, certains intellectuels
et ouvriers avaient créé de petits groupes tels que
le K.O.R. (Comité de défense des ouvriers) pour faire
avancer leurs idées politiques. L’organisation du syndicat
Solidarnosc, avec sa capacité à mener des grèves marquantes,
imposa sa légalisation en 1980. Les paysans, les
étudiants et de nombreux autres groupes créèrent leurs
propres organisations indépendantes. Lorsque les communistes
se rendirent compte que ces groupes avaient
modifié les réalités du pouvoir, Solidarnosc fut à nouveau
interdit et les communistes eurent recours à la force
militaire.
Même sous la loi martiale, avec de nombreux
emprisonnements et de dures persécutions, les nouvelles
institutions sociales indépendantes continuèrent à fonctionner.
Par exemple, des douzaines de journaux et magazines
continuèrent à paraître. Des maisons d’édition illégales
publièrent chaque année des centaines de livres, tandis
que des écrivains célèbres boycottaient les publications
communistes ainsi que les maisons d’édition du gouvernement.
De telles activités continuèrent dans d’autres
segments de la société.
Sous le régime militaire de Jaruzelski, le gouvernement
militaro-communiste fut un moment décrit
comme sautillant sur place au sommet de la société. Les
officiels occupaient toujours les bureaux et bâtiments du
gouvernement. Le régime pouvait toujours attaquer la
– 105 –
société avec des punitions, des arrestations, des emprisonnements,
des saisies de presses à imprimer, et d’autres
actions semblables. Mais la dictature ne pouvait plus
exercer de contrôle social. Dès lors, son renversement par
la société n’était plus qu’une question de temps.
Même lorsque le régime occupe encore les positions
gouvernementales, il est parfois possible d’organiser
un « gouvernement parallèle » démocratique. Celui-ci
opère alors de plus en plus comme un gouvernement
rival qui reçoit de la population et des institutions de la
société leur loyauté, leur complaisance et leur coopération.
Par conséquent, la dictature est de plus en plus
dépourvue de ces caractéristiques gouvernementales.
Finalement, le gouvernement démocratique parallèle peut
pleinement remplacer le régime dictatorial dans une transition
vers un système démocratique. En temps voulu,
une constitution sera adoptée et des élections assureront
le changement.
La désintégration de la dictature
Tandis que s’effectue la transformation institutionnelle de
la société, le mouvement de défiance et de noncoopération
peut monter en puissance. Les stratèges des
forces démocratiques doivent réfléchir très tôt à ce
moment où les forces démocratiques peuvent aller audelà
de la résistance sélective et se lancer dans la défiance
massive. Dans la plupart des cas, créer, construire et
élargir les capacités de résistance prendra du temps. Le
développement de la défiance de masse peut n’apparaître
qu’après de nombreuses années. Durant cette période
intérimaire, des campagnes de résistance sélectives doivent
être lancées, visant des objectifs politiques de plus en plus
importants. Des parts de plus en plus larges de la
population, à tous les niveaux de la société, doivent
s’engager. Si la défiance politique est déterminée et dis–
106 –
ciplinée pendant cette période d’escalade, les faiblesses
internes de la dictature seront mises en évidence.
La combinaison d’une forte défiance politique et
de la construction d’institutions indépendantes attirera
probablement à la longue l’attention internationale en
faveur des forces démocratiques. Cela peut conduire à des
condamnations diplomatiques internationales, à des
boycotts et à des embargos qui visent à soutenir les forces
démocratiques (comme cela s’est produit en Pologne).
Les stratèges doivent être conscients que, dans
certaines situations, l’effondrement de la dictature peut se
réaliser très rapidement, comme en Allemagne de l’Est en
1989. Cela peut se produire lorsque les sources de
pouvoir sont massivement coupées en raison du rejet de
la dictature par toute la population. Ce schéma est
cependant inhabituel et il vaut mieux planifier une lutte à
long terme (tout en étant préparé à l’éventualité qu’elle
soit courte).
Lors de la lutte pour la libération, les victoires,
même quand elles ne concernent que des questions limitées,
doivent être célébrées. Ceux qui ont remporté la
victoire doivent être reconnus. Les célébrations, organisées
de manière vigilante, contribuent à maintenir le moral
nécessaire aux étapes futures de la lutte.
La gestion responsable du succès
Ceux qui planifient la stratégie globale doivent calculer à
l’avance les manières possibles et préférables dont une
lutte victorieuse devrait se conclure, ceci afin d’éviter
l’émergence d’une nouvelle dictature et de garantir l’établissement
progressif d’un système démocratique durable.
Les démocrates devraient réfléchir à la manière
dont la transition de la dictature vers le gouvernement
intérimaire devrait être gérée à l’issue de la lutte. Le moment
venu, il serait souhaitable d’établir rapidement un
– 107 –
nouveau gouvernement qui fonctionne. Mais il ne s’agit
pas seulement de réinstaller l’ancien avec du personnel
nouveau. Il importe de bien repérer les sections de
l’ancienne structure (comme la police politique) qui
doivent être supprimées à cause de leur caractère
intrinsèquement antidémocratique, et celles qui peuvent
être conservées et soumises plus tard à des efforts de
démocratisation. Un vide gouvernemental total pourrait
ouvrir la voie au chaos ou à une nouvelle dictature.
Il s’agit donc de déterminer à l’avance la politique
à suivre concernant les officiels de haut rang de la
dictature au moment de la désintégration du pouvoir. Par
exemple, faut-il faire un procès aux dictateurs ? Peut-on
les autoriser à quitter le pays définitivement ? Quelles
autres options peuvent être compatibles avec la défiance
politique, avec le besoin de reconstruction du pays et avec
la nécessité de construire la démocratie après la victoire ?
