Posts from the ‘voisins’ Category

Point de drisse

Parfois, durant la navigation, des pièces telles que les manilles se rompent

Ce n’est  pas très grave, mais ça peut être spectaculaire . Dans ce cas ce fut la manille du point de drisse ( numéro 1 du dessin ) du foc qui s’est cassée. La voile est tombée sur le pont , mais une fois de retour au port, j’ai du aller chercher la partie de l’enrouleur qui est restée en haut du mat.

Quelques amis et voisins m’ont aidé , en me prêtant un  harnais ou en me hissant avec la drisse de grand voile à l’aide d’un des winches.

Merci à Cristian, Pablo y Raúl !!

Et merci encore à Cristian pour ce lien

Ma coupe à moi

Il ya des évènements auxquels il est difficile d’échapper, surtout  quand on habite en Espagne, à Barcelone et qu’on est entouré d’Italiens…

de gauche à droite : Marco, qu’on appelle également Ziba, moi, Cristiano, Cristian et Maïte (des voisins, espagnols,catalans pour être précis), Giuseppe (  Beppe).

Amélie, qui prend la photo est franco-danoise, Sergio italien arrivera plus tard et Luca jamais, on le retrouvera plus tard.

Ça nous fait un petit florilège d’équipes participant au Mondial. J’ajouterai que je me suis souvenu récemment de mon ascendance suisse 😉

Mais enfin, comme vous pouvez le constater sur la photo, notre coupe à nous, ou plutôt nos coupes à nous n’ont pas grand choses à voir avec celle qui nous casse les ….oreilles en ce moment .

Nos coupes, qui sont en réalité des flûtes ( et non pas des vuvuzelas!!!!)

Enfin, nous sommes allé voir Italie-Nouvelle-Zélande, je pronostique  un bon  4-0 pour la Squadra Azzura..

Comme il est de bon ton de se chamailler en toute amitié et que le score à la mi-temps ne laissait rien présager d’une victoire italienne je suis allé m’habiller en noir et tenté de fait un semblant de haka

Le bar était plein d’italiens, je n’ai pas pu m’empêcher, désolé 😉

Selon le précepte « un français est un italien de bonne humeur » et qu’une coupe du monde n’en est pas vraiment une sans le « Classico » France-Italie, je souhaite vraiment leur qualification .

M’enfin, le classico n’aura pas lieu, et ce n’est pas la faute de nos amis italiens…

Les Bleus ?

Ne parlons pas des choses qui fâchent, d’ailleurs je préfère le Rugby, mais si les sud-africains viennent d’infliger un 47-12 au XV de France, nous aurons notre France Argentine samedi prochain, nous

Gli Azzurri ?

Ben euh….. ( mise à jour 24 juin)

Et en bonus ce petit texte de Pierre Desproges :


Voici bientôt quatre longues semaines que les gens normaux, j’entends les gens issus de la norme, avec deux bras et deux jambes pour signifier qu’ils existent, subissent à longueur d’antenne les dégradantes contorsions manchotes des hordes encaleçonnées sudoripares qui se disputent sur le gazon l’honneur minuscule d’être champions de la balle au pied. Voilà bien la différence entre le singe et le footballeur. Le premier a trop de mains ou pas assez de pieds pour s’abaisser à jouer au football.

Le football. Quel sport est plus laid, plus balourd et moins gracieux que le football ? Quelle harmonie, quelle élégance l’esthète de base pourrait-il bien découvrir dans les trottinements patauds de vingt-deux handicapés velus qui poussent des balles comme on pousse un étron, en ahanant des râles vulgaires de boeufs éteints. Quel bâtard en rut de quel corniaud branlé oserait manifester sa libido en s’enlaçant frénétiquement comme ils le font par paquets de huit, à grand coups de pattes grasses et mouillées, en ululant des gutturalités simiesques à choquer un rocker d’usine ? Quelle brute glacée, quel monstre décérébré de quel ordre noir oserait rire sur des cadavres comme nous le vîmes en vérité, certain soir du Heysel où vos idoles, calamiteux goalistes extatiques, ont exulté de joie folle au milieu de quarante morts piétinés, tout ça parce que la baballe était dans les bois ?