Le bain de sang doit être évité, car ses conséquences
seraient dramatiques sur la solidité d’un futur système
démocratique.
Au moment où la dictature s’affaiblit et s’écroule,
des plans adaptés de transition vers la démocratie
devraient être prêts à être mis en oeuvre. De tels plans
permettront d’éviter qu’un autre groupe ne s’accapare le
pouvoir par un coup d’État. Des plans portant sur
l’institution d’un gouvernement démocratique constitutionnel
garantissant les pleines libertés individuelles et
politiques sont nécessaires. Les changements durement
acquis ne doivent pas être perdus faute de planification.
Confrontés au renforcement du pouvoir de la
population et à l’indépendance croissante de groupes et
institutions – que la dictature est incapable de contrôler –
les dictateurs subiront la désagrégation de leur système.
Des fermetures massives de la société, des grèves générales,
des opérations massives de « rester chez soi », des
marches de défiance et d’autres activités vont de plus en
plus saper les fondements de l’organisation et des institu–
108 –
tions des dictateurs. La conséquence de tels mouvements
de défiance et de noncoopération, exécutés avec sagesse
et participation massive et croissante, est que les
dictateurs se trouvent impuissants et que les défenseurs
de la démocratie triomphent, sans violence. La dictature
alors se désintègre face à la population défiante.
Le succès n’est pas garanti, il n’est jamais aisé à
obtenir et rarement rapide. Il faut garder à l’esprit qu’il y a
autant de guerres perdues que de guerres gagnées.
Néanmoins la défiance politique offre une réelle possibilité
de victoire. Comme nous l’avons vu, celle-ci peut être
rendue encore plus probable par le développement d’une
stratégie globale judicieuse et d’un plan stratégique prudent,
ainsi que par un dur labeur et une lutte courageuse et
disciplinée.
– 109 –
DIX
––––––––––––
LES FONDATIONS
D’UNE DÉMOCRATIE DURABLE
A DESINTÉGRATION d’une dictature donne lieu,
bien entendu, à une célébration importante. Ceux
qui ont tant souffert et lutté durement méritent un
temps de réjouissance, de détente et de reconnaissance.
Ils doivent se sentir fiers d’eux-mêmes et de tous ceux qui
ont combattu pour gagner la liberté politique. Tous
n’auront pas survécu pour voir ce jour. Les vivants et les
morts seront considérés comme des héros qui ont écrit
l’histoire de la liberté dans leur pays.
Malheureusement, l’heure n’est pas au relâchement
de la vigilance. Même si la désintégration de la
dictature par la défiance politique s’est produite, des
précautions s’imposent encore pour éviter qu’un nouveau
régime oppressif ne naisse de la période de confusion qui
suit l’effondrement de l’ancien. Les dirigeants des forces
démocratiques doivent avoir déjà préparé une transition
en bon ordre vers la démocratie. Les structures dictatoriales
doivent être démantelées. Les bases constitutionnelles
et légales ainsi que les standards de comportement
attendus dans une démocratie durable doivent être mis en
place.
Il ne faut pas croire que la chute d’une dictature
signifiera l’apparition immédiate d’une société idéale. La
désintégration de la dictature n’est qu’un point de départ,
une condition à l’approfondissement de la liberté. Des
efforts à long terme permettront d’améliorer la société et
L
– 110 –
de faire face aux besoins des gens. Pendant de longues
années, de sérieux problèmes politiques, économiques et
sociaux continueront à se poser, leur résolution exigera la
coopération de nombreux groupes et de quantité de
personnes. Le nouveau système politique devrait fournir
des opportunités à des gens ayant différents points de vue
et souhaitant poursuivre un travail constructif par des
politiques de développement qui répondent aux problèmes
du futur.
La menace d’une nouvelle dictature
Aristote nous mettait déjà en garde : « … la tyrannie peut
se transformer en tyrannie… »14 L’Histoire le montre
abondamment : en France (les Jacobins et Napoléon), en
Russie (les Bolchéviques), en Iran (l’Ayatollah Khomeini),
en Birmanie (le SLORC) et ailleurs ; l’effondrement d’un
régime oppressif sera vu par certains comme une occasion
se présenter comme les nouveaux maîtres. Les
motifs peuvent varier, mais les résultats sont souvent les
mêmes. Le contrôle de la nouvelle dictature peut même
être encore plus cruel et complet que celui qui était exercé
par l’ancienne.
Avant même l’effondrement de la dictature, des
membres de l’ancien régime peuvent tenter de couper
court à la lutte de défiance par la mise en scène d’un coup
d’État sensé anticiper la victoire de la résistance populaire.
Ils peuvent prétendre évincer la dictature mais ne
chercher, en réalité, qu’à en imposer un modèle rénové.
14 Aristote, La politique, Livre V, Chapitre 12, Paris, Éditions Garnier-
Flammarion ou Paris, Éditions Vrin.
– 111 –
Bloquer les coups d’État
Il existe certaines façons d’empêcher les coups d’État
montés contre les intérêts de sociétés nouvellement libérées.
Connaître à l’avance la capacité de défense de la
population peut parfois être suffisant pour dissuader
toute tentative. La préparation peut produire la prévention.
15
Immédiatement après le début du coup d’État, les
putschistes réclament une légitimité, c’est-à-dire l’acceptation
de leur droit moral et politique à gouverner. Le
premier principe de la défense anti-coup d’État est donc
de leur refuser toute légitimité.
Les putschistes ont aussi besoin que les dirigeants
civils et la population les soutiennent, ou tout du moins
se trouvent dans un état de confusion ou de passivité. Ils
ont aussi besoin de la coopération de spécialistes et de
conseillers, de bureaucrates et de fonctionnaires, d’administrateurs
et de juges afin de consolider leur contrôle sur
la société. Ils ont également besoin que la multitude des
gens qui font fonctionner le système politique, les
institutions sociales, l’économie, la police et les forces
militaires soient soumis et s’acquittent de leurs fonctions
habituelles modifiées selon les ordres des putschistes et
suivant leurs politiques.
Le second principe de base de la défense contre
un coup d’État est de résister aux putschistes par la noncoopération
et la défiance. Il faut leur refuser toute forme
de coopération et d’assistance dont ils peuvent avoir
besoin. Les moyens de lutte mis en oeuvre sont essentiellement
les mêmes que ceux qui sont utilisés contre la
dictature, mais, dans cette situation, on y a recours immédiatement.
Si la légitimité et la coopération sont refusées, le
15 Pour plus d’informations sur la résistance contre les coups d’État,
voir Gene Sharp, L’anti-coup d’État (L’Harmattan, Paris, 2009), traduit de
The Anti-Coup (Boston, MA : The Albert Einstein Institution, 2003).
– 112 –
coup d’État peut mourir de « famine politique » et la possibilité
de construire une société démocratique se présente
à nouveau.
Rédaction de la constitution
La mise en place du nouveau système démocratique
passera par la rédaction d’une constitution qui établira la
structure du gouvernement démocratique. Elle doit fixer
les objectifs du gouvernement, les limites de son pouvoir,
les moyens et les délais des élections par lesquelles les
officiels et les législateurs seront choisis, les droits naturels
du peuple et la relation du gouvernement national avec
les niveaux inférieurs du pouvoir.
S’il veut rester démocratique, le gouvernement
central doit établir un partage clair de l’autorité entre les
secteurs législatifs, exécutifs et judiciaires. Il faut restreindre
fortement les activités de la police, des forces
militaires et des services de renseignement, de manière à
prévenir toute ingérence politique.
Afin de préserver le système démocratique et de le
mettre à l’abri des tendances et mesures dictatoriales, la
constitution devrait établir un système fédéral qui donne
des prérogatives significatives aux pouvoirs régionaux et
locaux. Dans certaines situations, le système suisse des
cantons peut être adapté : des territoires relativement
petits disposent de droits importants tout en restant
intégrés au pays.
Si, dans l’histoire récente du pays qui vient d’être
libéré, il y a eu une constitution ayant plusieurs de ces
caractéristiques, il pourrait être judicieux de simplement la
restaurer et d’ajouter des amendements dans le sens
souhaité. Si une telle constitution, ancienne mais convenable,
n’existait pas, il peut être nécessaire d’utiliser une
constitution provisoire. Dans ce cas, une nouvelle constitution
devra être préparée. Cela demandera beaucoup de
– 113 –
temps et de réflexion. La participation populaire à ce
processus est souhaitable et nécessaire à la ratification
d’un nouveau texte ou d’amendements. Il faut veiller à ne
pas inclure dans la constitution des promesses qui se
révèleraient impossibles à tenir, ou des clauses qui stipuleraient
la mise en place d’un gouvernement hautement
centralisé. Ces erreurs faciliteraient l’établissement d’une
nouvelle dictature.
Les termes de la constitution doivent être aisément
compréhensibles par la majorité de la population. Une
constitution ne devrait pas être si complexe et si ambiguë
que seuls les juristes ou d’autres élites puissent prétendre
la comprendre.
Une politique de défense démocratique
Le pays libéré peut aussi avoir à faire face à des menaces
étrangères qui appellent une capacité de défense. Le pays
pourrait également être menacé par des tentations étrangères
d’établir une domination économique, politique ou
militaire.
Afin de maintenir la démocratie dans le pays, il
importe aussi de prendre en considération l’application
des principes de base de la défiance politique aux exigences
de la défense nationale.16 En mettant la capacité de
résistance directement dans les mains des citoyens, les
pays nouvellement libérés peuvent faire l’économie d’une
puissance militaire qui pourrait d’ailleurs menacer la démocratie
ou nécessiter de vastes ressources économiques
indispensables à d’autres projets.
Il faut garder à l’esprit que certains groupes
ignoreront toutes les clauses constitutionnelles afin de
16 Voir Gene Sharp, La guerre civilisée (Presses Universitaires de
Grenoble, 1998), traduit de Civilian-Based Defense: A Post-Military Weapons
System (Princeton, New Jersey: Princeton University Press, 1990).
– 114 –
promouvoir de nouveaux dictateurs. Il s’agira donc
d’établir un processus de veille permanente qui permettra
à la population d’appliquer la défiance politique et la noncoopération
contre tout dictateur en devenir, et de
préserver ainsi des structures démocratiques, des droits et
des règles de procédure.
Une responsabilité méritoire
L’effet de la lutte nonviolente n’est pas seulement
d’affaiblir et d’écarter les dictateurs mais aussi de donner
du pouvoir aux opprimés. Cette technique permet à ceux
qui, jadis, se sentaient réduits à l’état de pions ou de
victimes de manier le pouvoir directement afin d’obtenir
par leurs propres efforts plus de liberté et de justice. Cette
expérience de la lutte a d’importantes conséquences
psychologiques, elle augmente l’estime de soi et la
confiance en soi de ceux qui étaient précédemment sans
pouvoir.