Je vous hais, footballeurs. Vous ne m’avez fait vibrer qu’une fois : le jour où j’ai appris que vous aviez attrapé la chiasse mexicaine en suçant des frites aztèques. J’eusse aimé que les amibes vous coupassent les pattes jusqu’à la fin du tournoi. Mais Dieu n’a pas voulu. Çà ne m’a pas surpris de sa part. Il est des vôtres. Il est comme vous. Il est partout, tout le temps, quoi qu’on fasse et où qu’on se planque, on ne peut y échapper.

Quand j’étais petit garçon, je me suis cru longtemps anormal parce que je vous repoussais déjà. Je refusais systématiquement de jouer au foot, à l’école ou dans la rue. On me disait : «Ah, la fille !» ou bien : «Tiens, il est malade», tellement l’idée d’anormalité est solidement solidaire de la non-footabilité. Je vous emmerde. Je n’ai jamais été malade. Quant à la féminité que vous subodoriez, elle est toujours en moi. Et me pousse aux temps chauds à rechercher la compagnie des femmes. Y compris celles des vôtres que je ne rechigne pas à culbuter quand vous vibrez aux stades.

Pouf, pouf.

Pierre Desproges

16 juin 1986. Extrait de « Chroniques de la haine ordinaire »
aux éditions Points catégorie Virgule page 163-164.

Terriens

Renoncer à  la notion d’humanité. Nous sommes des terriens. Même les marins.Tout ce qui vit sur terre a le droit au respect

Et un grand salut à Eric Lange

ONB

Pour finir en musique, un clin d’oeil « coupe du monde » à ceux qui ne se sont pas qualifiés….



Semaine Sainte

Semaine de vacances pour moi aussi . J’ai profité du pont du  4 / 6 avril pour rallonger la semaine.

J’ai aussi espéré que le beau temps serait de la partie mais il n’a finalement joué qu’une mi-temps .

Navigation

Je suis sorti finalement  deux fois, accompagné par des amis, italien et russe, Beppe  et Olga :


Nous avons tiré quelques bord de près, un peu de travers et enfin grand largue pour naviguer confortablement.


La première sortie, lundi 6, (c’était l’anniversaire de Bob) s’est faite avec un vent thermique assez faible, SSE,  2 Beaufort, un peu moins de 10 nœuds ( 10 milles/ heure = 18 km/heure), petite promenade.

Inauguration du pilote automatique : c’est pratique !

Dimanche 11 un bon thermique s’est levé, SSE ,3 beaufort (entre 10 et 15 nœuds de vent, grand ciel bleu,  très agréable) le bateau a bien gîté au près !! Ensuite un long bord de grand largue pour ne pas heurter les vagues et grignoter en buvant une bière ))

Ce bord m’a permis de rentrer directement au près en direction du port, facilement visualisable grâce aux deux tours de la Marina.

Il est recommandé de naviguer au vent ( du côté d’où vient le vent) du point de retour : il est plus facile de revenir au portant que d’avoir à remonter le vent. En effet, si je m’étais trop éloigné du vent , j’aurais été obligé de tirer un autre bord rentrer ; on ne peut pas naviguer contre le vent !!

Nettoyage de printemps



Et rinçage du bateau, de haut en bas : l’air chargé d’iode et de sel endommage tout, il est important d’y penser.

Tout sorti !!

Ce n’est pas la première fois que je le fais, pour évacuer l’humidité et faire sécher les coussins. Cette fois-ci j’en ai profité pour vider  toutes les cales pour remettre de l’ordre en fonction de ce que j’ai vraiment besoin et ranger dans la cale d’avant, sous le lit ce dont je n’ai pas besoin dans l’immédiat. J’y avais mis également le radiateur que j’ai finalement ressorti…les soirées restent fraîches.

Les voisins

Plutôt un de mes voisins : Jordi . C’est la première personne que j’ai connu ici, catalan, musicien et vraiment très sympathique et intéressant. Cette semaine nous avons encore eu l’occasion de parler de voile et de musique . Et de notre ami le trompettiste….

Vous pouvez le trouver ici, avec sa compagne comédienne, qui dit les textes qu’elle écrit pendant qu’il l’accompagne au saxophone.

Le site est en catalan, les français découvriront les similitudes avec leur propre langue .

Barça, Barça

Une semaine sainte ne serait rien sans son Messi ; et Messi encore…

Radio 3

C’est la radio espagnole que j’écoute. De la bonne musique et pas de pub. Vous pouvez la trouver en lien «  musique » ainsi que El poder de la palabra pour les amateurs de musique classique et d’opéra.

Et enfin, prochain investissement, une canne à pêche …

%d blogueurs aiment cette page :