Une importante conséquence positive à long
terme de la lutte nonviolente pour l’émergence d’un
gouvernement démocratique est que la société devient
capable de faire face à ses problèmes actuels et futurs.
Cela inclut, par exemple, les abus du gouvernement et la
corruption, les mauvais traitements envers n’importe quel
groupe, les injustices économiques et les limitations du
niveau de développement démocratique garanti par le
système politique. La population, ayant une expérience de
la pratique de la défiance politique, est moins susceptible
d’être vulnérable à de nouvelles dictatures.
Après la libération, la familiarité acquise avec la
lutte nonviolente indiquera des moyens pour défendre la
démocratie, les libertés civiles, les droits des minorités, les
prérogatives des gouvernements locaux, régionaux et
étatiques, et les institutions non gouvernementales. Ces
moyens permettent aux personnes et aux groupes
– 115 –
d’exprimer pacifiquement de fortes dissensions, si importantes
parfois qu’en d’autres temps elles les auraient
conduits au terrorisme ou à la guérilla.
Les réflexions évoquées dans cet examen de la
défiance politique et de la lutte nonviolente sont censées
venir en aide à toutes personnes ou groupes qui cherchent
à libérer leur peuple de l’oppression d’une dictature
et à établir un système démocratique durable qui respecte
les libertés humaines et l’action du peuple pour améliorer
la société.
Il y a trois conclusions majeures :
• La libération du joug dictatorial est possible ;
• La réflexion attentive et la planification stratégique
sont indispensables pour y parvenir ; et
• La vigilance, un dur travail et une lutte disciplinée,
souvent payée au prix fort, sont nécessaires.
L’expression souvent citée « La liberté n’est pas
gratuite » prend tout son sens. Aucune puissance extérieure
ne viendra offrir au peuple opprimé la liberté tant
désirée. Celui-ci devra apprendre à la saisir lui-même. Et
c’est loin d’être facile.
Si les gens peuvent arriver à saisir ce qui est nécessaire
à leur propre libération, ils peuvent établir un plan
d’action qui, avec beaucoup de travail, puisse en fin de
compte les amener à la liberté. Puis, avec assiduité, ils
peuvent construire un nouvel ordre démocratique et préparer
sa défense. La liberté acquise par une lutte de cette
envergure peut être durable. Elle peut être maintenue par
un peuple tenace, engagé dans sa préservation et son
développement.

– 117 –
ANNEXE
––––––––––––
LES MÉTHODES
DE L’ACTION NONVIOLENTE 17
MÉTHODES DE PROTESTATION ET DE
PERSUASION NONVIOLENTE
Déclarations formelles
1. Discours publics.
2. Lettres d’opposition ou de soutien.
3. Déclarations des organisations ou institutions.
4. Déclarations publiques signées.
5. Déclarations d’intention et réquisitoires.
6. Pétitions de groupe ou de masse.
Communications à de larges audiences
7. Slogans, caricatures, et symboles.
8. Bannières, affiches et communications
visuelles.
9. Tracts, pamphlets et livres.
10. Journaux et revues.
11. Enregistrements, radio et télévision.
12. Publicité aérienne et écriture au sol.
17 Cette liste, avec définitions et exemples historiques, est issue de
Gene Sharp, The Politics of Nonviolent Action, Part 2: The Methods of
Nonviolent Action (Boston, MA: Porter Sargent, 1973).
– 118 –
Représentations de groupe
13. Délégations.
14. Prix satiriques.
15. Groupes de pression.
16. Piquets de grève.
17. Simulacre d’élections.
Actes publics symboliques
18. Exhibition de drapeaux et de couleurs
symboliques.
19. Port de symboles.
20. Prières et cultes.
21. Livraison d’objets symboliques.
22. Protestations dénudées.
23. Destruction de ses propres possessions.
24. Lumières symboliques.
25. Exhibition de portraits.
26. Peinture de protestation.
27. Nouveaux signes et dénominations.
28. Sons symboliques.
29. Réclamations symboliques.
30. Gestes grossiers.
Pressions sur les individus
31. « Visites » récurrentes à des fonctionnaires.
32. Provocation de fonctionnaires.
33. Fraternisation.
34. Veilles.
Théâtre et musique
35. Satires et farces humoristiques.
36. Exécution de pièces de théâtre et de musique.
37. Exécution de chants.
Processions
38. Marches.
39. Parades.
– 119 –
40. Processions religieuses.
41. Pèlerinages.
42. Défilés de voitures.
Commémoration des morts
43. Deuil politique.
44. Fausses funérailles.
45. Funérailles avec manifestation.
46. Hommage sur une tombe.
Rassemblements publics
47. Assemblées de protestation ou de soutien.
48. Meetings de protestation.
49. Réunions secrètes de protestation.
50. Séances d’enseignement ou de formation.
Retrait et renonciation
51. Départ groupé en signe de réprobation.
52. Silence.
53. Renoncement aux honneurs.
54. « Tourner le dos ».
MÉTHODES DE NONCOOPÉRATION
NONCOOPÉRATION SOCIALE
Ostracisme de personnes
55. Boycott social.
56. Boycott social sélectif.
57. Grève du sexe.18
58. Excommunication.
18 Le nom en anglais de cette méthode, « Lysistratic nonaction », est
dérivé du titre de la comédie d’Aristophane Lysistrata, qui met en scène
l’utilisation généralisée de cette méthode dans la Grèce antique. Les
femmes qui y ont alors recours réclament la fin de la guerre entre
Athènes et Sparte. Texte disponible en français, Éditions Arléa (2003).
– 120 –
59. Interdiction d’activité religieuse.
Noncoopération avec événements, coutumes
et institutions sociales
60. Suspension d’activités sociales et sportives.
61. Boycott d’activités sociales.
62. Grèves d’étudiants.
63. Désobéissance sociale.
64. Démission d’institutions sociales.
Retrait du système social
65. Opération ville morte (ou rester chez soi).
66. Noncoopération personnelle totale.
67. Fuite de travailleurs.
68. Refuge dans un sanctuaire.
69. Disparition collective.
70. Émigration de protestation (hijrat).
NONCOOPÉRATION ÉCONOMIQUE :
BOYCOTTS ÉCONOMIQUES
Action par les consommateurs
71. Boycott par les consommateurs.
72. Non utilisation de biens boycottés.
73. Régime de restriction.
74. Refus de payer les locations.
75. Refus de prendre en location.
76. Boycott national de consommateurs.
77. Boycott international de consommateurs.
Action des travailleurs et producteurs
78. Boycott par les travailleurs.
79. Boycott par les producteurs (refus de vendre).
Action des intermédiaires
80. Boycott par les fournisseurs et grossistes.
– 121 –
Action des propriétaires et dirigeants
81. Boycott par les commerçants.
82. Refus de mettre en location ou de vendre les
propriétés.
83. Renvoi du personnel (lockout).
84. Refus d’assistance industrielle.
85. Grève générale des commerçants.
Action des possesseurs des ressources
financières
86. Retrait des dépôts bancaires.
87. Refus de payer des frais, droits et taxes.
88. Refus de payer les dettes ou les intérêts.
89. Rupture de fonds et de crédit.
90. Refus de déclaration de revenus.
91. Refus de la monnaie du gouvernement.
Action des gouvernements
92. Embargo domestique (intérieur).
93. Liste noire de commerçants.
94. Embargo international sur les ventes.
95. Embargo international sur les achats.
96. Embargo international du commerce.
NONCOOPÉRATION ÉCONOMIQUE :
LA GRÉVE
Grèves symboliques
97. Grève d’avertissement.
98. Grève éclair.
Grèves agricoles
99. Grèves des agriculteurs.
100. Grève des ouvriers agricoles.
– 122 –
Grèves de groupes particuliers
101. Refus de travail forcé.
102. Grève des prisonniers.
103. Grève des artisans.
104. Grève professionnelle.
Grève industrielle ordinaire
105. Grève d’établissement.
106. Grève d’un secteur industriel.
107. Grève de soutien.
Grèves restreintes
108. Grève progressive
109. Grève surprise
110. Travail au ralenti
111. Grève du zèle
112. Grève par « maladie »
113. Grève par démissions successives
114. Grève limitée
115. Grève sélective
Grèves multi industrie
116. Grève généralisée (à un secteur de
l’économie).
117. Grève générale.
Combinaison de grèves
et de fermetures économiques
118. Ville morte (hartal).
119. Cessation d’activité économique.
NONCOOPÉRATION POLITIQUE
Rejet de l’autorité
120. Suppression ou rejet d’allégeance.
– 123 –
121. Refus du soutien public.
122. Littérature et discours en faveur de la
résistance.
Noncoopération des citoyens
avec le gouvernement
123. Boycott des corps législatifs.
124. Boycott des élections.
125. Boycott des emplois et situations au
gouvernement.
126. Boycott des organismes gouvernementaux.
127. Retrait des institutions d’éducation
gouvernementales.
128. Boycott des organisations soutenues par le
gouvernement.
129. Refus d’assistance aux agents de la force
publique.
130. Enlèvement de ses propres signes et repères.
131. Refus de recevoir des officiels.
132. Refus de dissoudre des institutions existantes.
Alternatives citoyennes à l’obéissance
133. Docilité réticente et lente.
134. Nonobéissance en absence de contrôle direct.
135. Nonobéissance populaire.
136. Désobéissance déguisée.
137. Refus de dispersion d’un rassemblement ou
d’un meeting.
138. Protestation assise (sitdown).
139. Noncoopération avec la conscription et la
déportation.
140. Caches, fuites et fausses identités.
141. Désobéissance civile à des lois « illégitimes »
Action du personnel gouvernemental
142. Refus sélectif d’aides gouvernementales.
– 124 –
143. Blocage de lignes de commandement ou
d’information.
144. Retard et obstruction.
145. Noncoopération administrative générale.
146. Noncoopération judiciaire.
147. Inefficacité délibérée et noncoopération
sélective des agents de la force publique.
148. Mutinerie.
Action à l’intérieur du gouvernement
149. Evasions quasi légales et reports de tâches.
150. Noncoopération par des unités
gouvernementales constituées.
International governmental action
151. Changements dans les représentations,
diplomatiques et autres.
152. Retard et annulation d’événements
diplomatiques.
153. Cessation de reconnaissance diplomatique.
154. Rupture de relations diplomatiques.
155. Retrait d’organisations internationales.
156. Refus d’adhésion à des organismes.
Internationaux.
157. Expulsion d’organisations internationales
LES MÉTHODES D’INTERVENTION
NONVIOLENTE
Intervention psychologique
158. Exposition volontaire aux éléments.
159. Jeûne.
(a) Jeûne de pression morale.
(b) Grève de la faim limitée.
(c) Grève de la faim illimitée.
– 125 –
160. Renversement de procès
161. Harcèlement nonviolent.
Intervention physique
162. Sit-in.
163. Occupation d’espace debout.
164. Occupation à cheval, à vélo, en voiture, etc.
165. Occupation soudaine.
166. Occupation bourdonnante.
167. Occupation avec prières (pour forcer à…).
168. Raids nonviolents.
169. Raids aériens nonviolents.
170. Invasion nonviolente.
171. Interposition nonviolente.
172. Obstruction nonviolente.
173. Occupation nonviolente.
Intervention sociale
174. Etablissement de nouveaux modèles sociaux.
175. Surcharge ou engorgement de services.
176. Travail au ralenti.
177. Interventions orales en public.
178. Théâtre de guérilla.
179. Institutions sociales alternatives.
180. Système alternatif de communication.
Intervention économique
181. Grève inversée par excès de travail.
182. Grève sur le tas.
183. Prise de contrôle nonviolente d’un terrain.
184. Défiance d’une restriction ou d’un blocus.
185. Contrefaçon politiquement motivée.
186. Achat préventif de produits stratégiques.
187. Saisie d’actifs.
188. Dumping (vente massive à bas prix).
189. Soutien sélectif de produits ou de marques…
190. Marchés alternatifs.
– 126 –
191. Systèmes alternatifs de transport.
192. Institutions économiques alternatives.
Intervention politique
193. Surcharge de systèmes administratifs.
194. Révélation d’identité d’agents secrets.
195. Recherche d’emprisonnement.
196. Désobéissance civile à des lois anodines.
197. Participation sans collaboration.
198. Double pouvoir et gouvernement parallèle.
Évidemment, beaucoup d’autres méthodes ont déjà été
utilisées mais n’ont pas été classées. De même, une multitude
d’autres méthodes seront encore inventées dans le
futur qui auront les caractéristiques des trois classes de
méthodes : Protestation et persuasion nonviolente, noncoopération,
et intervention nonviolente.
Il faut bien comprendre que la meilleure efficacité
sera obtenue si la méthode est choisie en fonction d’une
stratégie préalablement adoptée. Il est nécessaire de connaître
le genre de pression qu’on veut exercer avant de
choisir la forme d’action précise qui exercera cette
pression.
– 127 –
POSTACE
par Mayeul Kauffmann
Ce livre est un guide permettant d’élaborer une stratégie
de transition, pour passer de la dictature à la démocratie
dans un pays donné. Il présente les méthodes les plus
efficaces pour démanteler les dictatures avec le coût le
plus faible possible en vies humaines, afin d’instaurer des
démocraties durables. Évitant les écueils de la guérilla et
de l’angélisme, il propose de généraliser la défiance politique
face à la dictature, en mettant en oeuvre une stratégie
mûrement planifiée. Il en résulte un ouvrage résolument
tourné vers l’action.
Ni lutte armée, ni négociation : la défiance politique
Après avoir brièvement rappelé des exemples de
dictatures tombées sans coup férir, Gene Sharp écarte
deux stratégies, celle de la lutte armée et celle de la négociation.
D’un côté, la lutte armée revient à combattre une
dictature sur le terrain où elle est la plus forte. Elle provoque
généralement une réaction encore plus violente de la
part du dictateur. Si une guérilla réussit à remplacer un
dictateur, le nouveau régime est fréquemment plus
dictatorial encore que son prédécesseur. De surcroît, la
lutte armée ne modifie pas les structures du pouvoir politique
et ne permet donc pas l’avènement d’une démocratie
durable (pour la même raison, l’espoir suscité par une
intervention étrangère armée est un leurre).
De l’autre côté, toute négociation entre un dictateur
et ses opposants démocratiques est vouée à déboucher
sur un marché de dupes : la vision « romantique » de dic–
128 –
tateurs qui seraient prêts à faire des concessions majeures,
et de négociations menées en fonction d’arguments de
droit et d’éthique (et non de pouvoir), est au mieux
irréaliste : si un dictateur veut assouplir son régime, il n’a
pas besoin de négocier pour le faire. Cette vision peut
même être dangereuse : les négociations donnent au
dictateur une légitimité. La seule négociation envisageable
est celle permettant à un dictateur en déroute de fuir son
pays en sécurité.
L’auteur propose une troisième voie, partant d’un
constat : une dictature ne peut se maintenir sans la soumission,
le soutien (actif ou passif) et l’obéissance de sa
population. La stratégie proposée est donc celle de la
défiance politique. Une désobéissance de masse est de nature
à fragiliser fortement une dictature et, si elle se maintient
malgré l’éventuelle répression qui s’ensuit, elle conduit
généralement à l’effondrement de la dictature. L’auteur
énumère les nombreuses faiblesses des régimes autoritaires
: luttes internes, gestion inefficace de l’information
par la bureaucratie, opposition des groupes défavorisés,
usure du pouvoir… C’est sur ces terrains, où les dictateurs
sont le plus à leur désavantage, que les démocrates doivent
combattre. Ceci implique une discipline nonviolente
absolue de leur part.
Toutes les armes de la défiance politique doivent
être utilisées conjointement, que ces armes soient psychologiques,
sociales, économiques ou politiques. Des luttes
improvisées ont échoué parce qu’elles n’avaient utilisé
qu’une ou deux des méthodes disponibles. L’auteur
recense pas moins de 198 méthodes, regroupées en trois
catégories : 1) protestation et persuasion (par exemple
manifestations, parades…) ; 2) non-coopération sociale,
économique ou politique ; 3) intervention nonviolente
(par exemple des occupations-éclairs). L’action doit être
collective, d’où le rôle des organisations. Ces méthodes
peuvent être très ciblées en fonction des faiblesses d’une
dictature ou du type de droits à défendre. Par exemple, la
– 129 –
noncoopération économique (baisse de la productivité,
« erreurs » délibérées, grèves, boycotts…) est souvent adaptée
pour lutter contre une dictature économiquement
fragile ou pour obtenir la reconnaissance de droits économiques.
Correctement menée, la lutte nonviolente modifie
le contexte conflictuel et la société, de sorte que l’adversaire
ne peut plus agir comme bon lui semble. Il y a
alors divers types d’évolutions. L’« accommodation » est
possible si l’enjeu paraît limité aux yeux de l’adversaire et
s’il y gagne en apaisant la situation. La « coercition
nonviolente » peut être le résultat d’un refus massif de
coopérer, au sein des forces économiques, sociales,
politiques (voire d’une partie des militaires) du pays. Dans
des cas plus extrêmes de « désintégration », la défiance est
généralisée, y compris dans l’appareil bureaucratique, la
police et l’armée ; le système se disloque. On note aussi
quelques cas de « conversion », lorsqu’un membre du
groupe opprimant est ému par les souffrances endurées
par des résistants nonviolents, ou persuadé par des arguments
éthiques – mais ces cas-là sont isolés.
L’indispensable planification stratégique
Ainsi, la lutte nonviolente est complexe. Elle
nécessite donc une planification stratégique à long terme,
prenant en compte l’état de la société et des ressources
disponibles, afin d’envisager des phases réalistes d’actions
et d’articuler les quatre niveaux de planification que sont
la « grande stratégie » (définition des principaux objectifs
et du type de méthode), la stratégie (ordre de réalisation,
séquençage en campagnes), la tactique (choix concernant
une action limitée) et les méthodes (moyens d’action, par
exemple grève ou manifestation).
L’échec est l’issue la plus fréquente d’un manque
de planification ou d’une stratégie étriquée : « faire tomber
le dictateur » est un objectif insuffisant. Il faut viser la
mise en place d’une société démocratique et libre et fixer
les divers objectifs intermédiaires qui y concourent, dans
– 130 –
tous les domaines. Il est nécessaire d’effectuer une évaluation
précise des moyens organisationnels, en formation,
des canaux de communication avec le grand public,
des réactions possibles du dictateur, des possibilités de
soutien international (non-militaire), etc. La première
campagne (et si possible les deux suivantes) doit être
entièrement planifiée dès le début et doit viser un objectif
symbolique et limité (au risque sinon de tourner au
massacre). Les campagnes suivantes doivent diffuser la
lutte nonviolente de manière sélective, en faisant faire à
des groupes sociaux différents des actions ciblées. Le renforcement
de ces groupes sociaux facilitera la généralisation
ultérieure en mouvement de défiance politique de
masse. Certaines phases sont cruciales et doivent être
préparées avec soin. Il convient ainsi de développer une
stratégie particulière visant à obtenir le soutien ou au
moins la neutralité d’une partie de l’armée et de la police.
L’évaluation continue des méthodes, des objectifs et de
leur réalisation doit permettre un réajustement rapide de
la stratégie en cas de besoin.
Une fois obtenue, la chute d’une dictature ne
doit pas conduire à une baisse de la vigilance : le risque de
retour à la dictature est élevé. Préparer et diffuser une
stratégie de réaction à une tentative de coup d’État peut
être dissuasif. La rédaction d’une constitution démocratique
compréhensible par tous est aussi un enjeu majeur,
qui n’est que le début d’un long travail d’établissement
d’une démocratie solide : les problèmes politiques, économiques
et sociaux légués par la dictature sont en effet
susceptibles de perdurer pendant des années.
Un livre tourné vers l’action
Ce livre n’est pas un ouvrage comme les autres.
Alors que Gene Sharp a publié des travaux universitaires
contenant de nombreuses références bibliographiques, ici,
les faits sont présentés de manière générale pour laisser
plus de place à la réflexion sur la stratégie et les métho–
131 –
des. Le lecteur est renvoyé à d’autres ouvrages plus factuels,
écrits par Gene Sharp ou par d’autres auteurs.
Il en ressort un ouvrage entièrement tourné vers
l’action. Vu le format, peu de temps est consacré à
convaincre le lecteur pourquoi telle ou telle tactique est la
meilleure. L’auteur reconnaît son incompétence pour
juger de l’adéquation de chaque technique avec la
situation d’un pays donné : c’est le lecteur qui, s’il connaît
bien son pays, est le plus à même d’en juger. Ainsi, la plus
grande qualité de l’ouvrage est sans doute son réalisme.
Loin de tout angélisme, l’auteur avertit que la lutte contre
les dictatures peut être difficile et coûteuse, souvent
même en vies humaines, mais que le nombre de victimes
sera toujours très inférieur à celui d’une « solution »
armée.
Enfin, il est impossible de discuter du contenu
de cet ouvrage sans mentionner ses modes et lieux de
diffusion. Synthétique mais clair, de longueur modérée,
son format est de fait destiné aux activistes plutôt qu’aux
universitaires. Afin de faciliter sa diffusion, le texte anglais
est dans le domaine public et disponible sur le site
Internet de l’Institution Albert Einstein et en librairie. Ces
moyens mis en oeuvre pour diffuser cet ouvrage s’accordent
bien avec son objectif : parvenir à la démocratie, un
régime caractérisé par la transparence. Le moyen d’y arriver
doit être conforme à ce principe : l’organisation de la lutte
nonviolente ne doit pas être fondée sur le secret. Les
conspirations et organisations secrètes sont tôt ou tard
infiltrées par la police d’État et ce risque est une source
de méfiance entre conspirateurs. Au contraire, la transparence
et l’information concernant les objectifs et les
moyens à mettre en oeuvre donnent l’image d’un mouvement
de résistance puissant, inspirent confiance à la
population et l’encouragent à se joindre au mouvement.
De plus, cette information assure la pérennité du mouvement
démocratique si ses leaders sont arrêtés. Ce livre,
– 132 –
en rendant public cette stratégie, met en oeuvre ce principe.
Cette publication est en soi un acte fort.
La diffusion et l’usage qui en a été fait dans plusieurs
pays en témoignent. Parmi les langues dans lesquelles
l’ouvrage a été traduit, on trouve plusieurs langues de
pays dictatoriaux. Sa publication et sa diffusion à plusieurs
milliers d’exemplaires dans certains pays ont précédé
de peu plusieurs « révolutions colorées », telles que la
« révolution originelle » en Serbie en 2000 (publication en
serbe en 1999), la « révolution orange » ukrainienne de
novembre décembre 2004 (publication en ukrainien en
mai 2004), la « révolution des tulipes » du 24 mars 2005 au
Kirghizistan (publication en kirghiz en février 2005).
L’ouvrage, publié pour la première fois en 1993 (en
anglais) par l’opposition démocratique birmane, a en
outre été traduit et diffusé en birman (en 1994, puis dans
quatre autres dialectes birmans en 2001), en indonésien
(1997), en espagnol (2003), en persan et en arabe (2004),
en azéri, en biélorusse, en russe, en mandarin (traditionnel
et simplifié), en khmer et en vietnamien (2005) et
enfin en 2006 en tibétain et en tigrinya (langue parlée en
Érythrée et en Éthiopie).
L’ouvrage a donc inspiré des acteurs qui ont
effectivement fait tomber des dictatures. Les méthodes
qu’il présente ont montré qu’elles peuvent être réellement
efficaces quand elles sont appliquées de manière appropriée.
L’absence de traduction en français faisait gravement
défaut à la panoplie de tous les démocrates francophones.
En Afrique et ailleurs, cet ouvrage saura être une source
d’inspiration pour des peuples qui ont trop souffert des
dictatures pour endurer des révolutions armées. L’action
nonviolente réfléchie, planifiée et organisée offre le moyen
le plus réaliste de passer de la dictature à la démocratie.
Mayeul Kauffmann
Directeur de recherche à l’École de la paix, Grenoble, France
– 133 –
NOTE SUR LES TRADUCTIONS ET
REIMPRESSIONS DE CETTE
PUBLICATION
Afin d’en faciliter la diffusion, nous avons placé cette publication
dans le domaine public. Chacun est donc libre de le
reproduire et de le diffuser.
Les auteurs émettent cependant quelques réserves, qui
n’ont cependant pas force d’obligation légale.
• Les auteurs demandent qu’il ne soit procédé à aucune
modification du texte, ajouts ou suppressions, s’il est
reproduit.
• Les auteurs demandent à être informés par les personnes
qui souhaitent reproduire ce document. Cette
notification sera envoyée à l’Institution Albert Einstein
(l’adresse figure au début de cette publication, juste
avant la table des matières).
• Les auteurs demandent qu’en cas de traduction, on
s’attache à préserver au mieux le sens original du texte.
Certains des termes employés ne sont pas faciles à
traduire dans certaines langues, qui n’ont pas nécessairement
de termes pour « l’action nonviolente » ou
termes apparentés. Il faudra donc étudier avec soin le
moyen de rendre ces termes clairement compréhensibles
pour les nouveaux lecteurs.
L’Institution Albert Einstein a développé une liste de procédures
de traduction destinée à aider les personnes ou
groupes qui souhaitent traduire ce texte:
1. Un processus de sélection permet de choisir un traducteur.
Les candidats sont évalués d’après leur
niveau d’anglais et du langage cible. Les candidats
sont également évalués d’après leurs connaissances
générales sur le sujet et leur compréhension des
termes et concepts cités dans le texte.
– 134 –
2. Un évaluateur est sélectionné selon les mêmes critères.
L’évaluateur a pour tâche de relire attentivement
la traduction et de faire part de ses observations et
critiques au traducteur. Il est souvent préférable que
traducteur et évaluateur ne se connaissent pas.
3. Une fois que traducteur et évaluateur sont choisis, le
traducteur soumettra une traduction d’essai de deux
ou trois pages du texte, et de quelques termes significatifs
employés dans le texte.
4. L’évaluateur évalue cette traduction d’essai et présente
ses observations au traducteur.
5. En cas de problèmes majeurs entre la traduction
d’essai du traducteur et son évaluation par l’évaluateur,
le traducteur ou l’évaluateur peuvent être
remplacés, selon l’appréciation de la personne ou du
groupe qui finance la traduction. En cas de problème
mineur, le traducteur poursuit la traduction en tenant
compte des commentaires de l’évaluateur.
6. Une fois que l’ensemble du texte est traduit, l’évaluateur
l’évalue et fait part de ses observations au
traducteur.
7. Le traducteur prend en compte ces observations et
procède aux modifications nécessaires. La version
finale du texte est alors terminée et l’ouvrage traduit
est prêt à être imprimé et distribué.

Publicités